Affaire Samsung : l’ex-présidente du pays également poursuivie

 

L’enquête qui entoure le scandale de corruption entre le gouvernement sud-coréen et notamment la société Samsung continue d’avancer. Alors que le vice-président Lee Jae-Yong a été arrêté au mois de février 2017, c’est à présent au tour de l’ex-présidente de la Corée du Sud d’être arrêtée.

L’ancienne présidente Park Geun-Hye va être arrêtée. Elle ne bénéficie plus de la protection de chef de l’État depuis sa destitution le 10 mars dernier. Après une semaine de longue audition, celle qui a échappé à la justice grâce à son statut de présidente va à présent devoir répondre de ses actes.

Pour rappel, elle est soupçonnée d’être la complice de sa confidente Choi Soon-Sil, alors jugée pour avoir abusé de ses relations pour détourner des millions de dollars aux conglomérats sud-coréens. Elle aurait reçu de grosses enveloppes de la part d’entreprises comme Samsung, en échange de faciliter leurs affaires. La présidente aurait abusé de son pouvoir pour contraindre Samsung à verser environ 70 millions de dollars à deux de ses fondations.

Mme Park devrait être rapidement arrêtée afin de limiter les risques de destruction de preuves. Nous n’avons pas encore d’informations concernant le mandat d’arrêt.

Le fils du président du premier conglomérat de Corée du Sud est inculpé pour corruption et détournement de fonds, entre autres. Pour rappel, Lee Jae-Yong est suspecté d’avoir versé 43 milliards de wons (35 millions…
Lire la suite

Les derniers articles