L’identification par un compte Google est désormais fréquente sur les sites web, mais pourrait également faire son apparition comme méthode de log-in pour Windows 10.

Pour protéger une session sur Windows 10, il existe déjà de nombreux moyens. Un mot de passe, un compte Microsoft, Windows Hello (capteurs biométriques comme la reconnaissance faciale ou le capteur d’empreintes digitales), ou encore un simple code PIN. Un nouveau mécanisme pourrait cependant faire son apparition à l’avenir.

ChromeStory a découvert dans un commit de Chromium des indices intéressants pointant vers une intégration plus profonde de Google Chrome au sein du système de Microsoft. Le morceau de code en question, qui compte tout de même plus de 12 000 lignes, indique que Chrome pourrait dans un avenir plus ou moins proche servir de fournisseur d’informations d’identification tiers pour Windows. Ainsi, plutôt que de s’identifier à l’aide d’un compte Microsoft (Hotmail), l’utilisateur pourrait s’identifier avec son compte Gmail.

Ci-dessous, un extrait plutôt explicite pour les anglophones des messages présents dans Chromium :

<message name= »IDS_INVALID_UI_RESPONSE » desc= » »>
Signing in to your Google account failed, please try again. Make sure the computer has a valid internet connection. If the error persists, please report to Google (could not parse UI data).
</message>

<message name= »IDS_USER_ALREADY_EXISTS » desc= » »>
A user on this computer was already created from this Google Account. Either sign in to the existing user or create a new user with a different Google Account.
</message>

<message name= »IDS_AUTH_FID_DESCRIPTION » desc= » »>
Logon using your Google Account.
</message>

Cela tend à prouver que Google et Microsoft ont réellement enterré la hache de guerre, ce que l’on imaginait déjà avec l’intégration de Chrome au centre de notifications de l’OS, et pourraient avancer main dans la main. L’intérêt pour l’utilisateur est évident puisqu’il pourrait alors n’utiliser qu’un seul compte pour ses différents terminaux, qu’il s’agisse d’un smartphone Android, d’un Chromebook ou d’un ordinateur sous Windows.