Arrêt de Tango : le retour à la réalité pour Google ?

 

Google a mis fin à Tango et ses capteurs dédiés à la réalité augmentée, pour se concentrer sur AR Core. On pourrait dire que c’est dommage. Mais n’est-ce pas justement un nouveau signe qui montre que la firme de Sundar Pichai est devenue réaliste ?


Ara, autre projet à l’arrêt

Nous parlions récemment de la capacité qu’a Google à se baser sur la stratégie du spaghetti jeté au mur. On le lance, et on voit si ça colle. Il y en a une autre : celle de lancer des projets complètement fous, basés sur une technologie super séduisante et futuriste sur le papier, mais qui se heurte finalement à la réalité. Project Ara était évidemment l’exemple le plus emblématique. L’idée la plus révolutionnaire, le smartphone modulaire qui allait traverser les années et les changements de composants.! La modularité est une très belle idée.

On voudrait tous pouvoir changer d’appareil photo, de processeur ou de stockage comme on change de carte graphique sur son PC. Simplement, à l’échelle de la mobilité, c’était sans aucun doute trop complexe à réaliser, surtout sans preuve que c’était vraiment ce dont voulaient les utilisateurs. On ne saura jamais vraiment, vu que la modularité des smartphones n’existe vraiment que sous des formes très limitées, dont le succès est loin d’être évident. Le LG G5 a été un échec total sur ce point malgré d’autres qualités, et les Moto Mods de Motorola qui sont davantage des accessoires à greffer sur un smartphone pour lui ajouter d’autres fonctionnalités. Et peut-on vraiment qualifier les Moto Mods de carton ? Je vous laisse juge.

De Tango à ARCore

Project Tango est également issu de ATAP (Advanced Technology and Projects), le labo de R&D que Google avait acquis avec son rachat de Motorola Mobility. Tout de même plus réaliste, il est destiné à équiper des smartphones des technologies nécessaires à une expérience totale de la réalité augmentée, via des capteurs assez proches de Kinect ou de la caméra frontale TrueDepth de l’iPhone X pour cartographier une pièce en 3D. Contrairement à Ara, Tango a vu le jour : le Lenovo Phab 2 Pro et l’Asus Zenfone AR embarquent tous deux la technologie. Ce seront néanmoins les deux seules manifestations du projet, abandonné par Google au profit de son framework ARCore, moins impressionnant technologiquement parlant, mais ne nécessitant aucun capteur dédié.

Car entretemps, Apple est arrivé avec un ARKit lui aussi capable de fournir une expérience de réalité augmentée largement satisfaisante, vu les usages très limités de l’AR sur smartphone de toute façon. Pour peu que l’on ait un téléphone doté d’un processeur suffisamment puissant pour assurer la partie intelligence artificielle, pas besoin de gonfler la note avec des capteurs coûteux à intégrer. Cela permet à Google de se focaliser sur des technologies aux débouchés plus réalistes.

Et mine de rien, c’est une évolution intéressante de l’entreprise. On peut y voir une conséquence de l’initiative Made By Google, qui voit le géant se transformer en fabricant de produits grand public avec une véritable volonté de s’adresser au plus grand nombre, au détriment peut-être de cette approche expérimentale. L’arrêt de Project Ara, en tous cas, a coïncidé avec le développement de la division matérielle qui a vu arriver les Pixel et Google Home, et on y a vu à l’époque une volonté de recentrer les efforts.

L’IA plutôt que les capteurs

Plus spécifiquement, l’arrêt de Tango dénote aussi une focalisation de Google sur les solutions basées sur l’intelligence artificielle plutôt que sur la multiplication de capteurs dédiés. La firme de Mountain View l’a déjà démontré avec les Pixel 2 et Pixel 2 XL. Équipés d’un seul capteur photo au dos, ils sont toutefois capables de simuler un flou de profondeur de champ en utilisant de manière plus intelligente les pixels du capteur, associés à une détection des objets par le machine learning. Là encore, cela devient davantage une question de puissance de calcul, et donc accessible à une plus grande variété d’appareils.

Doit-on regretter les projets fous issus de ATAP ? Notre cœur de technophile rêveur aimerait naturellement qu’ils deviennent réalité et que leurs efforts soient soutenus. Le réalisme du « nouveau » Google peut au moins cesser de voir nos espoirs voler en éclat après de belles promesses.

Les derniers articles