Apple va fliquer les employés de ses sous-traitants pour éradiquer les fuites

La culture du secret encore plus forte dans les usines d'Apple ?

 

Apple voit d'un très mauvais oeil la quantité parfois formidable d'informations en fuite sur ses nouveaux produits avant leur annonce. Pour réfréner ces « leaks », la firme mettrait actuellement un sérieux tour de vis à la sécurité au sein de ses usines... et de celles de ses sous-traitants.

La majeure partie des spécifications des derniers iPhone était connue avant leur annonce… une situation qui contrarie fortement Apple

La majeure partie des spécifications des derniers iPhone était connue avant leur annonce… une situation qui contrarie fortement Apple // Source : Denis Cherkashin – Unsplash

Apple travaille sur un panel complet de mesures visant à se débarrasser pour de bon des fuites qui ont entaché ces dernières années les lancements de ses différents produits. Ce tour de vis que le géant de Cupertino ourdit dévoile néanmoins les différences qu’Apple fait entre ses propres employés et ceux de ses sous-traitants. C’est du moins ce que l’on apprend du média américain The Information qui a réussi à mettre la main sur un document interne détaillant l’ensemble de ces nouvelles mesures. Et vous allez voir que certaines vont très loin pour limiter au maximum les risques de fuites d’informations.

Le double discours embarrassant d’Apple en matière de respect de la vie privée…

Très à cheval sur le respect de la vie privée pour les utilisateurs de ses produits (il s’agit d’ailleurs d’une véritable rengaine marketing chez Apple depuis quelques années), la firme laisse néanmoins entendre dans sa circulaire que la collecte de données biométriques d’employés pourra être utilisée dans certains cas. Plus précisément, The Information rapporte que si Apple a mis fin à cette pratique pour ses propres employées, cette collecte pourra visiblement se poursuivre pour le personnel de ses sous-traitants… et ce même si cette mesure va à l’encontre de la politique d’Apple en matière de droits humains. Pour rappel, cette charte est pourtant censée inclure « les partenaires commerciaux et les personnes à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement ».

Dans son effort de sécurisation de sa chaîne d’approvisionnement et de ses sites d’assemblages, Apple va quoi qu’il en soit encore plus loin. On découvre par exemple que les sous-traitants de la marque à la pomme devront désormais vérifier si leurs employés ont préalablement fait l’objet de condamnations. Une règle qui concerne toutes les personnes en contact avec des produits n’ayant pas encore été lancés. Les employés ayant déjà eu affaire à la justice seront privés d’accès aux zones les plus sensibles des sites d’assemblage.

Des employés surveillés de près

Parallèlement, Apple prévoit d’améliorer les systèmes informatiques au sein de certaines usines afin de suivre de très près le passage des produits n’ayant pas encore été annoncés sur chaque étape de leur assemblage. Si par exemple un iPhone reste bloqué trop longtemps sur une étape avant de passer à la suivante, une alerte avertira les managers. Apple souhaite enfin charger le personnel de sécurité de « tenir des registres détaillés des déplacements de travailleurs transportant des pièces sensibles d’une zone à l’autre » de l’usine, lit-on. Les visiteurs admis sur les sites d’assemblage de ses sous-traitants devront aussi obligatoirement disposer d’une accréditation gouvernementale. Enfin, les véhicules de transports devront être filmés sur leurs quatre côtés lors de leur entrée sur site, et les vidéos montrant « la destruction des prototypes et des pièces défectueuses » devront être conservés pendant au moins 180 jours, détaille BGR.

Autant de mesures qui devraient effectivement protéger les prochains iPhone et iPad d’une majorité de fuites avant lancement, mais qui s’avèrent (au moins pour une partie d’entre elles) discutables d’un point de vue humain. Comme l’explique BGR, les personnes qui assemblent des iPhone respectueux de la vie privée… n’auront probablement pas droit à autant d’égards pour leurs propres informations personnelles et données biométriques.

Les derniers articles