Au bord de la faillite, Fisker cumule un troisième problème de sécurité grave sur sa voiture électrique

 

La chute de Fisker semble sans fin. Dernier rebondissement en date : la NHTSA, l'organisme américain en charge de la sécurité routière, vient d'ouvrir une troisième enquête pour problèmes de sécurité sur l'Ocean, son seul modèle. En cause : des verrouillages intempestifs des portes, bloquant les occupants à l'intérieur de la voiture électrique. La goutte de trop pour ce constructeur au bord de la faillite ?

Fisker Ocean // Source : Fisker

En tant que lecteur assidu de Frandroid, vous êtes sans nul doute au courant des déboires de Fisker. La start-up californienne, qui se rêvait en challenger de Tesla, s’avance plutôt vers la faillite, d’autant plus que son potentiel sauveur, probablement Nissan, s’est désisté.

Son unique modèle en vente, l’Ocean, est sorti en catastrophe pour faire rentrer de l’argent, sans avoir pu être totalement fini. Une décision qui se paye aujourd’hui, puisque la NHTSA, l’organisme américain en charge de la sécurité routière, a annoncé ouvrir une enquête pour un problème de sécurité assez embêtant : la voiture enfermerait ses occupants.

Une troisième enquête

L’organisme a expliqué avoir reçu 14 plaintes de possesseurs de Fisker Ocean. Le motif : l’impossibilité d’ouvrir les portes, aussi bien de l’extérieur… que de l’intérieur, et ce même si l’ouverture de secours mécanique était actionnée (les portes de l’Ocean s’ouvrant électroniquement).

Une enquête a donc été ouverte le 1er avril 2024 pour étudier ce mécanisme de plus près. Chose étonnante (ou inquiétante) : nous avons nous-mêmes été témoins de ce problème ! Vincent, qui était aux essais officiels du Fisker Ocean, témoigne : « Ça m’était arrivé durant l’essai à l’été 2023. Je me suis retrouvé bloqué dans la voiture, puis l’alarme s’était activée ». Pas très rassurant.

Fisker Ocean // Source : Fisker

Cette enquête s’ajoute donc aux deux autres déjà ouvertes. La première, ouverte le 11 janvier 2024, concerne « une perte partielle de freinage sur des surfaces à faible adhérence », avec des distances qui s’allongent, ayant conduit à un accident et des blessures.

L’autre, en cours depuis le 14 février 2024, concerne des « mouvements involontaires » du SUV électrique de Fisker, avec « l’impossibilité de passer en position Park et/ou sur le fait que le véhicule ne passe pas la vitesse prévue ». Là aussi, l’une des plaintes fait état d’une blessure.

Une grosse mise à jour, mais suffisante ?

Une situation peu reluisante, mais qui pourrait potentiellement s’améliorer. Fisker a en effet lancé une grosse mise à jour « V2 » du système électronique de ses Ocean récemment, et cela semble porter quelques améliorations – comme nous avons pu le constater lors d’un second essai.

Fisker Ocean // Source : Fisker

Du mieux, donc, mais cela sera-t-il suffisant ? On sait déjà que la mise à jour n’est pas parfaite, avec des équipements toujours manquants (comme la conduite semi-autonome ou la charge bidirectionnelle), mais nous n’avons pas assez de recul pour déterminer si ces fâcheux problèmes de sécurité sont dorénavant réglés.

Les mauvaises nouvelles s’amoncellent, donc, pour cette malheureuse start-up. Si l’aventure vous tente, sachez toutefois que Fisker baisse les prix de ses Ocean jusqu’à 21 000 euros en France. On leur souhaite bon courage.


Envie de retrouver les meilleurs articles de Frandroid sur Google News ? Vous pouvez suivre Frandroid sur Google News en un clic.

Les derniers articles