Android : la Corée du Sud inflige une amende de 149 millions à Google

Carton jaune pour Google

 

Les régulateurs coréens ont sévi : Google écope d'une amende de 207 milliards de wons (149,5 millions d'euros) pour avoir bloqué des versions personnalisées d'Android. Google a d'ores et déjà annoncé qu'il comptait faire appel.

Samsung Galaxy Z Fold 3

Les derniers Galaxy Z Fold 3 et Galaxy Z Flip 3 de Samsung, pour illustration // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Google entraverait la concurrence en forçant les fabricants de smartphones et tablettes à adopter un « accord anti-fragmentation » (contrats AFA), et c’est sur cet argument que l’autorité de régulation coréenne KFTC (Korea Fair Trade Commission) se base pour infliger au géant californien une amende de 207 milliards de wons, soit un peu plus de 149,5 millions d’euros. Il s’agit de la neuvième plus grosse sanction prononcée par la KFTC depuis sa création, lit-on de Reuters.

Les régulateurs coréens estiment notamment que les contrats AFA que Google impose, constituent un abus de position dominante. Cette pratique restreindrait selon eux la concurrence sur le marché des systèmes d’exploitation mobiles. Google réfute ces accusations.

Deuxième coup dur pour Google en Corée du Sud

« La décision de la Korea Fair Trade Commission est significative dans la mesure où elle offre la possibilité de rétablir la pression concurrentielle sur le marché des systèmes d’exploitation et des applications mobiles », a indiqué un porte parole de la KFTC. Par l’intermédiaire d’un communiqué, Google a d’ores et déjà exprimé son intention de faire appel.

Comme le rappelle Reuters, ce n’est pas la première fois que Google se prend un soufflet juridique en Corée du Sud. Un projet de loi adopté fin août interdit en effet aux gérants de magasins d’applications, tels que Google, d’exiger des développeurs de logiciels qu’ils utilisent leurs systèmes de paiement. Cette « loi anti-Google », comme on la surnomme en Corée, est entrée en vigueur le même jour que l’amende infligée au géant de Mountain View par la KFTC, précise Reuters.

Rappelons qu’en France Google a récemment écopé d’une pénalité encore plus sévère. En juillet, l’Autorité de la concurrence annonçait ainsi sanctionner Google à hauteur de 500 millions d’euros pour « non-respect de plusieurs injonctions prononcées à son encontre en avril 2020 ». Il était alors question de concurrence déloyale à l’égard de certains éditeurs de presse et de l’AFP (Agence France Presse).

Les derniers articles