La directive européenne sur le droit d’auteur deviendra active en France le mois prochain. Google s’y prépare et annonce une nouvelle présentation de ses résultats.

La directive européenne sur les droits d’auteur a fait couler beaucoup d’encre cette année et a été transposée en France en une loi dite de « droit voisin » visant à permettre la rémunération de l’utilisation d’extraits d’articles et de vidéos. Cette loi vise à répondre à la critique de certains médias qui accusent les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter, mais aussi Google, de leur faire perdre entre 9 et 12 % de leurs revenus publicitaires, les informations partagées sur ces plateformes étant suffisantes pour les utilisateurs.

Un affichage différent

Mercredi 25 septembre, Google a annoncé se mettre en conformité avec cette loi par un changement de l’affichage des actualités au sein de son moteur de recherche. Fin octobre, les résultats apparaîtront donc différemment en France.

En effet, de base, le moteur de recherche, mais aussi les services comme Google News et Google Discovery, ne reprendra plus que le titre d’une actualité et n’affichera donc plus ni miniature ni aperçu du texte de l’article. Les éditeurs auront cependant la possibilité d’indiquer si Google peut récupérer le contenu de la page, ainsi que la quantité de contenu, par le biais d’un outil mis à leur disposition.

Pas de changement dramatique

Richard Gingras, Vice President News à Google, nous a cependant confirmé que le classement des sites n’en sera pas impacté. En effet, pour son classement, Google se base sur le contenu de la page et non sur ce qu’il peut en afficher ou non. Ainsi, un site qui apparaît en première position sur une requête aujourd’hui gardera sa place après ce changement.

La visibilité sur la première page de Google reste néanmoins un élément important pour les éditeurs de presse et une telle modification pourrait nuire au nombre de clics sur une page dépourvue de contenu enrichi sur le moteur de recherche. Aussi, Richard Gingras nous assure que cela « ne devrait pas avoir de changement dramatique sur l’audience », tout en rappelant qu’il y a beaucoup de variables qui rentrent en jeu et que c’est donc extrêmement difficile à déterminer.

Certains médias qui attendaient une rémunération de la part de Google risquent donc de faire grise mine en voyant cette parade opérée par la firme de Mountain View, et de courber l’échine sous la puissance de l’audience provenant du moteur de recherche.