Avec le Matebook 13, Huawei descend en gamme et s’attaque à la tranche des PC à 1000 euros. Pari réussi pour ce jeune acteur dans le monde des PC portables ? Voyons notre test.

En 2018, Huawei nous avait presque charmés avec le Matebook X Pro, un ultraportable haut de gamme qui était à deux doigts d’être le PC portable idéal. Le ticket d’entrée du MateBook X Pro était cependant assez élevé, avec un prix de départ fixé à 1 499 euros. Le nouveau Matebook 13 se veut être un cousin du Matebook X Pro, vendu à un tarif plus abordable, à partir de 999 euros.

Fiche technique

CaractéristiquesHuawei Matebook 13 (2019)Huawei Matebook X Pro
Écran13 pouces IPS 2160 x 1440 pixels13,9 pouces LTPS 3000 x 2000 pixels
ProcesseurIntel Core i5-8265U ou i7-8565UIntel Core i5-8250U ou i7-8550U
Puce graphiqueIntel UHD Graphics 620Nvidia GeForce MX150 avec 2 Go de GDDR5
RAM8 Go8 ou 16 Go LPDDR3
Stockage256 ou 512 Go de stockage SSD (PCIe Gen3 x 4, NVMe v1.3)256 Go de stockage SSD
Connectique1 USB Type-C (USB 3.1, vidéo), 1 USB Type-C (alimentation), 1 jack 3,5mm 1 USB Type-C (Thunderbolt 3, DisplayPort et alimentation), 1 USB Type-C (USB 3.1, DisplayPort et alimentation), 1 USB Type-A 3.0, 1 jack 3,5 mm
BiométrieLecteur d'empreinteLecteur d'empreinte
Wi-FiWi-Fi 5 (802.11 ac)Wi-Fi 5 (802.11 ac)
Bluetooth5.0 (compatible 4.2, 4.1 et 4.0)4.1
Batterie41,7 Wh57,4 Wh
Dimensions286 x 211 x 14,9 mm304 mm x 217 mm x 14,6 mm
Poids1,28 kg1,33 kg
Prixà partir de 999 eurosà partir de 1499 euros

Ce test a été réalisé avec un produit prêté par la marque.

Design

C’est notamment au niveau du design que le Matebook 13 hérite le plus du travail effectué sur le Matebook X Pro. On retrouve les mêmes codes : un châssis assez fin complètement en aluminium, un écran aux bords fins, un clavier et un touchpad large.

On a peu de choses à dire sur les finitions, le MateBook 13 est un PC très agréable à utiliser et à regarder. Les finitions sont excellentes. De façon assez classique, la partie arrière de la machine est surélevée, à la fois pour faciliter le refroidissement, mais aussi pour améliorer le confort de frappe au clavier. L’encoche sous le touchpad est toujours là pour aider l’ouverture de la machine.

J’ai relevé deux défauts, à mes yeux. Premièrement, le logo de la marque, derrière l’écran, ressort du châssis avec une texture que l’on sent bien au passage de la main. J’ai bien peur que ce logo vieillisse très mal : il risque de s’éroder facilement dans un sac au moindre frottement.

Deuxièmement, notre exemplaire de test dispose d’un écran tactile. Malheureusement, l’écran tremble particulièrement quand on touche l’écran du doigt. La faute à une charnière qui n’a pas été pensée pour « coincer » l’écran dans une position fixe.

Clavier et touchpad

Le clavier du Matebook 13 utilise le maximum d’espace disponible ; il n’y a quasiment pas de bordures à gauche et à droite. Cela donne un clavier disposant de touches assez larges, avec une touche entrée complète et une belle ligne de raccourcis vers des fonctions.

C’est un clavier vraiment très confortable, avec lequel il est agréable de taper. Le seul petit bémol se trouve du côté des touches directionnelles. Les touches haut et bas sont deux fois plus petites en hauteur que les autres, on aime ou on n’aime pas. Personnellement, je me suis habitué très vite au clavier, et je le trouve meilleur que la plupart de ceux que j’ai utilisés sur PC portable.

Le touchpad est à l’image du clavier, très large et agréable à utiliser. La texture fait plus plastique que verre, et je préfère ce que l’on retrouve plutôt chez Dell et Microsoft, avec un glissé plus agréable. C’est tout de même très bon.

La connectique

Sur le Matebook X Pro, Huawei avait eu la bonne idée de conjuguer anciens connecteurs compatibles et nouvelles normes. Ce n’est malheureusement pas le cas sur le Matebook 13, et ce sujet devient même un défaut de la machine.

Le Matebook 13 ne propose que trois connecteurs : un USB Type-C dédié à la recharge du PC, qu’il sera impossible d’utiliser pour autre chose, un port jack 3,5 mm pour les casques et un port USB Type-C USB 3.1. C’est à ce dernier que reviendra la tâche de connecter tous vos périphériques.

Heureusement, Huawei fournit toujours avec la machine un petit dock qui propose : 1 HDMI, 1 VGA, 1 USB Type-C et 1 USB Type-A (le format classique).

Huawei Share

Si vous avez un smartphone Huawei sorti depuis 2018, vous connaissez peut-être la fonction Huawei Share. Elle permet en associant NFC, Bluetooth et Wi-Fi de transférer rapidement les fichiers de son smartphone (contacts, photos, musiques, etc.) vers un appareil.

Le MateBook 13 est le premier PC de la marque à également intégrer cette fonction, et on peut difficilement passer à côté. En effet, dès le déballage du PC, on peut découvrir un grand sticker « Huawei Share » à côté du classique sticker « Intel Inside ».

Avec une machine aussi belle, on aimerait pouvoir retirer cette étiquette disgracieuse, mais voilà, elle est obligatoire pour utiliser la fonction. Oui vous avez bien lu, comme le PC est fait en aluminium, le NFC ne pourrait pas facilement passer au travers du métal, et Huawei a donc choisi de place la connexion NFC dans l’étiquette.

Si vous retirez l’étiquette, vous perdez en principe l’accès à cette fonction nous a indiqué le représentant de Huawei à la présentation du produit. Par égard pour les futurs journalistes qui testeront mon exemplaire, j’ai préféré ne pas tenter l’expérience.

Écran

Le Huawei MateBook intègre un écran de 13 pouces IPS, avec une définition de 2160 x 1440 pixels, soit un format d’affichage 2:3. La dalle est protégée par du Gorilla Glass. L’écran peut être tactile, ou non tactile, selon les configurations. Dans notre cas, c’est bien un écran tactile auquel nous avons le droit.

À l’œil nu, l’écran semble manquer de luminosité. Je suis obligé de la pousser au maximum pour avoir un affichage correct, dans un open space certes bien éclairé.

Le passage de l’écran sous notre sonde colorimétrique confirme nos craintes, mais nous réserve de bonnes surprises sur d’autres points. L’écran affiche ainsi une luminosité maximale de 317 cd/m² pour un contraste de 1080:1. C’est vraiment très faible, surtout avec un écran brillant qui attire facilement les reflets.

En revanche, l’écran est très bien calibré par défaut, et ça, c’est un très bon point pour une machine destinée à un public de professionnels, ou d’utilisateur avertis. La température moyenne des couleurs est de 6500K, et l’espace de couleur sRGB est couvert à 100 %. Notez qu’il est possible de régler les couleurs de l’écran pour afficher quelque chose de plus froid ou plus chaud, au besoin.

Logiciel

La dernière version de Windows en date, Windows 10 1809, est installée sur la machine, dès la sortie de la boîte. C’est l’édition Windows 10 Famille qui est installée sur la machine.

Huawei rajoute en plus quelques fonctions supplémentaires, mais aucun logiciel publicitaire additionnel. C’est un bonheur de ne pas retrouver un message d’alerte de Norton ou McAfee demandant à être acheté et activé au lancement de Windows. C’est un très bon choix de Huawei ici, qui privilégie l’expérience de l’utilisateur à quelques économies.

La firme ajoute deux logiciels : PC Manager, et un gestionnaire d’affichage. Le premier permet de mettre à jour les pilotes du PC, fait un suivi de la mémoire vive et de l’utilisation du processeur, et permet de gérer la garantie de la machine. Comme son nom l’indique, le second permet de régler les couleurs de l’écran.

Plus discrètement, Huawei a également mis en place des messages d’alertes concernant l’utilisation des ports USB Type-C. Notamment parce que la machine ne peut pas être rechargée avec le port situé à droite.

Performances

Notre exemplaire du Huawei Matebook est équipé d’un processeur Intel Core i7-8565U avec 8 Go de RAM et 512 Go de stockage SSD (PCIe Gen3 x 4, NVMe v1.3). Une autre configuration propose un Intel Core i5-8265U, toujours avec 8 Go de RAM, mais 256 Go de stockage. On commence à avoir l’habitude des processeurs Intel Core i5 ou Core i7 de la série U, d’autant que Intel a tendance à stagner ces dernières années, en attendant l’arrivée d’Ice Lake. Ici, notre processeur est gravé en 14 nm et basé sur l’architecture Whiskey Lake lancée en 2018.

Sur le test Cinebench, qui évalue les performances du processeur sur un traitement d’image, la machine obtient un score de 692 points. D’après le logiciel, cela place l’ordinateur devant un Intel Core i7-3770, un processeur de PC de bureau de 2012, ce qui est une très belle performance pour un ultraportable. En faisant tourner en boucle le test pendant plus d’une heure, ce score oscille entre 540 et 580 points, c’est un peu moins bon, mais cela reste tout à fait correct pour une utilisation professionnelle de la machine.

Autonomie

Le MateBook intègre une batterie de 41,7 Wh (3660 mAh à 11,4 V) et Huawei annonce une autonomie de 10 heures en lecture vidéo.

À l’usage, j’ai pu utiliser le PC au travail pendant 4 heures et 30 minutes environ, en passant des performances maximales à un mode plus modéré à mi-parcourt. Mes sessions de travail impliquent l’ouverture de nombreux onglets sur Google Chrome, connu pour sa consommation en batterie, avec notamment un onglet sur YouTube en tâche de fond. C’est un résultat assez décevant, surtout pour un ultrabook.

L’ordinateur paye ici l’utilisation de Windows qui continue en 2019 de mettre l’accent sur le multitâche, au détriment de la batterie. J’ai tout de même relevé 4 % de perte de batterie pendant 2 heures de veille.

La machine se recharge par le port USB Type-C avec un chargeur 65 W. C’est un chargeur USB-C fourni avec un câble USB-C vers USB-C. C’est une bonne nouvelle, cela signifie que ce chargeur sera compatible avec d’autres appareils, et vous pourrez donc charger votre smartphone ou votre Nintendo Switch avec le chargeur du MateBook.

Il permet de recharger le PC en 2 heures, avec 25 % de batterie récupérée dans les premières 30 minutes. Petit point négatif, le bloc d’alimentation se branche directement sur la prise électrique. Autrement dit : il pourrait être trop encombrant pour être branché sur certaines prises, notamment sur une multiprise.

Prix, date de sortie et alternatives

Le Huawei Matebook sort le 26 février en France. Trois configurations seront proposées, à trois prix différents :

  • Intel Core i5, 256 Go de stockage, écran non tactile : 999 euros
  • Intel Core i7, 512 Go de stockage, écran non tactile : 1199 euros
  • Intel Core i7, 512 Go de stockage, écran tactile : 1299 euros

À ce prix, Huawei est en concurrence frontale avec l’Asus Zenbook 14 pouces, qui propose en plus une puce graphique Nvidia GTX 1050 et une connectique plus riche, au prix d’un PC un peu plus encombrant.

C’est en tous cas moins cher que le nouveau MacBook Air d’Apple, ou le Surface Laptop 2 de Microsoft, pour des caractéristiques similaires.

Nos photos

Test Huawei MateBook 13 Le verdict

design
8
On aime la qualité de fabrication remarquable, le clavier et l'écran borderless, le large touchpad et le lecteur d'empreinte. Dommage que la connectique soit si limitée, et que l'écran tremble autant en utilisant le tactile. L'obligation de laisser le sticker Huawei Share ressemble à une mauvaise blague.
écran
7
L'écran IPS du Matebook 13 affiche des couleurs justes sur une belle définition, mais la luminosité maximale et le contraste trop faibles sont parfois problématique, surtout dans des environnements bien éclairés.
logiciel
9
Huawei continue de faire les bons choix avec ses machines sous Windows 10. La version du système est à jour en sortie de boite, et on ne retrouve aucune version d'essai de logiciels commerciaux. La marque se contente d'ajouter quelques fonctionnalités supplémentaires bienvenues et qui s'intègrent bien à Windows.
performances
7
Avec un Intel Core i7 série U et 8 Go de RAM, le MateBook est parfaitement équipé pour gérer des tâches bureautique, web ou de création légère. Les jeux gourmands lui sont inaccessibles. Bon point, son refroidissement lui permet de maintenir un bon niveau de performance même sur une longue session de travail.
autonomie
5
L'autonomie du MateBook est pour le moins décevante. En 2019, un ultrabook se doit de tenir longtemps sur un usage bureautique ou web, même assez poussé. Avec mon usage, la machine a tenu 4 heures et 30 minutes avant de demander désespérément un chargeur. Heureusement que la batterie se charge en moins de 2 heures par USB-C.
Note finale du test 6/10
Le Huawei MateBook avait tout pour être un coup de cœur, et être la machine facilement recommandable de ce début d'année. Déclinaison moins chère du MateBook X Pro, elle en conserve l'excellent design, une bonne intégration de Windows et des performances de premier ordre.

Malheureusement, la machine de Huawei échoue à nous convaincre sur un point essentiel pour un ultraportable, son autonomie. Moins de 5 heures sur un usage professionnel de l'appareil, c'est insuffisant en 2019. La faible luminosité de l'écran et la connectique limitée handicapent également la machine pour un usage professionnel, pourtant recherché ici.
  • Points positifs
    • Écran très bien calibré
    • Qualité de fabrication remarquable
    • Clavier large et bien conçu
    • Performant, même sur la durée
  • Points négatifs
    • Luminosité de l'écran problématique
    • Autonomie médiocre
    • Connectique un peu trop limitée
    • Écran tactile qui a la gigote
    • Sticker obligatoire pour Huawei Share