Huawei a profité de l’IFA 2019 pour présenter, comme à son habitude, son dernier Kirin 990 à destination des futurs Mate 30. Cependant, celui-ci n’utilise pas les derniers cœurs les plus puissants d’ARM : les Cortex A77. Voici pourquoi.

L’IFA est traditionnellement le moment où Huawei, le constructeur chinois, dévoile sa dernière puce à destination de ses futurs smartphones haut de gamme. À l’IFA 2019, ça a bien évidemment été le cas : le Kirin 990 a été officialisé.

Celui-ci sera amené à propulser les Huawei Mate 30 et Mate 30 Pro qui seront bientôt officiellement dévoilés. Cependant, il ne s’équipe pas de la puce la plus puissante dévoilée par ARM récemment : la Cortex A77. Pourquoi ?

Le Kirin 990 reste au Cortex A76 et non Cortex A77

Richard Yu, haut responsable chez Huawei, a répondu à cette question selon Gizchina. Ce dernier invoque tout d’abord le fait que la puissance du SoC Kirin 990 va déjà « au-delà des besoins des consommateurs », faisant que l’intégration du Cortex A76 de 2018 suffisait déjà en soi.

Surtout, l’homme d’affaires a argumenté qu’utiliser le Cortex A77 aurait eu une incidence sur l’autonomie de l’appareil, quand bien même ARM annonce que sa nouvelle puce offre 20% de performances en plus sans impacter la consommation. Il est possible que Huawei ait fait ses propres tests, et ait constaté une différence.

Cependant, Richard Yu a tenu à préciser que l’intégration de la puce Cortex A77 se fera sur la prochaine puce Kirin, qui devrait profiter de la nouvelle gravure à 5nm attendue en 2020. L’économie d’énergie liée à cette réduction de gravure l’aiderait effectivement à intégrer des composants plus énergivores.

Pour être honnête, cela n’est pas très choquant. L’homme d’affaires n’a pas tort en déclarant que les puces actuelles surpassent les besoins effectifs des consommateurs, et mieux vaut quoiqu’il arrive privilégier une bonne autonomie. Cependant, nous espérons que cela ne deviendra pas la norme, et que le Kirin ne restera pas bloqué sur une génération de retard avec les années.