J’ai passé un mois avec Ring Fit Adventure : de la sueur… et du cœur

Quand l'aventure appelle, on se bouge les fesses

 

Introduction

Ring Fit Adventure est sorti sur Nintendo Switch à la mi octobre et rêvait de faire bouger les petits geeks que nous sommes devant leur console. Mission réussie ? J'ai passé ce dernier mois avec le jeu, et vous offre mes conclusions.

Lorsque Wii Fit est sortie, le constructeur japonais s’est tout à coup retrouvé avec un nouveau succès interplanétaire. Soudainement, après avoir rendu le jeu vidéo facilement accessible à tous les âges avec des recettes comme le Docteur Kawashima ou encore Wii Sports, il a également reçu les faveurs des personnes en manque de fitness dans leur vie.

Avec la Nintendo Switch, et après l’échec de la Wii U, Nintendo s’est recentré sur son cœur de métier : les joueurs purs et durs. The Legend of Zelda Breath of the Wild est venu dès le premier jour signer ce retour, quand le retour de Super Smash Bros. en fin d’année dernière l’a entériné.

Avec Ring Fit Adventure, sortie à la mi-octobre, la marque japonaise tente cependant le grand écart : réussir à retrouver la fitness tout en continuant de parler aux joueurs. Pari réussi ?

Pourquoi pas Ring Fit Adventure ?

J’ai contacté Nintendo à la sortie du jeu afin de récupérer un exemplaire presse de celui-ci. L’idée pour moi ? Pouvoir justement vous dire si Ring Fit Adventure avait vraiment les capacités pour me faire continuer à jouer moi, joueur « pur et dur » sentant bon le jeu de combat et les fesses vissées dans le canapé.

Pourquoi cette expérience ? Parce qu’à force de voir le jeu de loin, je ne pouvais m’empêcher de constater qu’il ressemblait bien à… un jeu. Un vrai. Avec un scénario, des mécaniques de RPG, et quelques éléments qui semblaient convaincants. La curiosité m’a poussé vers la porte du sport, moi qui n’ai que brièvement bougé ces fesses quelques mois à la salle avant de déménager sur Paris et de ne plus vouloir en entendre parler.

Ces fesses, justement. Voilà qu’elles ne connaissent plus que les trajets vers le travail, vers les amis, et vers le canapé. Impossible pour moi d’imaginer aller à la salle alors que je rentre mentalement exténué chaque soir chez moi et continue de travailler sur des projets personnels le week-end. Sur cet aspect aussi, Ring Fit Adventure avait un petit quelque chose d’attirant : pouvoir faire tout ça chez moi, en paix, rapidement et simplement.

Cela fait un peu plus d’un mois maintenant que le jeu est à mon domicile et que la cartouche est insérée dans ma Nintendo Switch. Il est temps de vous faire un retour complet sur l’expérience.

Peu d’espace requis pour Ring Fit Adventure

Que demande Ring Fit Adventure pour pouvoir jouer ? C’est assez simple : l’investissement premier pour acquérir le pack avec le fameux « ring » où insérer le Joy Con droit et la bande à plaquer contre sa jambe gauche pour le Ring Fit gauche. Pour le reste, il ne vous faudra que du temps… et un peu d’espace.

Sur ce dernier point, je suis heureux de pouvoir vous dire que même un espace limité suffira. Dans mon petit appart parisien de 25 m², jouer à Ring Fit Adventure n’a pas posé plus de problème que bouger ma petite table Ikea (vous savez, la moins chère, que tout le monde a) de devant ma TV.

On imagine vite qu’il suffit d’avoir la place d’être debout devant sa TV, mais comptez aussi la place pour lever vos bras bien hauts au-dessus de vous et de vous asseoir à terre. Croyez-moi : j’ai envoyé quelques coups de poing fortuits à mon lampadaire avant de bien calibrer mon espace.

Enfin… ayez des voisins du dessous qui n’ont pas trop d’exigences sur le bruit que vous faites, puisque le jeu vous demande souvent de courir sur place. Nintendo a prévu le coup en ayant un mode discret qui vous fera faire des mouvements de jambes moins amples et donc avec moins d’impacts sur le sol, mais il est difficile de se retenir lorsqu’on est lancé dans le jeu (et physiquement fatigué).

Petite note également : l’anneau de Ring Fit Adventure est encombrant… en lui-même. Dans mon petit appartement, je n’ai jamais réussi à lui trouver une place au propre et il est posé depuis un mois à côté de ma TV. N’oubliez pas de considérer ce point en achetant le jeu si vous êtes un grand maniaque. Et également de porter des vêtements adéquats.

Le matériel est basique, mais efficace. La sangle, faite d’un tissu plastique assez commun dans les apparats de sport, semble bien résistante et son scratch puissant ne m’inquiète pas pour sa longévité. Bonus important : vous pouvez passer tout ça en machine si vous finissez par le tremper de sueur. L’anneau quant à lui est fait majoritairement d’un caoutchouc très résistant qui pourra subir toutes les torsions que demande le jeu sans problème. Il est équipé sur les côtés de parties rembourrées en tissu qui, là encore, tiennent par un scratch et peuvent être retirées pour passer en machine. Tout respire donc la solidité, sans pour autant être condamné à humer le rance après quelques parties.

Ring Fit Adventure est un vrai jeu vidéo

Ring Fit Adventure s’ouvre tout d’abord sur des réglages de votre force, de votre poids et du rythme que vous souhaitez avoir pour participer à l’aventure. Tous ces points peuvent être retouchés pendant une session, faisant qu’il est parfaitement possible d’avoir des séances intenses et des séances plus calmes au cours d’une semaine.

Mais ce que l’on retiendra surtout est à quel point Ring Fit Adventure est… un jeu, un vrai. Dès l’introduction, totalement scénarisée, nous voici jetés dans un univers qui s’amuse avec les codes du fitness pour créer son monde, du dragon bodybuilder en guise de boss final aux divers smoothies remplaçant les habituelles potions. Ne reste plus qu’à courir sur place pour vous balader dans les divers univers que le jeu vous propose, en regardant au bord de la route quelques créateurs se balader et ouvrir des coffres en soufflant dessus avec votre cercle magique.

C’est même une production définitivement « Nintendo-esque » dans sa forme, alors que tous les niveaux sont reliés les uns aux autres par une grande carte qui n’est pas sans rappeler un jeu de société… ou un Mario. Et sur tous ces mondes, l’attention aux détails que l’on attend du développeur est bien là, poussant à rester curieux au cours de l’exploration.

Une carte qui n’est pas sans rappeler… tout Nintendo

Une carte qui n’est pas sans rappeler… tout Nintendo

Dans le ton, Ring Fit Adventure porte tout autant la patte du développeur japonais. On retrouve ces dialogues très à la frontière de la mièvrerie sans trop être enfantin qui font leur succès sur le grand public… mais aussi cette tendance à être énormément pris par la main, même lorsque l’on a définitivement compris le principe. Ça agace un tout petit peu avant qu’enfin le jeu se décide à partir du principe que ses règles sont intégrées maintenant.

Et surtout, c’est un RPG

Mais surtout, en son cœur, Ring Fit Adventure est un RPG, soit le genre que j’apprécie particulièrement. Les exercices ne sont en effet pas présentés comme tels dans le jeu, mais comme des attaques appartenant à une certaine catégorie. Ainsi, les exercices de bras sont en rouge, les exercices type yoga sont en vert clair, etc., etc.

Plus qu’une couleur pour mieux identifier la partie du corps à travailler, il s’agit… de faiblesse. Les attaques rouges sont efficaces contre les ennemis rouges, les bleus contre les bleus, et ainsi de suite. Et plus encore, vous êtes « le Pokémon » de votre aventure : passer en niveau vous fera gagner de nouvelles attaques à mettre dans votre liste prédéfinie (et limitée) et certaines font des dégâts sur plusieurs monstres à la fois, mais prennent deux tours à recharger contre un tour pour une attaque ciblant un seul monstre.

Un ennemi bleu, une attaque rouge

Un ennemi bleu, une attaque rouge

C’est une logique de RPG tour par tour traditionnel, particulièrement chez les développeurs japonais. Et ça fonctionne : au bout d’un moment, la notion d’exercice sportif s’efface et ne reste plus que le jeu. Simplement, il vous faudra remuer votre corps si vous souhaitez attaquer, et le faire efficacement pour avoir les meilleurs dégâts.

Les techniques se gagnent au fur et à mesure des niveaux

Les techniques se gagnent au fur et à mesure des niveaux

Cette dernière notion se ressent particulièrement sur la garde. Lorsque les ennemis attaquent, vous aurez besoin de positionner le rond contre votre ventre et le presser pour déployer votre bouclier. Mais si vous ne pressez pas assez, vous prendrez des dégâts tout de même. Ring Fit Adventure fonctionne ainsi : de votre motivation de faire l’effort complet dépend votre réussite en jeu. Avec une mentalité de joueur, cette carotte sur les dégâts fonctionne merveilleusement bien pour nous faire bouger.

Il y a également une petite notion de « leveling » sur le jeu. Il m’est arrivé plus d’une fois de revenir sur la zone précédente simplement pour gagner en expérience, passer un niveau, et rendre la zone suivante plus simple à compléter.

La motivation est le jeu

Ring Fit Adventure est malin, vraiment. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai simplement dit devant mon écran « oh c’est pas bête du tout ça » en regardant se déployer devant moi sa boucle de gameplay. Au lendemain de mes sessions, j’avais hâte d’y revenir. Pas parce que j’avais envie de faire du sport (mais alors, vraiment pas), mais parce que j’avais envie de claquer la perruque de ce boss bodybuildé qui ne m’a que trop nargué la nuit précédente.

Et c’est quelque part… un problème pour moi. Laissez-moi vous expliquer. Il ne s’agit pas d’un problème du jeu, mais de ma mentalité de joueur. Ring Fit Adventure s’est ancré en moi non pas comme un exercice physique important à faire pour ma santé, mais comme un jeu que j’ai vraiment envie de compléter.

17 min en jeu, une heure dans la vraie vie, et j’étais mort

17 min en jeu, une heure dans la vraie vie, et j’étais mort

Or, quelques semaines après sa sortie… Death Stranding, le dernier jeu d’un de mes créateurs favoris, est sorti. Et puis Pokémon Épée et Bouclier est sorti sur la Nintendo Switch. Et je n’ai plus jamais relancé Ring Fit Adventure, car ces deux derniers ont tout simplement priorité dans ma liste. Il n’y avait pourtant qu’un frein à mon envie de jouer : je n’ai pas de vêtements bons pour une activité sportive, et se préparer en mettant la sangle et en clipsant ses Joy Con au cercle dédié met un peu plus de temps que simplement saisir sa manette. Un frein qui, très sincèrement, n’est pas si difficile que cela à surmonter.

Mais plus que cela, plus que la fatigue et le manque de temps libre dans mon emploi du temps, Ring Fit Adventure a subi… la compétition des autres titres de mon catalogue. Reste que je suis bien heureux de l’avoir et que, les fêtes de Noël arrivant, il risque bien de revenir de plus belle dans mes habitudes de jeu pour contrer un peu les repas de famille à venir.

Quitte à devoir le faire, autant que ce soit dans un univers que j’apprécie avec un gameplay qui me titille.

Note finale du test
9 /10
Ring Fit Adventure a fait le pari de réussir à transformer une activité sportive en un jeu, un vrai, en bonne et due forme. Et sur ce point, il est indéniable qu'il s'agit d'une réussite.

Dans son histoire comme son gameplay, on ne peut nier que Ring Fit Adventure est avant tout... un RPG. Le titre fonctionne en déguisant ses attaques en exercices sportifs, ce que l'on finit par oublier pour se plonger dans l'expérience complète.

Si vous avez un peu de place à lui offrir dans votre salon et surtout de la motivation, il pourrait changer la donne pour vous permettre de vous mettre au sport... s'il n'entre pas en compétition avec les autres jeux de votre liste, cela va sans dire.
Points positifs
  • Simple d'accès
  • Un vrai RPG
  • Suivi sur la durée
Points négatifs
  • Un peu encombrant

Les derniers articles