Sony a renouvelé ses écouteurs true wireless intra-auriculaires avec les WF-1000xM3. Réduction de bruit, contrôle tactile, autonomie annoncée comme allant jusqu’à 32 heures (boitier compris) et fonctions intelligentes… les Sony WF-1000xM3 sont sur le papier la meilleure alternative aux AirPods d’Apple. Mais le sont-ils vraiment ? Réponse dans notre test complet.

Mise à jour du 6 août : ajout du test vidéo

Sony a-t-il réussi à créer des écouteurs true wireless « sans fausse note » ? C’est en tout cas la promesse qui a été faite au début du mois de juillet 2019 lors de la présentation des WF-1000xM3. Derrière ce nom barbare se cachent des écouteurs à réduction de bruit qui veulent à la fois rivaliser avec le haut de gamme sur la qualité sonore, mais aussi sur le terrain des fonctionnalités et de la qualité de réduction de bruit.

Fiche technique

  Sony WF-1000xM3
Style in-ear
Réponse en fréquence 20 - 20 000 Hz
Réduction de bruit Oui
Étanchéité Non
Bluetooth 5
Autonomie annoncée 6 à 8 heures de lecture audio (avec ou sans ANC)
Autonomie annoncée avec étui 24 à 32 heures de lecture audio (avec ou sans ANC)
Poids 8,5 g (x2)
Poids étui 77 g

Ce test a été réalisé avec des écouteurs qui nous ont été fournis par Sony.

Notre test vidéo

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Le retour de l’oreillette

Sur le marché des écouteurs true wireless, il existe deux écoles : les AirPods d’Apple — ou ses copies — avec une tige qui dépasse de l’oreille, ou la forme « haricot » qui vient se loger dans le creux de l’oreille. Ici, Sony a opté pour le choix numéro deux, avec un corps qui ressort un peu de l’oreille vers l’avant, rappelant les kits mains libres de l’époque — en plus petit tout de même –, contrairement aux Galaxy Buds de Samsung qui restent plus contenus dans le pavillon de l’oreille. Est-ce mieux ou moins bien ? C’est là une question de goût et je vous laisserai donc seul juge sur la question en fonction de vos préférences.

Avec 8,5 grammes sur la balance, ils sont un peu plus lourds que les intras de Samsung, ce qui n’est pas réellement un problème. Ils restent bien accrochés à l’oreille et ne pèsent pas sur l’antitragus. En revanche, la base est assez proéminente et je dois avouer avoir eu mal au tragus sur des écoutes prolongées. Ils seront donc de bons compagnons durant vos sessions de sport, mais pas forcément les plus longues.

Par ailleurs, notez que Sony n’annonce aucune étanchéité, donc faites attention si vous allez courir sous la pluie ou si vous avez tendance à beaucoup suer. C’est là que son format l’aide à protéger ses connecteurs des projections de sueur.

Sur la surface externe de chaque oreillette se trouve une surface lisse faisant office de zone tactile. À gauche, on peut gérer la réduction de bruit (ANC et son ambiant) tandis qu’à droite on peut gérer la lecture de ses fichiers multimédia. Un tapotement pour lancer ou mettre en pause la lecture, ou deux tapotements pour passer à la piste suivante. Il est dommage de ne pas retrouver des mouvements par glissements comme sur le WH-1000xM3 pour revenir à la piste précédente ou mieux encore pour gérer le volume. L’application Headphones de Sony permet de régler ces commandes afin de choisir la fonction attribuée à chaque oreille (commande de lecture, contrôle du son ambiant, assistant Google ou aucune).

C’est d’autant plus frustrant que les contrôles tactiles ne répondent pas toujours au doigt et à l’œil et qu’il n’est pas rare de tapoter à côté de la toute petite zone par mégarde, même après plus d’une semaine d’utilisation. Cela m’est arrivé plein de fois en souhaitant repositionner un peu l’oreillette pour éviter d’avoir mal par exemple. Au final, le résultat est qu’il n’est pas rare de ressortir son smartphone pour contrôler sa musique.

La réduction de bruit active

Depuis sa sortie, je suis l’heureux propriétaire d’un WH-1000xM3, l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur casque lorsqu’il s’agit de réduire le bruit ambiant. Depuis, je peux rester enfermé dans ma bulle, que ce soit dans le brouhaha de l’open space ou la cacophonie du métro parisien. Aussi, quand j’ai glissé les WF-1000xM3, c’était très étrange d’entendre à nouveau. Mes doigts sur le clavier, les discussions en fond, les grincements des roues du métro sur les rails… Tant de bruit que j’ai redécouvert, trouvant ces écouteurs bien décevants.

Puis j’ai coupé la réduction de bruit active des WF-1000xM3 et là j’ai compris… Compris tous les bruits qui étaient étouffés et que je n’entendais pas. Compris à quel point la réduction de bruit a changé mon approche de la vie citadine. Compris à quel point il y a une différence entre des bruits indistincts en fond qui forment un bruit grésillant et gênant et des conversations claires et limpides qui empêchent totalement de se concentrer.

Clairement, la réduction de bruit active des WF-1000xM3 n’apporte pas le calme d’un casque à arceau qui recouvre bien mieux l’oreille. Des sons continuent de passer. Pour autant, cette réduction est en réalité très bonne en comparaison d’autres écouteurs intra-auriculaires et permet déjà de se couper énormément des distractions externes. Notons par ailleurs que la réduction de bruit active est loin d’être un point que l’on retrouve souvent sur les écouteurs true wireless, ce qui fait de ceux-ci des exemplaires rares.

En remettant dans le contexte, et en réessayant d’autres écouteurs true wireless, je me suis alors rendu compte que la réduction des WF-1000xM3 était bien loin d’être décevante, et qu’elle était même très étonnante pour cette gamme.

Qualité audio

Les Sony WF-1000xM3 font l’impasse sur le LDAC, la technologie audio de Sony qui permet d’atteindre des débits de 990 kbps en sans fil, et même l’aptX de Qualcomm. C’est dommage, mais on retrouve tout de même les formats SBC et AAC (c’est toujours mieux que le Jabra Elite 85h qui n’avait même pas de AAC) et le moteur maison DSEE HX qui permet d’améliorer le rendu du son des fichiers compressés (MP3) afin de se rapprocher de la qualité HiRes, à l’instar de l’upscalling des TV 4K par exemple qui améliorent les sources Full HD.

La signature sonore de Sony se veut assez marquée

Au final, ce qui prime n’est finalement pas le nombre d’acronymes présents sur la fiche technique et qui ne parleront qu’aux nerds de l’audio, mais la qualité et la stabilité du son. Et à ce petit jeu, les Sony WF-1000xM3 sont vraiment très bons, dépassant largement les AirPods (qui a dit que ce n’était pas difficile ?), les Jabra Elite 65T, ou les Samsung Galaxy Buds.

La signature sonore de Sony se veut assez marquée, mais sans jamais tomber dans les extrêmes, ce qui donne un résultat très équilibré. Et sur ce point, les WF-1000xM3 entendent donner le change à leur grand frère à arceau.

Sur des fichiers FLAC comme sur du streaming en ligne, le résultat est chaleureux et parfaitement ciselé. Les aiguës comme les graves se font bien entendre, sans jamais prendre le dessus sur les médiums. Jazz, métal, rap… aucun style ne m’a donné envie à un moment de me rendre dans l’égaliseur de l’application pour rattraper des fréquences qui seraient étouffées ou au contraire prédominantes.

Précisons que les deux écouteurs s’appairent à la source et il n’y a donc pas de maître ni d’esclave. Cela permet d’éviter les problèmes de latence entre les autres écouteurs. Quant à la latence entre la source et les écouteurs eux-mêmes, elle peut s’avérer légèrement perceptible en y prêtant parfaitement attention, mais même dans ces conditions, ce n’est pas toujours sensible. Autant dire que cela ne devrait pas vous déranger au quotidien.

Un quotidien aussi simple que les Airpods

Si l’on voit autant d’AirPods dans les transports, ce n’est pas pour leur qualité audio. Ce qui fait leur popularité, c’est avant tout pour leur simplicité d’usage au quotidien. Et de ce côté, les Sony WF-1000xM3 n’ont pas grand-chose à leur envier.

Pour l’appairage, les AirPods sont reconnus par n’importe quel appareil iOS lorsqu’on ouvre la boite assez proche. La boite des Sony dispose du NFC pour appairer les deux écouteurs d’un simple geste avec un smartphone Android (il faudra passer par les paramètres du Bluetooth sur un iPhone ou un iPad, mais c’est ici la faute d’Apple et non de Sony). Les AirPods coupent la musique lorsqu’on enlève un écouteur. Les Sony aussi (dans la plupart des cas tout du moins, il arrive qu’il y ait quelques bugs de temps à autre).

Les AirPods se connectent par Siri à la voix, il suffit de laisser son doigt sur l’écouteur de Sony configuré à cet effet pour discuter avec Google Assistant, lui faire lire nos notifications ou exécuter des commandes. Malheureusement, cela demande de sacrifier une autre fonctionnalité, comme la gestion de la réduction de bruit par exemple. À vous de voir si vous utilisez Google Assistant plus souvent que vous changez de mode de réduction de bruit.

Pour modifier cela, il faut passer par l’application HeadPhones de Sony, toujours aussi complète. Elle dispose d’un égaliseur avec préréglages, des paramètres concernant la qualité (priorité à la qualité sonore ou à la stabilité, mode DSEE…), ou encore le choix de la langue. Notons par ailleurs que les écouteurs ne donnent pas leurs indications de façon synchronisée. Si vous les insérez l’un après l’autre, vous aurez un canon stéréo qui vous rappellera que les écouteurs s’allument, se connectent et combien de batterie il leur reste. Usant.

La boite est également très grosse, bien que fonctionnelle. La petite pastille rouge répétée sur l’oreillette droite rappelle quel écouteur se range dans quel compartiment, les aimants permettent de ne pas perdre d’écouteur et le plat du couvercle permet de poser la boite à plat sur une table, même quand elle recharge. En revanche dans une poche, elle ne s’oublie pas en raison de son gros gabarit et le revêtement plastique du capot souffre de nombreuses rayures après seulement quelques jours d’utilisation. Il faut dire que pour ne pas rayer mon smartphone, je rangeais cette boite dans la même poche que mes clés…

Une autonomie gargantuesque

Après une semaine d’utilisation, j’ai été contraint de reporter la publication de ce test en raison de mon incapacité à parler de l’autonomie de ces WF-1000xM3. Et pour cause, puisqu’ils ne m’avaient alors fait défaut à aucun moment. Même en écoutant la musique quasi à longueur de journée et en les remettant vaguement dans leur boite lors de ma pause déjeuner, je ne suis jamais tombé en panne de batterie au cours de ma journée. Sony annonce 6h à 8h d’autonomie en continu (avec ou sans ANC) et je peux confirmer que c’est bel et bien le cas et qu’il n’y a pas tromperie sur la marchandise.

Avec le boitier, Sony annonce 24 à 32 heures d’autonomie, ce qui correspond à peu près à ce que j’ai pu expérimenter en utilisation mixte (autour de 28 heures). On est donc clairement dans le haut du panier.

Seul petit reproche que certains pourront lui faire : l’absence de charge sans fil. Sur un gros boitier comme ça, on aurait pu s’attendre à avoir le meilleur de la technologie, d’autant que les AirPods à 229 euros proposent un boitier compatible avec la recharge Qi. Elle a au moins le mérite d’être USB-C, c’est déjà bien.

Prix et date de sortie

Les Sony WF-1000xM3 sont actuellement disponibles en précommande chez les principaux revendeurs au prix conseillé de 249 euros pour une sortie le 9 août 2019.

Note finale du test 9/10
Les Sony WF-1000xM3 sont des écouteurs true wireless de très grande qualité. Si leur prix est dans la fourchette supérieure, on en a pour son argent sur absolument tous les points. Ils ont même réussi à convaincre le réfractaire aux écouteurs true wireless que je suis, c'est pour dire.

Non seulement leur son est bon, largement meilleur que celui des AirPods par exemple, mais en plus leur autonomie est vraiment excellente et ne devrait vous faire faux bond que dans certains cas extrêmes comme un vol long courrier par exemple. Enfin, la réduction de bruit active est une fonctionnalité encore bien trop rare sur ce type de produit et elle est ici bien mieux gérée que sur la génération précédente. Ce n'est certes pas aussi efficace que sur un casque à arceau, mais c'est déjà largement suffisant pour se couper du monde et éviter les bruits parasites d'un open space ou d'un lieu public.

Il reste encore quelques éléments à améliorer, comme la navigation tactile, la taille du boitier de recharge ou encore la résistance à l'eau, mais cela reste relativement accessoire comparativement parlant au gain que l'on y trouvera au niveau du son.
  • Points positifs
    • Excellente autonomie
    • Réduction de bruit active efficace
    • Son excellent
  • Points négatifs
    • Pas super confortables à la longue
    • Les commandes tactiles pas terribles
    • Pas de résistance à l'eau
    • Boite de recharge assez grosse et uniquement filaire