Les voitures électriques ont largement moins de chance de prendre feu que les thermiques : la preuve avec les chiffres de Tesla

 

Parmi les idées reçues qui reviennent le plus souvent à propos des voitures électriques, ce sont leurs prétendues facilité à prendre feu. Des données fournies par Tesla nous prouvent le contraire. Avec un départ de feu tous les 209 millions de kilomètres roulés aux États-Unis, elles s'enflamment 86 % moins souvent que la moyenne des voitures roulant sur le sol américain.

Tesla Model S // Source : Tesla

Rares sont les domaines où les fausses informations et les idées reçues sont aussi présentes que dans celui de la voiture électrique. Parmi celles qui reviennent le plus fréquemment : elles prendraient feu bien plus fréquemment qu’une voiture thermique.

Une accusation qui vient d’être balayée par Tesla dans un rapport sur la sécurité de ses voitures. Outre un risque d’accident en nette baisse, surtout lorsque l’Autopilot est activé, on y découvre des chiffres de départs de feu largement moindres que la moyenne des voitures roulant aux États-Unis.

Un départ de feu tous les 209 millions de kilomètres

On le sait : les Tesla sont connectées en permanence aux serveurs de la marque, permettant d’avoir un retour complet sur l’état de sa flotte. Pour déterminer les risques d’incendie, la marque a ramené le nombre de départs de feu au kilométrage annuel de sa flotte totale, puis les a comparés à la moyenne nationale (via les statistiques de la National Fire Protection Association, NFPA).

Les chiffres de départs de feu aux États-Unis (moyenne en gris, Tesla en bleu) // Source : Tesla

Les chiffres sont limpides : en 2022, lorsqu’une voiture prend feu en moyenne une fois tous les 18 000 000 miles roulés (28 968 192 km), une Tesla va monter ce chiffre à 130 000 000 miles roulés (209 214 720 km), soit une baisse de 86 %.

De quoi extrapoler sur les voitures électriques en général ? En 2023, les voitures électriques représentaient 7,36 % des immatriculations américaines selon l’Argonne National Laboratory, et les Tesla comptaient pour 55 % d’entre elles selon Les Echos. On l’aura donc compris, les voitures électriques ne représentent donc qu’un petit pourcentage de la flotte globale américaine, et n’interviennent que peu dans les statistiques globales.

Une méthodologie différente

Notons cependant que les chiffres de 2023 ne sont pas communiqués. Tesla se défend en annonçant qu’elle « collectait désormais des données annuelles sur les incendies de véhicules pendant un an avant de les publier, afin de tenir compte de tous les événements connus ». Seulement nous sommes en mai 2024, et les chiffres de l’année passée ne sont pas encore en ligne…

Tesla Model S // Source : Tesla

Autre élément à prendre en compte, cette fois-ci en faveur des chiffres d’incendie des Tesla : la marque totalise l’ensemble des départs de feu, même lorsque ces derniers n’ont pas débuté à l’intérieur de la voiture, à l’inverse des chiffres officiels. La marque cite ainsi « les incendies causés par des feux de structure, des feux de forêt, des incendies criminels et d’autres causes non liées au véhicule, alors que les données de la NFPA excluent tous les incendies où une structure est impliquée ».

Notons, enfin, que Tesla compare les chiffres de sa flotte, par définition récente, avec la moyenne nationale, où les voitures peuvent être bien plus âgées – et plus promptes, fatalement, à des dysfonctionnements mécaniques pouvant causer un incendie.


Téléchargez notre application Android et iOS ! Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.