Annoncé en grande pompe par le fabricant chinois, le Xiaomi Mi 8 Explorer arbore un dos translucide affichant des composants… qui s’avèrent être des faux.

Crédit : Endgadget

Depuis sa présentation hier par Xiaomi, le Mi 8 Explorer anime beaucoup de débats dans la sphère tech. On ne parle pas ici du plagiat évident de l’iPhone X par Xiaomi, mais bien du dos transparent plutôt inspiré du HTC U12 Plus. En effet, la presse s’est vite rendu compte qu’il n’agit pas réellement des composants utilisés par l’appareil.

La communication de Xiaomi

La première hypothèse était celle d’un simple sticker imprimé et placé sous la coque transparente pour donner l’effet d’afficher des composants. En réalité, Xiaomi a affirmé dans un communiqué pour The Verge que « le dos transparent du Mi 8 Explorer Edition est bien fait d’un verre transparent, et il n’y a pas de stickers. Les composants que vous voyez sont bien des parties de la carte mère du téléphone ».

Il semble pourtant impossible pour un fabricant de smartphones d’intégrer le Snapdragon 845 de Qualcomm comme il est affiché par l’appareil. La puce chaufferait beaucoup trop sans système de refroidissement la recouvrant.

Chengming Alpert, l’un des premiers à avoir pointé du doigt le dos en verre du Mi 8 Explorer, affirme avoir pu confirmer depuis plusieurs sources internes que les composants affichés sont bien réels, mais qu’ils n’ont aucune utilité pour le fonctionnement de l’appareil. Autrement dit, il s’agit de composants factices.

Un élément de design réussi

Xiaomi aurait sans doute pu s’éviter une polémique en étant un peu plus transparent. Finalement, est-ce si grave si les composants affichés sont factices ? L’intérêt du dos affichant des composants est purement esthétique. Un smartphone n’est pas une montre et même en affichant les vrais composants, on ne verrait aucune pièce mécanique en action.

L’utilisation de faux composants est donc un choix de design de la marque, qui lui permet de créer un dos transparent bien plus joli que ce que l’on a pu voir ailleurs, mais bien moins honnête. Les premières réactions et les premières images de l’appareil semblent montrer que ce choix était payant.