Test du Xiaomi Mi Smart Band 6 : un nouveau capteur mal maîtrisé

Mais un rapport qualité-prix toujours aussi remarquable

Ce test est valable pour les variantes suivantes :

Points positifs de la Xiaomi Mi Smart Band 6
  • Écran plus large
  • Design toujours aussi sobre
  • Interface fluide, accessible et personnalisable
  • Suivi d’activité complet
  • Rapport qualité-prix
Points négatifs de la Xiaomi Mi Smart Band 6
  • Autonomie en baisse
  • Nouveau capteur (SpO2) très énergivore
  • Capteur de fréquence cardiaque parfois à l’ouest
  • Application encore un peu fouillis
  • Toujours pas de GPS ni de paiement NFC (en France)
 

Introduction

Nous avons testé la nouvelle version du fameux bracelet connecté de Xiaomi pendant trois semaines. Le nouveau capteur SpO2 fait-il la différence ? Réponse tout de suite dans notre avis complet du Xiaomi Mi Smart Band 6.

Le Xiaomi Mi Smart Band 6

Le Xiaomi Mi Smart Band 6 // Source : Maxime Grosjean pour Frandroid

Nouveau bracelet, nouvelle fonctionnalité. Xiaomi a en effet récemment mis à jour son fameux Mi Smart Band en y ajoutant un capteur SpO2 et en agrandissant l’écran. Seuls six mois séparent le modèle précédent de cette dernière version. La marque a-t-elle su conserver l’excellent rapport qualité-prix de son bracelet connecté ? Réponse dans notre test complet du Xiaomi Mi Smart Band 6, après trois semaines d’utilisation.

Fiche technique du Xiaomi Mi Smart Band 6

Modèle Xiaomi Mi Smart Band 6
Taille d'écran 1.56 pouces
Technologie AMOLED
Définition de l'écran other
Format écran Rectangulaire
Dimension 47.4 mm
Batterie 125 mAh
Capteur de rythme cardique Oui
Analyse du sommeil Oui
Accéléromètre Oui
Capteur de lumière ambiante Non
Indice de protection 5ATM
Prix 59 €
Fiche produit

Ce test a été réalisé avec un bracelet fourni par Xiaomi.

Un design inchangé

Difficile de distinguer visuellement ce nouveau Mi Smart Band 6 de son prédécesseur, le Mi Smart Band 5. Le produit garde en effet la même forme ovale avec un écran qui occupe toute la surface avant. Ce dernier a tout de même légèrement évolué, mais nous reviendrons dessus un peu plus loin. Quoi qu’il en soit, l’écran est toujours tactile et permet ainsi à la marque de se passer de bouton physique. À l’arrière, on remarque le capteur de fréquence cardiaque et de SpO2, ainsi que les deux pins de connexion pour la recharge — le chargeur propriétaire est bien évidemment livré avec le bracelet. Le boîtier est fait de plastique et est résistant à l’eau grâce à sa certification 5 ATM : vous pouvez le porter sous la douche et lors de vos séances de natation, mais retirez-le de votre poignet avant de partir en plongée.

La face avant et arrière du bracelet // Source : Maxime Grosjean pour Frandroid

Le Mi Smart Band 6 arbore le même aspect symétrique et sobre qu’auparavant. Il est discret sans pour autant être particulièrement élégant. Disons que Xiaomi est allé droit au but. En fait, c’est surtout l’épaisseur du Mi Smart Band 6 qui le rend très simpliste : le corps du produit surplombe le bracelet et laisse ainsi facilement deviner que les deux parties peuvent être détachées. On peut en effet extirper le boîtier du bracelet en y appliquant assez de pression, comme pour les précédentes versions. D’autres bracelets d’activité jouissent d’un design plus soigné, mais retenez que les 12,45 mm du Mi Smart Band 6 d’épaisseur ne sont clairement pas rédhibitoires. Ce dernier affiche d’ailleurs 12,9 grammes sur la balance, soit 0,9 gramme de plus que le Mi Smart Band 5.

Le bracelet est composé de deux parties : le boîtier et la boucle // Source : Maxime Grosjean pour Frandroid

Le bracelet est quant à lui agréable à porter grâce à sa matière caoutchouteuse — polyuréthane thermoplastique pour être précis, ou TPU. Ses treize niveaux d’ajustement rendent le Mi Smart Band 6 compatible avec une très large majorité de tailles de poignet. Attention cependant à ne pas trop serrer le bracelet, histoire d’éviter les drôles de marques que laissent dans ce cas les niveaux d’ajustement.

 

D’autres couleurs de bracelet existent, mais il faut les acheter séparément // Source : Maxime Grosjean pour Frandroid

L’accroche du bracelet prend la forme d’un picot qu’il faut simplement pousser dans l’un des trous pour verrouiller le tout. Attention, si l’installation et la désinstallation sont facilitées, ce système a tendance à se décrocher lors d’un frottement brusque contre un vêtement. Cela m’est arrivé deux ou trois fois au cours des trois semaines de test (en marchant le plus souvent) et même si le bracelet ne s’est jamais décroché lors de mes sessions de sport et de course à pied, j’ai tout de même préféré le laisser dans mon sac lors d’une sortie en bateau.

Un écran plus grand et une meilleure définition

L’écran du Mi Smart Band 6 bénéficie toujours de la technologie AMOLED et mesure 1,56 pouce, contre 1,1 pouce pour son prédécesseur. La zone d’affichage est donc 45 % plus grande et la définition suit la même direction : 152 x 486 pixels (soit 326 ppp) contre 126 x 294 pixels pour le Mi Smart Band 5.

Retenez que la netteté de l’affichage est très agréable au quotidien, pas besoin de plisser les yeux. De même pour la luminosité, puisque les trois intensités proposées rendent l’écran parfaitement visible dans toutes les situations. Nous regrettons cependant l’absence de capteur de luminosité ambiante, ce qui n’est clairement pas pratique au quotidien. Comprenez qu’il faut souvent se rendre dans les paramètres du bracelet pour basculer entre les différentes intensités — avant de sortir au soleil par exemple.

On remarque ici le menton sous l’écran

On remarque ici le menton sous l’écran // Source : Maxime Grosjean pour Frandroid

Un mot sur les bordures arrondies de l’écran, qui sont uniquement symétriques sur les côtés : en haut, la découpe est jolie, car proche du bord, tandis qu’on remarque un menton plus imposant en bas. Ce n’est pas vraiment gênant au quotidien puisque l’interface est sombre. À vrai dire, on ne s’en rend même pas compte et il faut jouer avec lumière pour le remarquer.

Pour sortir l’écran de veille, il suffit d’appuyer dessus ou de lever son poignet si la fonction a été activée au préalable dans les paramètres. L’écran du Mi Smart Band 6 ne propose pas de mode Always-On.

Pas de changement du côté de la navigation et de l’application

La navigation dans l’interface du bracelet est fluide et agréable au quotidien. Notons la disparition du petit bouton tactile présent en bas de l’écran du Mi Smart Band 5 : l’interaction peut se faire avec n’importe quelle zone de l’écran. Écran vertical oblige, Xiaomi propose un rangement par étages : il faut faire glisser son doigt de bas en haut pour faire défiler les différentes fonctionnalités, mais il est possible de faire l’inverse pour commencer la liste par la fin — pratique si on cherche une application plus proche de la fin de la liste que du début.

Un balayage de l’écran de gauche à droite permet de revenir au menu précédent. Ce même geste donne également accès aux raccourcis personnalisables s’il est effectué depuis l’écran d’accueil, qui affiche l’heure et d’autres informations essentielles, elles aussi personnalisables — nombre de pas, rythme cardiaque, batterie restante, météo…

L’interface du Mi Smart Band 6

L’interface du Mi Smart Band 6 // Source : Maxime Grosjean pour Frandroid

Tout cela se configure via l’application Mi Fit, disponible sur Android et iOS, le Mi Smart Band 6 étant en effet compatible avec les iPhone. Il est ainsi possible de choisir les éléments à afficher sur le bracelet — rythme cardiaque, entraînements, horloge mondiale, minuteur, trouver le téléphone et bien d’autres. Un glissement de doigt vers le haut fait apparaître les éléments deux par deux et nous avons de notre côté décidé de réduire leur nombre sur le bracelet pour faciliter la navigation.

Il en va de même pour les raccourcis, nous vous conseillons de supprimer l’affichage des éléments que vous ne trouvez pas indispensables, histoire d’alléger l’interface. Vous trouverez quelques-uns de ces éléments et raccourcis ci-dessous.

Même remarque que lors de notre test du Mi Smart Band 5 : l’application est fouillis et mériterait d’être un peu mieux organisée. On doit souvent ouvrir plusieurs menus et sous-menus pour trouver l’option souhaitée, un nouvel utilisateur se sentira sûrement obligé de partir explorer tous les recoins pour être sûr de n’avoir raté aucune fonctionnalité — il y en a beaucoup. Notez que l’onglet principal de l’application affiche logiquement les données d’activité enregistrées par le bracelet, sur lesquelles nous reviendrons plus en détail dans la prochaine partie.

Autrement, l’application propose plusieurs dizaines de cadrans, rangés par catégories. Il y en a pour tous les goûts, mais il faut bien reconnaître que la plupart des cadrans sont très chargés, pour ne pas dire kitsch. C’est pour cela que nous avons préféré garder le cadran initial, qui propose d’ailleurs des complications modifiables directement sur le bracelet.

Bon à savoir : le bracelet peut afficher les notifications de votre téléphone. Là aussi, tout se paramètre depuis l’application Mi Fit. Notez que seule la consultation des notifications est proposée, ne comptez donc pas répondre à vos messages et mails depuis votre poignet. De toute façon, l’affichage vertical de l’écran est peu agréable pour converser.

Lors d‘un appel entrant, le Mi Smart Band 6 vibre et affiche les informations du contact, mais il n’est toujours pas possible de décrocher depuis le bracelet. Vous avez tout de même l’option d’envoyer une réponse automatique parmi une liste personnalisable.

Le bracelet peut être utilisé pour lire ses notifications

Le bracelet peut être utilisé pour lire ses notifications // Source : Maxime Grosjean pour Frandroid

Pour finir, sachez que le Mi Smart Band 6 n’est pas équipé d’une puce NFC (en France) et ne propose donc pas de paiement sans contact. Il est également impossible d’y stocker de la musique ou de le connecter à des écouteurs sans fil. Rien d’anormal pour un bracelet connecté, surtout dans cette gamme de prix. Rappelons que le bracelet offre tout de même de belles fonctionnalités : réveil avec vibrations, météo, contrôle de la musique du téléphone…

Un suivi d’activité convaincant malgré un capteur SpO2 mal exploité

Le Mi Smart Band 6 embarque toujours les classiques accéléromètres, gyroscopes et cardiofréquencemètre, mais accueille cette année un capteur d’oxygénation du sang, le fameux SpO2. Ce dernier est malheureusement mal exploité par Xiaomi. La journée, il est uniquement possible de lancer des enregistrements manuels, mais le problème n’est pas là.

Il faut en effet comprendre que l’analyse du SpO2 est plus pertinente la nuit et c’est sur ce point que le bracelet s’en sort mal : la fonctionnalité est en version bêta (du moins à l’heure où j’écris ces lignes fin juin 2021) et n’est pas encore au point.

Déjà, le bracelet continue souvent ses mesures entre 5 et 20 minutes après le réveil (on le voit grâce à la lumière rouge envoyée par le capteur), sans que ces données ne soient analysées ou disponibles par la suite. Justement, les données Sp02 enregistrées la nuit sont uniquement affichées dans un sous-menu de l’analyse du sommeil (dans l’application) et ne se retrouvent pas dans l’onglet SpO2. Ce dernier affiche donc les rares mesures manuelles lancées par l’utilisateur dans la journée. Autant dire que cet onglet permet tout sauf un suivi précis de la saturation en oxygène dans le sang. Enfin, cette « surveillance de la qualité de la respiration pendant le sommeil » a un lourd impact sur l’autonomie — rendez-vous dans la prochaine partie de ce test pour les précisions.

Autrement, le Mi Smart Band 6 mesure le nombre de pas effectués, la fréquence cardiaque et même le niveau de stress grâce à la variabilité de la fréquence cardiaque. Le bracelet propose aussi le calcul du PAI, un indicateur d’activité physiologique qui s’appuie sur la fréquence cardiaque, le sexe, l’âge et les activités physiques de l’utilisateur. Le but est d’avoir un PAI le plus élevé, au-dessus de 100. Il est même possible de renseigner manuellement son poids et son taux de graisse corporelle pour suivre ces données sur le long terme. Un suivi menstruel est également de la partie.

L’onglet principal de l’application s’occupe d’afficher toutes ces données, qui sont accompagnées d’explications et parfois de comparaisons avec d’autres utilisateurs du même âge. « Vous avez un sommeil profond qui dure plus longtemps que 41 % des utilisateurs », liront certains.

La nuit, le bracelet détecte les différentes phases de sommeil (léger, profond et REM), mais ce suivi mériterait d’être plus précis. Par exemple, mes quelques fréquents et rapides réveils dans la nuit étaient rarement détectés. Ce n’est pas tout, puisqu’un soir, le bracelet a confondu ma petite sieste pré-festive avec mon début de nuit puis n’a pas semblé comprendre que j’étais en plein mouvement pendant tout le début de la nuit. Dans ce cas, il est heureusement possible de modifier manuellement l’heure de coucher dans l’application, histoire de réajuster le suivi.

Pour ce qui est du sport, le bracelet prend en charge 30 activités et peut en reconnaître six automatiquement, ce qui permet à l’utilisateur de ne pas lancer manuellement le début du suivi. Les données indiquées semblent relativement justes, mais notons quelques grosses erreurs de la mesure de la fréquence cardiaque : j’ai remarqué quelques sporadiques, mais drastiques baisses de la fréquence lors de mes sessions running. À ce sujet, il faut impérativement courir avec son téléphone pour bénéficier d’un suivi précis du tracé puisque le Mi Smart Band 6 n’intègre toujours pas de GPS. À titre de comparaison, voici les données enregistrées par le bracelet et par l’application Strava sur mon téléphone lors de deux courses à pied — les deux utilisent le GPS du téléphone et nous considérons ici Strava comme la référence.

Première course à pied :

  • Bracelet : distance de 9,76 km, allure moyenne de 4:40/km, dénivelé positif de 54 m
  • Strava :  distance de 10 km, allure moyenne de 4:36/km, dénivelé positif de 126 m

Seconde course à pied :

  • Bracelet : distance de 5,78 km, allure moyenne de 5:45/km, dénivelé positif de 444 m
  • Strava :  distance de 6 km, allure moyenne de 5:32/km, dénivelé positif de 255 m
Le Mi Smart Band 6 mesure et affiche les données des activités sportives, ici la course à pied

Le Mi Smart Band 6 mesure et affiche les données des activités sportives, ici la course à pied // Source : Maxime Grosjean pour Frandroid

Sans le GPS du téléphone, le bracelet devient sans réelle surprise bien moins précis :

  • Bracelet : distance de 6,05 km, allure moyenne de 5:54/km, dénivelé positif non donné
  • Strava :  distance de 7,35 km, allure moyenne de 4:51/km, dénivelé positif de 124 m

On remarque sur la dernière capture d’écran les chutes inexpliquées des mesures la fréquence cardiaque

Une autonomie généreuse sous conditions

Les différentes versions de Mi Smart Band sont réputées pour leur généreuse autonomie. C’est donc sans surprise que Xiaomi avance jusqu’à deux semaines d’autonomie pour son nouveau modèle. Dans les faits, ce score de 14 jours n’est jamais atteint, bien loin de là. Sachez que le bracelet semble perdre deux fois plus de batterie pendant la nuit que pendant la journée.

 Geste du poignet pour activer l’écranSuivi fréquence cardiaqueSuivi SpO2Suivi du stressScore d’autonomie
OuiEn continuOuiOui3 jours et 19 heures
NonToutes les 10 minutes (mesure plus fréquente la nuit et lors d’une activité physique)NonOui5 jours et 8 heures
NonToutes les 10 minutes (mesure plus fréquente la nuit et lors d’une activité physique)NonOui8 jours et 12 heures

Notez que chaque période de test comprend le même nombre d’activités sportives, à savoir une par jour.

Vous le voyez, l’autonomie du Mi Smart Band 6 est fortement réduite lorsque le suivi SpO2 est activé. Autrement, le bracelet atteint plus de 8 jours d’autonomie, ce qui est quasiment la moitié de la promesse du constructeur, mais cela reste plus que confortable. On ne peut tout de même pas s’empêcher de penser qu’acheter un bracelet pour son capteur SpO2, puis le désactiver pour garder une autonomie correcte, n’est que moyennement intéressant.

Le chargeur magnétique du Mi Smart band 6

Le chargeur magnétique du Mi Smart band 6 // Source : Maxime Grosjean pour Frandroid

Le chargeur magnétique permet une charge complète du bracelet en une heure et 28 minutes selon nos tests.

Prix et disponibilité du Xiaomi Mi Smart Band 6

Le Xiaomi Mi Smart Band 6 est affiché au prix conseillé de 59,99 euros sur le site officiel, mais il se trouve souvent autour des 40 euros sur les sites marchands habituels, comme Amazon. Seule une couleur de bracelet (noir) est livrée avec le produit, mais il est possible d’acheter d’autres boucles séparément, avec cinq coloris au choix : bleu, orange, jaune, olive et ivoire.

Note finale du test
7 /10
Le Mi Smart Band 6 est un bracelet connecté offrant un excellent rapport qualité-prix. Pas de surprise puisque c’est ce à quoi Xiaomi nous avait habitués sur cette gamme de produits — et sur les autres aussi d’ailleurs. Une fois mis en perspective avec son prédécesseur, ce modèle nous laisse cependant sur notre faim : le nouveau capteur SpO2 est mal maîtrisé et attaque sérieusement l’autonomie du bracelet, elle-même déjà en baisse par rapport au précédent modèle. Soulignons tout de même l’intégration d’un plus grand et bel écran, avec des bordures mieux travaillées.

Le reste des fonctionnalités n’a pas bougé : suivi d’activité, notifications, météo, alarme… Tout cela fait du Mi Smart Band 6 un bracelet complet et très utile au quotidien, malgré les quelques imprécisions du suivi d’activité. Nous conseillons à ceux qui privilégient l’autonomie au capteur SpO2 de se tourner vers le Mi Smart Band 5, qui reste une valeur sûre et qui est désormais souvent proposé à une vingtaine d’euros, soit trois fois moins que le nouveau modèle testé ici.

Points positifs de la Xiaomi Mi Smart Band 6

  • Écran plus large

  • Design toujours aussi sobre

  • Interface fluide, accessible et personnalisable

  • Suivi d’activité complet

  • Rapport qualité-prix

Points négatifs de la Xiaomi Mi Smart Band 6

  • Autonomie en baisse

  • Nouveau capteur (SpO2) très énergivore

  • Capteur de fréquence cardiaque parfois à l’ouest

  • Application encore un peu fouillis

  • Toujours pas de GPS ni de paiement NFC (en France)

Les derniers articles