Automobile : l’UE rappelle à l’ordre les constructeurs sur les émissions de CO2

Bonnet d‘âne

 

Le 3 juin dernier, l’Union Européenne adressait un rappel à l’ordre aux constructeurs automobiles. Selon elle, les acteurs du secteur ne font pas assez d’efforts pour réduire les émissions de CO2.

Voiture électrique

Les voitures électriques ont été placées au cœur du plan de relance économique dédié à l’automobile

Dans le cadre du « Green Deal » (qui vise une émission de carbone neutre en Europe d’ici 2050), les constructeurs automobiles se sont engagés à réduire les émissions de CO2 produites par leurs véhicules. L’objectif fixé par l’Union européenne est clair : -40 % d’ici 2030.

Pour l’atteindre, elle a fixé des seuils à ne pas dépasser. Dès 2021, les véhicules neufs devront émettre 95 grammes de CO2 par kilomètre parcouru au maximum. De lourdes amendes seront infligées à ceux qui ne respecteraient pas cette limite.

Mais alors que les constructeurs annoncent des résultats de tests en laboratoire encourageants, l’Union européenne révèle qu’ils ne se reflètent pas en situation réelle. D’après ses chiffres, les émissions moyennes des voitures neuves immatriculées dans l’UE ont atteint 120,8 grammes par kilomètre parcouru en 2018. Non seulement les constructeurs ne baissent pas les émissions, mais ils les augmentent. En effet, avec 120,8 grammes par kilomètre parcouru, les véhicules émettent en moyenne 2 grammes de plus qu’en 2017.

L’Union européenne hausse le ton

Dans un communiqué, la Commission européenne avertit donc les constructeurs automobiles qu’ils devront faire des efforts pour « améliorer l’efficacité énergétique de leur flotte et accélérer le déploiement de véhicules à émissions nulles et faibles ». Et d’ajouter :

Les nouvelles immatriculations de voitures à émissions nulles et faibles ont augmenté en 2018, mais ne représentaient qu’environ 2 % des immatriculations de voitures neuves, contre 1,5 % en 2017.

En 2018, le marché de l’automobile était largement dominé par les SUV avec des motorisations diesel, plus polluantes. Les voitures essence ne représentaient que 60 % des nouvelles immatriculations, les diesels 36 % et les hybrides et électriques seulement 4 %.

Malgré tout, les constructeurs lancent de plus en plus de véhicules plus écologiques. Si Tesla et Renault trustent le marché du 100 % électrique avec la Model 3 et la Zoé, les autres marques promettent que leurs futures gammes seront composées majoritairement de véhicules à énergie verte. Reste que le prix plus élevé représente le principal frein à l’achat.

Les derniers articles