Meyers Manx 2.0 : le mythique buggy renaît en version 100 % électrique

 

Produit de 1964 à 1971, le Meyers Manx fait son grand retour en version 2.0. Entièrement réinventé, il embarque désormais une motorisation électrique.

Meyers Manx 2.0 3

Vous ne connaissez pas le Meyers Manx ? Cet étonnant buggy fut imaginé en 1964 par Bruce Meyers et produit jusqu’en 1971. Cet engin était alors composé d’une carrosserie en fibres de verre, installée sur un châssis modifié de Volkswagen Coccinelle. Si l’entreprise fit faillite au début des années 1970, son créateur décida de la relancer en 1999 et dévoila un nouveau prototype en 2014. En 2020, la société fut vendue au fonds d’investissement Trousdale, un an avant le décès de son fondateur.

Si le petit buggy avait pu tomber dans l’oubli, la nouvelle entreprise Meyers Manx LLC a décidé de lui offrir une nouvelle vie. C’est donc ainsi qu’est né le Meyers Manx 2.0, une version totalement revue et tournée vers l’avenir, qui devrait bel et bien voir le jour.

Un look néo-rétro qui fait de l’effet

Désormais, le buggy n’est plus une voiture en kit mais bel et bien un véhicule livré en un seul bloc, basé sur un châssis monobloc en aluminium. Néanmoins, la philosophie originelle est préservée, puisque l’étonnant engin conserve un style fortement inspiré de celui du modèle des années 1960.

Les lignes rétro ont été dessinées par Freeman Thomas, qui a également signé le design de l’Audi TT et la dernière génération de la Volkswagen Coccinelle. Nous retrouvons donc les fameux petits feux ronds à l’avant comme à l’arrière ainsi qu’une silhouette aisément reconnaissable.

Le toit du Meyers Manx 2.0 est amovible, mais étant en une seule partie, il doit être laissé à la maison. La voiture n’a ni portes ni fenêtres, comme la version originelle. Si le véhicule n’est pas vraiment adapté au transport d’objets, un petit espace de chargement a tout de même été prévu à l’arrière.

Le peu de place disponible sous le capot est quant à lui occupé par une boîte à outils et une roue de secours. L’intérieur est quant à lui très sommaire, se dotant simplement d’un volant et d’un compteur de vitesse. Le véhicule est livré de série avec une carte RFID et un bracelet permettant de le démarrer.

Deux versions différentes

Désormais équipé d’une motorisation électrique, comme le rappelle Electrek, le Meyers Manx 2.0 est équipé de deux moteurs et se décline avec une batterie de 20 ou 40 kWh, lui permettant de parcourir entre 241 et 480 kilomètres en une seule charge. À noter qu’il est doté d’un système de récupération d’énergie au freinage.

L’engin peut encaisser une puissance de charge maximale de 60 kW sur une borne en courant continu, tandis que le temps nécessaire pour remplir la batterie n’a pas été évoqué. Le Meyers Manx 2.0 revendique pas moins de 202 chevaux pour 325 Nm de couple, pour un poids compris entre 680 et 748 kg selon la version.

Pour l’heure, on ne sait pas si ce véhicule sera exporté en Europe. Pour commencer, 50 exemplaires seront produits dans le cadre d’un programme de test qui débutera en 2023, comme le précise le communiqué de la marque. Le but sera alors de recueillir les avis d’une poignée de clients. La production de la version définitive commencera quant à elle en 2024. La présentation officielle du Meyers Manx 2.0 aura lieu le 19 août à l’occasion de l’évènement The Quail, A Motorsports Gathering, tandis que les réservations ouvriront dans la foulée.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles