Lupa E26 : cette voiture électrique espagnole veut chambouler le marché des citadines

 

Avec sa E26, la jeune pousse catalane Lupa cherchera à se faire une place sur le créneau des citadines électriques à partir de 2023. Ambitieux, le constructeur prévoit de lancer une camionnette de livraison la même année, suivie de deux SUV en 2024.

Forte d’une équipe d’ingénieurs issus de Ferrari, Land Rover, McLaren ou encore Nissan, la start-up espagnole Lupa fait parler d’elle outre-Pyrénées et dans quelques médias spécialisés. La jeune pousse ibérique a en effet dévoilé une ambitieuse feuille de route pour les quatre prochaines années, notamment matérialisée par une citadine électrique répondant au nom d’E26.

À l’assaut des citadines françaises

De par ses dimensions, son prix et sa cible de consommateurs, le fabricant basé à Barcelone cherchera à faire de l’ombre aux Françaises Renault ZOE et Peugeot e-208. Bien qu’il lui sera difficile de les détrôner au regard de leur incontestable succès depuis quelques mois déjà. Mais d’ici 2023, date à laquelle Lupa veut lancer son véhicule, la donne aura peut-être changé avec l’arrivée d’autres concurrentes sur le marché.

Longue de 4,07 mètres — contre 4,08 mètres pour la ZOE et 4,05 mètres pour la e-208 –, la Lupa E26 revendique plus de 300 kilomètres d’autonomie (cycle WLTP) grâce à sa batterie de 42 kWh, annonce le site officiel. De son côté, Electrive évoque un rayon d’action oscillant entre 320 et 400 kilomètres, selon le mode de conduite utilisé.

Des prix agressifs

Les modes de conduite, justement, se comptent au nombre de trois : Sport (87 kW), Normal (66 kW) et Ville (48 kW). En mode Sport, la voiture électrique abat le 0 à 100 km/h en l’espace de neuf secondes. Un chargeur embarqué de 11 kW serait aussi disponible en option pour recharger la batterie en 5h15, contre 30 minutes (de 0 à 80 %) grâce à une charge rapide DC.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Vendue exclusivement en ligne, la Lupa E26 sera lancée à partir de 17 000 euros sans les aides financières accordées par les États. Le véhicule chute, par ailleurs, à 9 400 euros sans la batterie, alors proposée en location. Cette citadine aurait pu calmer les ardeurs de la firme ibérique qui aura déjà fort à faire pour développer son projet. Mais Lupa veut visiblement se faire un nom dans le milieu et lancera dans la foulée trois autres véhicules.

Le premier n’est autre qu’une camionnette de livraisons électrique dédiée au dernier kilomètre, elle aussi attendue pour 2023. L’année suivante, la société présentera deux SUV, les SUV64 et SUV42, dont la capacité de la batterie correspondra au nombre affiché dans leur dénomination. Mais d’ici là, Lupa aura déjà beaucoup de pain sur la planche pour faire ses preuves dans un secteur qui s’annonce de plus en plus concurrentiel.

Les derniers articles