Kia EV6 : on est monté à bord de l’ambitieux crossover électrique, petit tour d’horizon

Les premières livraisons débuteront au mois d'octobre 2021

Kia EV6
- /10

Note de la rédaction

- /10

Note de la rédaction

La Kia EV6 est un Crossover électrique disponible en 3 versions différentes : sur sa version de base, un moteur de 160 kW le permet d'abattre un 0 à 100 km/h en 5,2 secondes. Dans sa version e-GT on retrouve un moteur de 160 kW à l'avant et 270 kW à l'arrière (pour une puissance cumulée de 584 chevaux) et abat le 0 à 100 km/h en 3,5 secondes. En autonomie le véhicule atteint jusqu'à 510 km selon le cycle WLTP (version de base avec la batterie de 77,4 kWh). Elle présente une compatibilité de charge rapide 800 volts, avec notamment une récupération de 100 km d'autonomie en 4 minutes 30 de charge.

Où acheter le
Kia EV6 au meilleur prix ?

Il n'y a pas d'offres pour le moment

 

Introduction

En attendant d'en prendre le volant d'ici les mois à venir, nous avons pu découvrir la Kia EV6 d'un peu plus près au détour d'une première présentation statique. L'occasion de découvrir d'un peu plus près cet étonnant crossover 100 % électrique.

Pas vraiment SUV, encore moins berline, la Kia EV6 est l’un de ces modèles à mi-chemin entre ces deux segments. Ce type de carrosserie commence à se démocratiser avec l’apparition de plus en plus de modèles adoptant la même philosophie esthétique, nous pouvons prendre l’exemple de la nouvelle Citroën ë-C4 ou encore, toujours chez Citroën, de la nouvelle C5 X. Le terme crossover a d’ailleurs été dépoussiéré ces derniers mois, lui qui symbolisait il y a quelques années les voitures plus communément appelées « SUV » désormais.

Ce modèle est spécial à plus d’un titre pour Kia, puisque l’EV6 donne en quelque sorte le coup d’envoi d’une salve de pas moins de onze futurs modèles 100 % électriques à l’avenir, dont sept reposeront sur la plateforme e-GMP de l’EV6.

Ces onze modèles sortiront avant 2026. Pour la firme coréenne, l’EV6 est synonyme de « renaissance », la voiture intégrant les nouveaux codes esthétiques de la marque. L’EV6 fait également la bascule vers l’électrification à profusion pour Kia, elle intègre également nouveau logo et un changement de culture d’entreprise.

Le tour du propriétaire

Et effectivement, lorsque nous nous sommes retrouvés en face de ce modèle, il n’y a plus grand-chose à voir avec les Kia que nous connaissons actuellement, c’est tout juste si les optiques avant nous font penser à celles de la dernière Kia Ceed. Hormis cet élément, sans le nouveau logo de la marque apposé sur l’embase du capot, nous aurions plutôt pensé à un énième concept-car électrique tout droit venu de la Silicon Valley. Pourtant, ce crossover, cousin technique de la Hyundai Ioniq 5, de 4,68 mètres de long, 1,88 mètre de large et 1,55 mètre de haut, foulera bien nos routes d’ici la fin de l’année.

La notion de « concept-car roulant » se démocratisant peu à peu avec les voitures électriques et leurs lignes façonnées pour rapprocher au plus près de zéro le coefficient de pénétration dans l’air (celui de l’EV6 fait 0,28), la Kia EV6 n’en demeure pas moins étonnante. Si sa face avant épurée n’a rien de vraiment extravagant en soi, c’est beaucoup moins le cas de la partie arrière avec une ceinture de caisse très haute, une signature lumineuse mince et « tombante », et une lunette arrière très étroite. À ce propos, et comme souvent avec les crossovers qui réduisent leur surface vitrée au profit de l’esthétisme, la visibilité à bord n’est pas excellente. Mais l’argument marketing et technique est tout trouvé : la Kia EV6 est dotée de la caméra avec vision à 360° et de multiples radars.

À bord de la Kia EV6

Après un tour du propriétaire à l’extérieur, passons à l’intérieur de ce prototype qui nous est mis à disposition dans un studio parisien. Contrairement à l’aspect extérieur, à l’intérieur, la Kia EV6 est un peu moins extravagante, l’ergonomie est assez similaire aux modèles que nous connaissons déjà. Les matériaux sont de qualité et l’espace aux places avant est convenable. Plusieurs matériaux font appel à des plastiques recyclés, soit « plus d’une centaine de bouteilles par voiture », nous précise la marque. La sellerie emploie des matériaux recyclés, et les cuirs (selon les versions) sont « végan », autrement dit synthétiques.

Le système d’info-divertissement repose sur deux écrans de 12,3 pouces qui composent une dalle légèrement incurvée. L’écran de droite est tactile et bénéficie d’une interface simple, sobre et efficace, avec des menus plutôt bien agencés. Les graphismes sont bons, sans être excellents, et la navigation entre les différentes pages est simple. L’écran d’instrumentation situé sous les yeux du conducteur est aussi assez ergonomique, il se commande via les boutons situés sur le volant. Il permet d’avoir les informations nécessaires et indispensables lors de la conduite. Il met aussi l’accent sur les aides à la conduite et, comme le dernier Hyundai Tucson, il intègre un petit écran rond qui s’active et qui projette votre angle mort lorsque vous activez votre clignotant.

La Kia EV6 est dotée de trois ports USB à l’avant, dont deux spécifiques pour la recharge rapide des smartphones. Il y a également un socle permettant la recharge par induction au niveau de l’accoudoir central, ce qui nous semble bien plus pratique qu’au fond d’un rangement sombre et difficilement accessible, comme souvent sur de nombreuses voitures. Il y a également deux ports USB-A à l’arrière intégré directement aux dossiers des sièges avant. Petit bémol en revanche au niveau de la connectivité, ce qui explique d’ailleurs la présence d’un troisième port USB-A à l’avant, Apple CarPlay et Android Auto sont disponibles, mais seulement par câble et non par Bluetooth. Une mise à jour pourrait intervenir à ce sujet nous a-t-on précisés.

Justement, en matière de mise à jour, l’EV6 bénéficiera d’un système de mise à jour à distance grâce à une connectivité qui sert également les intérêts de la navigation avec le trafic, la météo, la recherche de bornes de recharge ou de parkings en temps réel. Toujours au chapitre des technologies, la voiture est pourvue d’un affichage tête haute avec réalité augmentée, un peu comme la nouvelle Mercedes-Benz Classe S. Lorsque la navigation est activée, des flèches directionnelles apparaissent au sol, en complément des informations de parcours.

Pour en terminer avec la partie intérieure, touchons quelques mots des places arrière, assez généreuses, même s’il faudra courber l’échine afin d’y pénétrer. Étonnamment, malgré la chute de pavillon relativement prononcée, la garde au toit est suffisante pour les passagers, même les plus grands. L’absence de tunnel central permet au passager du troisième siège central de ne pas être gêné, mais la largeur de l’assise est assez limitée et cette place restera uniquement au rang de siège d’appoint pour de courtes distances.

Le coffre est quant à lui assez vaste avec 520 litres, soit 53 litres de plus que le Nissan Ariya et 18 litres de plus que la Ford Mustang Mach-E. En revanche, l’EV6 cède 13 litres à sa cousine technique, la Hyundai Ioniq 5. Nous le verrons plus bas, mais la Kia EV6 peut être dotée d’un ou deux moteurs électriques, ce qui joue légèrement sur sa capacité de chargement. De ce fait, le petit coffre sous le capot bénéficie d’une capacité de 52 litres en version deux roues motrices avec un seul moteur et 20 litres avec quatre roues motrices et les deux moteurs.

Une batterie et trois niveaux de puissance

Avant de prendre en main la voiture d’ici quelques mois, penchons-nous sur ce qui se passe sous son capot. Comme énoncé dans le paragraphe du dessus, la Kia EV6 sera proposée, dans l’Hexagone, avec un ou deux moteurs électriques et avec une seule batterie de 77,4 kWh de capacité. Avec un seul bloc, la voiture sera une propulsion et développera 229 chevaux et 350 Nm de couple. L’autonomie mixte en cycle WLTP est annoncée à 510 kilomètres avec une seule charge pour cette version. Avec une seconde machine électrique placée au niveau de l’essieu avant, ce qui en fait une quatre roues motrices donc, l’EV6 disposera de 325 chevaux et 605 Nm de couple. L’autonomie théorique est annoncée à 490 kilomètres.

Quatre finitions seront disponibles en France : « Active », « Design », « GT Line » et « GT ». Cette dernière est intéressante à plus d’un titre puisqu’elle développe, grâce à ses deux moteurs électriques, une puissance de 584 chevaux et 740 Nm de couple au cumulé, de quoi abattre le 0 à 100 km/h en seulement 3,5 secondes et atteindre 260 km/h en vitesse de pointe. L’autonomie est évidemment en retrait avec un tel niveau de puissance, Kia annonce environ 400 kilomètres avec une seule charge, une autonomie qui peut sans doute être diminuée de moitié, voire même plus, en utilisation intensive. Reste à savoir si cette voiture sera vraiment sportive, même s’il n’y a guère de doute, le développement ayant été confié à Albert Biermann, l’ancien patron de BMW Motorsport et recruté il y a trois ans au sein du groupe Hyundai-Kia.

De 10 à 80 % en moins de 20 minutes

Concernant le ravitaillement de la batterie, sur une prise domestique, il faudra compter 34 heures de charge. Les concessions proposeront évidemment des solutions plus rapides, dont des Wallbox allant jusqu’à 7,4 kW et qu’il sera possible d’installer à la maison. Une carte « KiaCharge » sera aussi proposée afin d’accéder à un réseau de recharge rapide, et notamment les fameuses bornes Ionity, Kia faisant partie du consortium. Le tarif sera de 0,29 euro la minute de charge sur une borne Ionity.

Grâce à un système de recharge de 800 V (contre 400 V habituellement), le temps de ravitaillement sur les bornes rapides est bien réduit, puisqu’il est possible de retrouver jusqu’à 100 kilomètres d’autonomie en un peu moins de 5 minutes et de passer de 10 à 80 % en 18 minutes. La voiture est capable, selon Kia, d’encaisser une puissance de charge de 239 kW en crête. Si vous chargez de 10 à 80 % sur une borne Ionity, votre charge vous aura coûté 5,22 euros.

Pour en finir avec le chapitre de la recharge, l’EV6 est également équipée de la technologie V2L, qui lui permet de devenir source d’énergie (jusqu’à 3,6 kW) pour un équipement extérieur. Ainsi, la voiture peut alimenter une télévision par exemple, ou encore recharger la petite batterie d’un vélo électrique. Et si vous êtes bon samaritain, vous pourrez même partager votre électricité avec un autre véhicule électrique qui se retrouve en difficulté sur le bord de la route.

Un tarif corsé d’entrée de jeu pour la Kia EV6

Les premières livraisons débuteront en octobre 2021 pour les versions « Active », « Design » et « GT Line », tandis qu’il faudra patienter un an de plus pour la version « GT » de 584 chevaux. Les pré-réservations de l’EV6 sont déjà ouvertes. Les clients devront verser 100 euros afin de confirmer la commande à partir du mois de mai prochain. L’avantage de la pré-commande, c’est que les premiers clients bénéficieront de quelques avantages, à commencer par un abonnement « Ionity Power » pendant un an qui garantira des tarifs de recharge préférentiels sur tous les superchargeurs du réseau Ionity, un abonnement d’un an à « KiaCharge Plus » et 100 euros de crédit de charge à valoir dans le réseau KiaCharge.

Concernant les tarifs, ceux-ci débutent à partir de 47 990 euros pour l’EV6 « Active », 51 790 euros pour le niveau « Design », 55 790 euros pour la version « GT Line » et 66 990 euros pour la sportive « GT ». Aucun des modèles n’est éligible au bonus maximum de 6000 euros (à partir du 1er juillet 2021), tout juste sont-ils concernés par celui de 2000 euros, si vous ne cochez pas trop d’options. Mais l’avantage avec Kia, c’est que la dotation d’équipements de série est très complète, il ne vous restera donc plus qu’à choisir la couleur de la carrosserie, les jantes, et les aides à la conduite fournies dans un pack d’équipements.

Le choix d’un véhicule électrique est différent selon les usages, et c’est celui des familles qui nous intéresse dans ce guide où nous passons en revue l’offre actuelle. Zéro émission peut-il être compatible avec une…
Lire la suite

Les derniers articles