Un employé d’un concessionnaire Harley-Davidson s’est montré relativement bavard avec le média spécialisé Electrek, lequel a réceptionné tout un lot de nouvelles informations au sujet des futurs vélos électriques de la marque américaine.

Depuis un an déjà, Harley-Davidson fait partie intégrante du paysage de la mobilité électrique. Outre la moto LiveWire introduite en cette année 2019 — bien que stoppée puis relancée en raison d’une anomalie liée à la batterie — , la firme de Milwaukee a poursuivi sur sa lancée en ajoutant à son offre deux vélos électrifiés pour enfant en mars 2019, précédés par des concepts de cyclomoteurs zéro émission trois mois plus tôt.

Le Vieux Continent dans le viseur de H-D

Mais surtout, la multinationale américaine a révélé trois prototypes de vélo eux aussi électriques en août dernier, qui laissaient alors présager un positionnement imminent sur ce créneau. Encore au stade de développement, les produits n’en font pas moins l’objet de fuites en ce cru 2019. Un employé d’un concessionnaire de Harley a ainsi révélé des précieuses informations à leur sujet au média spécialisé Electrek.

D’après sa source, qui cite un haut placé du conseil consultatif des concessionnaires de la marque, H-D s’attaquerait à la fois aux marchés européens et américains : des versions adaptées à chaque législation — 25 km/h maximum en France — composeraient ainsi le cahier des charges du groupe. Ce dernier tablerait d’ailleurs sur un lancement prévu dans le courant de l’année 2020, selon une note interne.

Come I say Rude Boy

De son côté, Motorcycle a déniché un nom de marque — Rude Boy — lié à un vélo électrique déposé par Harley-Davidson le 15 octobre dernier auprès du Bureau américain des brevets et des marques de commerce. Des dernières informations relatives à la fourchette de prix estimée ont aussi été communiquées : entre 2500 et 5000 dollars, soit une grille tarifaire (très) onéreuse.