Test du SteelSeries Apex 3 : un clavier gamer à membrane convaincant

Un ensemble convaincant, mais onéreux

 

Introduction

Le clavier gamer SteelSeries Apex 3 se positionne comme l'entrée de gamme du constructeur danois. Reprenant le design de la gamme Apex, il entend bien convaincre les joueurs à la recherche d'un clavier qui ne fait pas dans la surenchère. On vous propose de le découvrir en détail dans notre test complet.

Dans la gamme de claviers de SteelSeries, l’Apex 3 est le modèle le moins cher. Proposé au tarif de 79,99 euros, il dispose à ce tarif d’un châssis en plastique et de touches à membrane qui lui assurent une résistance aux éclaboussures et un niveau de bruit maîtrisé.

Il accompagne ainsi à merveille la nouvelle souris gamer Rival 3. Si cette dernière nous a fortement convaincus, il convient maintenant de vérifier si le contrat est également rempli pour ce nouveau clavier.

Design et ergonomie

Présenté après les Apex 7 et Pro qui occupent le haut de gamme chez SteelSeries, l’Apex 3 reprend néanmoins le design général de la nouvelle série de claviers du constructeur danois.

Ce nouveau clavier reprend donc la forme typique de la gamme Apex introduite avec l’Apex 750. On profite ainsi d’une plaque en plastique courbée à ses extrémités sur laquelle viennent prendre place les 104 touches à membrane du clavier. Ne faisant pas dans la surenchère d’artifices visuels, cet Apex 3 propose un design résolument sobre et passe partout.

Les touches reposent ici sur des plaques blanches intégrées directement dans des découpes faites sur le châssis. C’est en dessous de ces plaques légèrement translucides que sont en fait cachées les LED RGB illuminant les touches sur 10 zones distinctes. Si le rendu visuel se révèle très convaincant, les caractères présents sur les touches manquent légèrement de clarté. Dommage.

À noter que l’utilisation de touches à membranes permet à l’Apex 3 d’être certifié IP32 et donc de résister aux éclaboussures. Les plus maladroits d’entrevous pourront ainsi profiter sereinement de leur breuvage, même en pleine partie.

Du côté de l’ergonomie, le châssis propose par défaut une légère courbe évitant la fatigue articulaire. Comme sur le reste de la gamme, un repose-poignet aimanté d’excellente facture est livré avec l’Apex 3. Il dispose d’un revêtement type peau de pêche et est donc logiquement une belle addition à un ensemble déjà convaincant.

Dans tous les cas, la hauteur non négligeable du châssis rend l’usage de ce repose-poignet absolument indispensable. À noter également que le clavier dispose de deux pieds escamotables permettant de le surélever sur sa partie arrière pour plus de confort.

D’un format tout à fait classique, l’Apex 3 ne dispose d’aucune touche d’action (macro) paramétrable, un point important à prendre en compte en fonction de votre utilisation. Il dispose en revanche d’une molette de réglage du volume ainsi que d’un bouton d’action permettant de gérer votre logiciel multimédia préféré.

Encore une fois, tout comme le reste de la gamme Apex, ce modèle « 3 » dispose sous son châssis de plusieurs goulottes permettant de faire sortir le câble USB d’environ 1,80 m au choix à gauche, à droite ou au centre. Une caractéristique appréciable et qu’on aimerait retrouver chez tous les constructeurs.

Toujours sous le châssis, les différents patins en caoutchouc associés aux 800 grammes du clavier lui permettent de ne pas glisser pendant l’utilisation, aussi bien sur un bureau que sur un tapis de souris.

Fonctionnalités

Tout comme la Rival 3 que nous testions dernièrement, il faut se tourner vers le pilote SteelSeries Engine pour configurer tous les aspects du clavier. Après une rapide mise à jour du firmware du clavier, celui-ci est immédiatement détecté et configurable.

L’interface nous laisse ici la possibilité de configurer chacune des touches individuellement. On peut au choix y attribuer une autre touche du clavier ou différentes fonctionnalités préconfigurées dans le clavier. De la même façon, l’enregistrement de macro est logiquement de la partie.

À noter d’ailleurs que l’Apex offre une fonctionnalité d’enregistrement de macros à la volée, directement depuis un raccourci clavier, sans avoir à utiliser le logiciel. Une fonctionnalité intéressante bien qu’elle reste limitée du fait de l’absence de touches dédiées à ces macros.

Si le clavier est donc équipé d’une molette et d’un bouton d’action dédiés aux contrôles multimédias, il n’est malheureusement pas possible d’y attribuer d’autres fonctions. On aurait par exemple très bien pu imaginer une utilisation de cette molette dans un logiciel de montage par exemple.

Au-delà de la configuration des fonctions des touches, le pilote SteelSeries Engine permet également de gérer l’éclairage RGB du clavier. Cet éclairage est réparti sur 10 zones sur lesquelles on peut définir au choix des couleurs fixes ou des effets “animés”. Comme pour le reste de périphériques de la marque, les effets lumineux peuvent ici encore être synchronisés avec vos autres appareils.

Tous les réglages cités précédemment peuvent évidemment être enregistrés au sein de profils que l’on peut associer à un jeu ou une application. L’idée est donc d’associer un éclairage et des fonctions en fonction de l’utilisation qui est faite du clavier.

Le constat reste le même en ce qui concerne le logiciel de SteelSeries qui reste une référence sur le marché des périphériques pour joueurs. La configuration de l’Apex 3 est on ne peut plus simple et les plus néophytes s’y retrouveront sans problème.

Frappe et performances

Avant de rentrer en détail sur les performances de frappe de l’Apex 3, il est important de préciser que nous sommes ici en présence d’un clavier équipé de touches à membranes. Il s’agit d’un type de touche qui équipe la plupart des claviers grand public qui sont en général plus accessibles, mais moins performants que les claviers mécaniques plébiscités par les joueurs.

En pratique, ces touches proposent un toucher assez mou et finalement typique des membranes. Les touches demandent ainsi d’être appuyées assez fort pour que la frappe soit enregistrée. Néanmoins, un léger retour tactile se fait sentir au niveau du point d’activation de la touche, qui apporte un léger surplus de confort lors du jeu et de la rédaction.

Ce retour tactile est normalement une caractéristique des interrupteurs mécaniques de type « marron ». La course de la touche est ainsi linéaire jusqu’au moment où la saisie est enregistrée par le clavier. C’est à ce moment-là qu’une légère résistance se fait sentir, pour indiquer de façon « tactile » que la frappe a bien été prise en compte par le clavier.

En rédaction, l’Apex 3 s’en sort très bien, du fait justement de ce retour tactile que les dactylos apprécieront. La réactivité des membranes n’est logiquement pas aussi bonne que des interrupteurs mécaniques classiques, mais on reste sur quelque chose de tout à fait honorable.

Pour ce qui est de l’utilisation gaming, l’Apex 3 s’en sort également plutôt bien. Si on ne profite logiquement pas de la réactivité des interrupteurs mécaniques, l’expérience proposée sur le dernier Call Of Duty reste tout à fait acceptable.

Au-delà de l’aspect fonctionnel, ces touches à membranes apportent un confort auditif non négligeable. En effet et comparativement à d’autres claviers de jeu, l’Apex 3 se révèle très silencieux et permettra de marteler les touches durant une partie endiablée sans déranger les personnes présentes autour de vous.

Prix et date de sortie

Le clavier SteelSeries Apex 3 est déjà disponible chez Amazon au prix de 79,99 euros. Un tarif relativement élevé si on le compare à d’autres modèles concurrents qui proposent des performances et fonctionnalités plus intéressantes.

Note finale du test
7 /10
Le SteelSeries Apex 3 est un excellent clavier gaming à membrane qui propose un design simple et soigné. La simplicité semble avoir été le maître mot lors de la conception de ce dernier, même s’il n’en oublie pas pour autant les attributs d’un bon clavier de jeu avec son éclairage RGB de qualité.

Du côté des performances, les touches à membrane s’en sortent honorablement avec une frappe agréable et suffisamment réactive pour satisfaire la plupart des joueurs.

Son tarif reste cependant assez élevé puisque pour presque 90 euros, il sera possible de s’offrir un clavier mécanique proposant plus de fonctionnalités et disposant d’une expérience de frappe beaucoup plus intéressante. Un tarif qui se révèle d'ailleurs très étonnant puisque ce même clavier est proposé pour seulement 49,99 dollars de l'autre coté de l'atlantique.
Points positifs
  • Design et construction soignés
  • Expérience de frappe convaincante
  • Éclairage RGB de qualité
  • Repose-poignet
  • Molette de volume et bouton média
Points négatifs
  • Prix excessif
  • Aucune touche de macro

Les derniers articles