L’ANFR dresse le bilan de ses mesures de DAS du premier semestre 2018. 51 smartphones ont été testés, mais seulement 43 ont été jugés conformes. Les 8 autres ont été soit mis à jour, soit retirés du marché.

En France, la réglementation impose aux constructeurs de ne pas dépasser une valeur de débit d’absorption (DAS) spécifique de 2 W/kg (tête et tronc) pour pouvoir commercialiser leurs smartphones. Conformément à l’article L. 41 du code des postes et des communications électroniques, l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences) est chargé du contrôle de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques. En cette fin novembre, l’ANFR fait le bilan du 1er semestre 2018.

84 % de conformité

Sur la période, l’ANFR a prélevé 51 téléphones présents dans le commerce et en a fait mesurer le DAS — par un organisme indépendant. Sur cet échantillon, 43 ont été mesurés en conformité avec des valeurs « DAS tronc » variant de 0,6 à 1,97 W/kg pour une moyenne à 1,16 W/kg. 8 ont cependant été épinglés, en partie en raison d’un changement des conditions de mesures (réalisées à une distance maximale de 5 mm au lieu de 25 mm). C’est tout de même 15,7 % des appareils mesurés.

Source : ANFR

Honor, Echo et Alcatel ont notamment été cités en mai dernier, mais dans son bilan, l’ANFR mentionne également Wiko, HiSense ou encore Neffos. Sont concernés les smartphones suivants :

Il est précisé que tous ces appareils sont depuis rentrés dans la légalité. Les deux premiers ont été retirés du marché et les exemplaires vendus ont été rappelés tandis que les autres ont reçu une mise à jour logicielle leur permettant de retrouver des valeurs alignées avec la réglementation en vigueur.

Pour rappel, l’ensemble des mesures de l’ANFR est disponible dans une base de données disponible en ligne.

À lire sur FrAndroid : Classement DAS : quels sont les smartphones qui émettent le moins et le plus de rayonnement