HOTAS, Yokes et palonniers : les meilleurs accessoires pour Flight Simulator

I believe i can Flight

 

Alors que le plus célèbre des simulateurs de vol est en phase d’approche. Il est encore temps de s’équiper en conséquence. Car ce type de jeu vidéo est un art précis, technique où le bon matériel peut tout changer, des performances, au niveau d’immersion.

Ce 18 août 2020, Flight Simulator 2020 atterrira enfin sur nos PC pour une invitation au voyage dans les airs. Attention, un simulateur de vol n’est pas un jeu d’arcade, chaque mouvement doit être réfléchi, car l’avionique est une science précise. Nous sommes là pour voler, tenter des figures acrobatiques, admirer les paysages, nous ne sommes pas aux commandes d’un X-Wing dans Star Wars Battlefront II. Nous précisons cela pour ceux qui sont tentés pour la première fois par ce type de jeux. Le plaisir que peut procurer un Flight Simulator est proportionnel à votre sérieux et investissement personnel.

Ce 18 août 2020, Flight Simulator 2020 atterrira enfin sur nos PC pour une invitation au voyage dans les airs. Attention, un simulateur de vol n’est pas un jeu d’arcade, chaque mouvement doit être réfléchi, car l’avionique est une science précise. Nous sommes là pour voler, tenter des figures acrobatiques, admirer les paysages, nous ne sommes pas aux commandes d’un X-Wing dans Star Wars Battlefront II. Nous précisons cela pour ceux qui sont tentés pour la première fois par ce type de jeux. Le plaisir que peut procurer un Flight Simulator est proportionnel à votre sérieux et investissement personnel.

Le marché des périphériques pour simulateur de vol reste un segment de niche. Il y’a peu de renouvellement de produits, certains de notre sélection ont presque dix ans d’existence. Toutefois, les constructeurs font de réels efforts au niveau de la conception des produits et surtout des tarifs. Même si ces derniers restent élevés, ils restent toutefois « accessibles » pour un passionné. Enfin, n’oubliez pas que le jeu demande une machine conséquente et ne lésinez pas sur l’écran. Plus il sera grand, plus l’immersion sera importante. Un écran large sera un bonus, autant pour admirer le paysage qu’avoir accès à une meilleure visibilité des tableaux de commande. Un bon siège gamer est aussi très important, vous risquez de passer des heures à voler dans les cieux du monde entier. Pour le reste du matériel, suivez notre guide des meilleures manettes, H.O.T.A.S., yokes et palonniers.

Les HOTAS

Thrustmaster TCA officer Pack Airbus Edition : le bon rapport qualité/prix

Thrustmaster s’associe à Airbus pour nous proposer ce combo Joystick et manette des gaz. Un produit déjà très élégant, avec fièrement apposé le nom Airbus dessus. Le joystick est très précis et utilise une mécanique magnétique pour plus de durabilité. Le manche est pensé ambidextre, avec quatre modules de boutons de tête interchangeable pour l’adapter à toutes les morphologies. Thrustmaster a reproduit l’ergonomie des instruments de bords d’Airbus. À votre disposition : 12 boutons dont un en cône et un palonnier virtuel en exerçant une rotation du manche. Le bloc de manette des gaz est encore une fois une reproduction de ceux des avions civils Airbus. Il est possible d’ajuster la résistance des manettes. Enfin, il apporte 8 boutons supplémentaires et 8 virtuels sur l’axe de la manette des gaz. Les deux produits peuvent s’acheter séparément (joystick seul à 69,99 euros et manette des gaz à 119,99 euros) si votre budget est limité. Mais vous trouverez difficilement mieux à ce prix-là. L’ensemble vous coûtera moins de 200 euros en précommande. 

Les plus

  • Design Airbus
  • Ergonomie
  • Rapport qualité/prix

Logitech G X-56 : pour les plus exigeants

Si le Thrustmaster ci-dessus est pensé pour l’aviation civile, le X6 HOTAS l’est également pour les simulateurs militaires et même spatiaux. Sa conception allie plastique et métal, associé à un design sobre et très martial. Nous avons accès au total à 31 boutons programmables, dont de nombreux switchs, molettes et potentiomètres. Ajoutons à cela 5 boutons en POV (conique ou non) et nous avons la possibilité de paramétrer 189 commandes au total. Il serait criminel de ne pas parler de sa double manette des gaz, qui est aussi précise qu’esthétique. L’ensemble est rétroéclairé RGB pour plus de spectacles. Un produit haut de gamme, complet dont les commandes sont d’une très belle précision, mais il faudra débourser 300 euros.

Les Joysticks

Logitech Extreme 3D Pro : pour les joueurs polyvalents

Un classique qui n’a plus à faire ses preuves. Il est assez précis, offre une belle prise en main, mais son look trahit une conception orientée arcade. Néanmoins, difficile de ne pas être séduit par ses 12 boutons programmables, son bouton conique et un retour de force plutôt bien dosé. À moins de 60 euros, il offre d’excellentes prestations. Attention, il n’est pas très ami avec les gauchers et cela est bien dommage pour un joystick. Un bon produit pour ceux qui veulent démarrer sans se ruiner et qui aiment aussi les jeux d’arcade. Comptez une soixantaine d’euros. 

Les plus

  • Design
  • Nombreux boutons
  • Prix

Thrustmaster T.16000 FCS : pour les ambitieux au budget limité

Un joystick looké qui offre une excellente prise en main et pensé dès le départ pour les gauchers comme les droitiers. Pour y arriver, il comprend 3 composants détachables à installer en fonction de vos habitudes. Nous avons 16 boutons à notre service, complété par un bouton conique. Comparé au Logitech Extreme 3D Pro, il est plus précis et souple à l’usage. Il se révèle plus talentueux dans le domaine de la simulation de vol, tout en restant à un prix raisonnable, moins de 60 euros.

En complément

Si votre budget est serré, mais que voulez plus qu’un joystick, Thrustmaster à la bonne idée de proposer deux bundles. Le premier est le T.16000M FCS Hotas, qui ajoute au joystick une manette des gaz TWVS Throttle (99,99 euros vendue seule) qui apporte une manette, 14 boutons en plus et un « chapeau chinois » supplémentaire, le tout pour 149 euros. Le second pack, le T.16000M FCS FLIGHT PACK qui comprend le contenu du précédent bundle, auquel s’ajoute le T.Flight Rudder Pedals (99,99 euros seul) : un palonnier avec deux pédales de frein différentielles. L’ensemble vous sera facturé 249 euros, soit le prix d’un bon H.O.T.A.S.

Les plus

  • Prix
  • Précision
  • Ecosystème

Les Yokes

Logitech G Saitek Pro Flight Yoke System : le rapport qualité/prix

Ce grand classique de presque 8 ans d’ancienneté fait le bonheur des fans de simulation peu fortunés. Il affiche un Yoke de belle taille, sur le manche gauche un bouton conique et un commutateur, et sur celui de droite un bouton rouge et deux commutateurs. Un mini tableau de bord avec un afficheur LCD monochrome paramétrable (vitesse, altitude…) est en façade et juste en dessous, trois boutons terminent la danse. Le Yoke est complété par un bloc de manette des gaz avec trois leviers programmables (commande des gaz, volets, commande du mélange, pas de l’hélice). Cela nous donne au total 25 boutons et positions de commutateurs. L’installation est à la fois simple et surtout très stable. Un bundle très complet. Difficile de trouver mieux pour moins de 160 euros.

Les plus

  • L’ergonomie très immersive
  • Le pack yoke + bloc manette des gaz
  • Le prix

Honeycomb Aeronautical Alpha Flight Controls Yoke : pour ceux qui en veulent plus

Honeycomb a travaillé avec des écoles et des élèves de pilotage pour concevoir son Yoke. Son design fait plus « pro » que celui de Logitech, l’usage de l’acier massif pour l’arbre de joug, donne un côté robuste et globalement plus sérieux. La poignée gauche comprend un bouton conique, deux interrupteurs et deux boutons supplémentaires. Sur celui de gauche, vous trouverez un grand bouton, un petit et deux interrupteurs. Pas d’afficheur en façade, mais 5 commutateurs et un rétroéclairage rouge très saillant, surtout si vous jouez dans le noir. Pas de bloc de manette des gaz ici. Comptez moins de 300 euros.

Les plus

  • La conception
  • Le nombre de boutons et de commutateurs
  • Le design

En complément : Honeycomb Aeronautical — Bravo Throttle Quadrant

Pour profiter au mieux de son Yoke Honeycomb, il faut investir dans le Bravo Throttle Quadrant, au design et à la qualité de fabrication d’aussi bon niveau. Il donne accès à 6 manettes totalement paramétrables et avec des leviers différents. Vous aurez en plus 14 voyants d’informations, une manette des freins et sept commutateurs en plus d’un switch blanc. Associé au Honeycomb Aeronautical Alpha Flight Controls Yoke, vous aurez à votre disposition un ensemble cohérent et très complet. C’est beaucoup, on le déconseillera donc aux débutants. Surtout qu’au final les deux près de 300 euros chacun, ce qui porte la facture totale à un peu moins de 600 euros. Ce dernier sera disponible fin 2020.

Les plus

  • La polyvalence
  • Les 6 manettes des gaz paramétrables
  • Les nombreux voyants d’informations et commutateur

Les palonniers

Logitech G Saitek Pro Flight Rudder Pedals : le palonnier « pas cher »

Nous avons ici un produit stable qui fait 2 350 kg, si vous n’utilisez pas le pédalier comme un buffle qui charge, il sera très stable. La belle molette centrale vous aidera à gérer votre force en réglant la résistance des pédales. Ces dernières sont très souples à l’usage et nous apprécions la possibilité de régler leur longueur. Ce qui va ravir les personnes dotées de grands pieds. Il faudra débourser 149 euros. 

Les plus

  • Personnalisation de la résistance
  • Personnalisation des pédales
  • Le prix

Thrustmaster Pendular rudder : l’option luxe

Ce gros bébé de sept kilos est un palonnier haut de gamme qui combine plusieurs technologies. Un mécanisme suspendu associé à des capteurs magnétiques. L’ensemble apporte une souplesse et une latitude d’usage assez unique. Le constructeur promet une précision de 0,005°, de quoi aider à poser un A380 dans un mouchoir de poche. Un produit de luxe, mais quand on aime… on est prêt à débourser les 500 euros demandés.

Les Plus

  • Design
  • Précision
  • Solidité

Pour aller plus loin

Pourquoi investir dans un matériel dédié pour Flight Simulator ?

Bien que cela puisse paraître étonnant, le couple clavier/souris est l’interface homme/machine de base de Flight Simulator. Il est possible de jouer avec une manette Xbox One ou encore un joystick, mais le clavier et la souris devront toujours rester accessibles. En effet, le nombre de commandes sur un simulateur de vol peut être impressionnant pour un novice. Un joystick rapproche de la réalité, mais investir dans un H.O.T.A.S. (Hands on Throttle and Stick) encore plus.

Ce dernier comprend un joystick pensé pour les simulateurs de vol, équipé de nombreux boutons pour éviter les aller-retour manette, clavier/souris. Il est complété par un bloc de manette des gaz qui apporte plus de réalisme et une nouvelle fournée de boutons. Beaucoup de modèles d’avions (léger ou lourd) utilisent une sorte de demi-volant nommé Yoke, là encore il s’agit d’apporter toujours plus de réalisme. Pour aller encore plus loin, il est difficile de faire l’impasse sur un pédalier. Et si vous êtes vraiment atteint par la fièvre de Flight Simulator 2020, rien ne vous empêche de multiplier les périphériques de jeux et transformer votre bureau en véritable cockpit.

Quels sont les principes de base de l’aviation ?

Un avion se manœuvre sur trois axes :

  • L’axe de tangage qui permet de prendre ou de perdre de l’altitude
  • L’axe de roulis pour faire pencher l’avion sur la gauche ou la droite
  • L’axe de lacet qui correspond à la gouverne

Un joystick simule les deux premiers, il faut compléter son matériel d’un palonnier pour le lacet. La majorité des simulateurs intègrent les effets du palonnier dans le joystick. Toutefois, si vous recherchez le réalisme et l’immersion, il est difficile de s’en passer. Enfin, un bloc de manettes des gaz apporte une touche finale à tout cockpit qui se respecte. Il évite de passer par le clavier pour caler sa vitesse au clavier et il apporte en général son lot de commandes supplémentaires.

Combien de boutons faut-il sur mon joystick ?

Du simple biplan à l’Airbus 380, la liste des commandes de vol, comme celle des vérifications techniques, est pléthorique. Autant avoir un grand nombre de boutons directement sur son manche à balai, sans toutefois que cela ne devienne indigeste. Voici les essentiels :

  • Le bouton conique ou « chapeau chinois » dans le jargon. Il sert généralement à contrôler la caméra. Ainsi, vous pourrez observer l’ensemble de votre cockpit, regarder le paysage ou changer la vue pour admirer votre avion de l’extérieur. Certains joysticks proposent plusieurs boutons coniques, afin de lancer des commandes ou de naviguer dans les menus.
  • La gâchette, placée à l’avant de la tête du manche à balai, elle sert à actionner des armes dans les simulations d’avion de combat et de freins pour les simulateurs civils.
  • Les autres boutons, que ce soit sur le manche ou sur sa base, sont là pour réduire l’usage de la souris et du clavier. Évitez-les produits avec « trop » de boutons à gérer pour vous, ou trop rapprochés les uns des autres pour éviter les erreurs de manipulation.
  • La manette des gaz, certains modèles intègrent une manette des gaz à leur base.

Qu’est-ce que la zone morte ?

Dans le cas d’un joystick, la zone morte est celle du manche au repos. Plus son rayon est petit, plus le produit offrira une précision et une stabilité importantes quand vous serez aux commandes de votre avion virtuel.

L’installation est-elle difficile ?

La majorité des périphériques pour simulateur se posent simplement sur une surface plane. Mais attention, un H.O.T.A.S. prend de la place et un Yoke demande à être fixé sur une table ou un bureau. Si nous ajoutons un bloc de manette des gaz, ou d’autres accessoires, cela peut rapidement devenir encombrant.

Le retour de force est-il une bonne idée ?

Il s’agit là d’un petit plus, les joysticks à retour de force génèrent des vibrations qui peuvent rendre l’immersion plus grande encore. Ainsi, lors de l’atterrissage, au décollage, en traversant des zones de turbulences, le joystick vibrera en proportion. Toutefois, faites attention à ce qu’elles ne soient pas trop puissantes, au risque de devenir gênantes.

Mes accessoires nécessitent-ils un logiciel ?

Souvent, un logiciel accompagne vos accessoires de jeu. Ils permettent de paramétrer votre périphérique, mais surtout ils proposent souvent des profils préprogrammés, par jeu, mais aussi parfois par type d’avion.

Les derniers articles