Quels sont les meilleurs SSD M.2 NVMe pour votre PC en 2024 ?

Rapide, silencieux et très compact

 

Les SSD M.2 sont de tout petits SSD internes. Ils sont capables de donner un bon coup de boost à un vieux PC de bureau ou encore à une PS5. Découvrez notre sélection des meilleurs modèles SSD M.2 NVME du marché en 2024.

Les meilleurs SSD M.2 du moment :

Les SSD sont de plus en plus accessibles et sont devenus incontournables au sein de nos ordinateurs. Il est aujourd’hui très rare de tomber sur un ordinateur ne disposant pas au moins d’un SSD pour le système d’exploitation. Avec le développement de cette technologie, on trouve sur le marché de très nombreuses références et il est rapide de s’y perdre.

Si les SSD se cantonnaient à l’origine à un format 2,5 pouces, le marché se tourne maintenant beaucoup vers le format M.2, plus compact et plus facile à installer. Se présentant sous la forme d’une petite carte à glisser sur la carte mère, les SSD M.2 offrent des performances nettement supérieures à leurs homologues 2,5 pouces et se passent de câbles.

Vous retrouverez différentes références pour tous les budgets dans ce guide. Et si vous avez des questions sur les SSD, vous trouverez certainement une réponse à la fin de cet article, dans notre FAQ.

Besoin d’un SSD pour votre PlayStation 5 ? Nous avons listé pour vous les SSD compatibles PS5 et fait un guide d’installation. Pour vous aider à monter votre PC gamer, nous vous conseillons aussi nos autres guides d’achats de composants :

MSI M480 Play : le plus véloce

MSI propose un très classique SSD interne au format NVMe PCI Express 4.0. Il s’insère facilement sur le port M.2 de la carte mère, comme tous les autres modèles qui suivront. Petite spécificité qui fait cependant la différence : un refroidissement préinstallé — qui pourra cependant gêner sur certaines configurations.

Source : Anthony Wonner – Frandroid

Côté performances, il n’y a rien à dire : avec 7 372 Mo/s en lecture séquentielle et 5 960 Mo/s en écriture, le MSI Spatium M480 Play fait partie des meilleurs. Il permettra ainsi des temps de chargement réduits en jeu et sera parfait pour une grosse configuration gamer. À noter qu’il est également possible de l’installer sur une PS5.

Le petit nouveau de MSI est disponible de 500 Go à 4 To de stockage. Retrouvez notre prise en main du MSI Spatium M480 Play.

Le MSI Spatium M480 Play en bref :

  • Débit en lecture/écriture : 7,3 Go/s – 5,9 Go/s (Versions 1 To)
  • Dissipateur préinstallé

Samsung 980 Pro : le savoir-faire Samsung

Le géant coréen est depuis quelques années le leader incontesté sur le marché des SSD haut de gamme. La marque avait toutefois pris son temps pour passer au PCIe 4.0 ; c’est désormais chose faite avec ce 980 Pro. Disponible dans des capacités allant de 250 Go à 2 To, il est construit autour de mémoire TLC.

Premier constat : les débits sont excellents, avec près de 7,1 Go/s en lecture et 5,2 Go/s en écriture. Si les performances sont bien au rendez-vous, la consommation se révèle cependant élevée et le disque chauffe rapidement. On vous recommande donc chaudement de l’installer sous un dissipateur, qu’il soit fourni avec votre carte mère ou vendu à part.

Le Samsung 980 Pro en bref :

  • Débit en lecture/écriture : 7,1 Go/s – 5,2 Go/s (Versions 1 To et 2 To)
  • Mémoire TLC
  • Tout simplement le plus véloce du marché

Acheter le SSD Samsung 980 Pro :

Corsair MP600 Pro XT : passez la quatrième

Si vous avez un bon budget et que vous ne voulez faire aucune concession en ce qui concerne votre SSD M.2, vous pouvez vous tourner sans hésitation possible vers le Corsair MP600 Pro XT. Il fait partie des plus rapides du marché et son prix a bien baissé dernièrement.

Son avantage ? Il est disponible sur des grosses capacités de stockage, jusqu’à 8 To (il faudra y mettre le prix…). Corsair a eu la bonne idée de lui greffer un dissipateur thermique assez imposant et avec une forme originale, qui lui garantira un refroidissement efficace pour encaisser les usages les plus intenses. Attention tout de même, cela peut empêcher de l’installer dans certains emplacements (au dos d’une carte mère par exemple) ou dans un PC portable. Attention, il s’agit d’un SSD en Gen 4.

Le Corsair MP600 Pro XT en bref :

  • Débit en lecture/écriture : 7,1 Go/s – 6,8 Go/s
  • Mémoire TLC
  • Dissipateur thermique intégré en aluminium

Acheter le SSD Corsair MP600 Pro XT :

Samsung 970 EVO Plus : le classique abordable et fiable

En matière de SSD, Samsung a presque toujours proposé des modèles très convaincants. Le 970 EVO Plus ne font pas exception et propose des débits excellents dans toutes les situations, tout en étant particulièrement endurant. Si vous recherchez un SSD NVMe à tout faire et proposant des performances solides, c’est le choix de raison.

Ces SSD proposent des débits de 3,5 Go/s en lecture et jusqu’à 3,3 Go/s en écriture pour les versions 1 To. Du fait de leurs performances et de la maitrise de Samsung sur ce secteur, les prix de ces modèles sont donc légèrement supérieurs à ceux de leurs concurrents.

Le Samsung 970 EVO plus en bref :

  • Débit en lecture/écriture : 3,5 Go/s – 3,3 Go/s (version 1 To et 2 To)
  • Mémoire TLC
  • La référence pour tous les usages

Acheter le SSD Samsung 970 EVO Plus :

Crucial P3 : l’entrée de gamme abordable

 

Crucial est bien positionné sur l’entrée de gamme depuis plusieurs années maintenant. On pense notamment aux SSD M.2 Crucial P1 qui offraient déjà une prestation convaincante pour un tarif attractif. La marque a ensuite ressorti cette même recette du placard pour proposer les SSD NVMe Crucial P2, puis maintenant les P3, qui se montrent très intéressants et performants, le tout à un tarif attractif.

Équipés d’une mémoire TLC et disponibles en version 500 Go, 1 To, 2 To et 4 To, ils proposent des débits en lecture jusqu’à 2,4 Go/s et presque 2 Go/s en écriture pour les modèles avec le plus de stockage (1 et 2 To).

Le Crucial P3 en bref :

  • Débit en lecture/écriture : 3,5 Go/s – 3 Go/s (version 2 To)
  • Mémoire TLC
  • Accessible et souvent en promotion

Acheter le SSD Crucial P3 :

Tout savoir sur les SSD M2

Qu’est-ce qu’un SSD ?

Vous connaissez certainement les disques durs, qui équipent nos ordinateurs depuis plusieurs dizaines d’années maintenant. Si ces derniers sont maintenant éprouvés et proposent des capacités de stockage toujours plus importantes, ils restent malheureusement limités sur le plan des performances. Pour rappel, ces derniers fonctionnent de façon « mécanique » avec des plateaux tournant à haute vitesse et parcourue par des têtes de lecture/écriture.

Les SSD quant à eux, utilisent de la NAND, un type de mémoire flash offrant des performances supérieures tout en étant en général plus compacts que nos disques durs classiques. Les SSD (et SSD M.2) sont en fait de grosses clés USB puisqu’ils utilisent le même type de mémoire que ces dernières.

Comparativement, les disques durs offrent, à tarif équivalent, un espace de stockage plus important que les SSD et sont plus indiqués que ces derniers pour le stockage des données sur le long terme. À l’inverse, les SSD sont moins durables, mais bien plus efficaces qu’un disque dur pour accueillir votre système d’exploitation et vos jeux par exemple.

On recommandera donc en général d’utiliser un SSD pour le système d’exploitation et les jeux les plus gourmands et d’y adjoindre un disque dur, avec plus d’espace pour stocker vos documents, médias et autres données qui n’ont pas besoin d’être accessibles très rapidement.

Mon PC est-il compatible et comment installer un SSD M.2 ?

Un SSD M.2 s’installe, comme son nom l’indique, sur un connecteur M.2 et donc, directement sur la carte mère de votre ordinateur. Toutes les cartes récentes sont équipées de cette connectique et il vous suffira de consulter le manuel de cette dernière pour vérifier la présence de ce port et sa compatibilité avec la norme NVMe permettant d’obtenir les meilleures performances.

Il faut rentrer de biais le SSD M.2 dans son emplacement puis rajouter une vis pour le maintenir à plat

Pour l’installation, repérez simplement le connecteur M.2, retiré la vis de fixation et/ou l’éventuel dissipateur thermique. Installez ensuite le disque dans le connecteur et fixez parallèlement à la carte à l’aide de la vis et/ou du dissipateur thermique. Si votre carte est équipée d’un tel dispositif, pensez à retirer le plastique de protection présent sur la pâte thermique normalement présente sous le dissipateur.

SLC, MLC, TLC, QLC : quels sont les différents types de mémoire ?

En parcourant les fiches techniques des SSD, vous avez sans doute noté que pour chaque référence, le type de mémoire flash utilisée est précisé. On distingue actuellement 4 types principaux sur les différents SSD du marché qui influe directement les performances des SSD. Cette liste est ordonnée du plus performant et durable (et plus cher) au moins performant et durable (et donc moins cher) :

  • SLC (Single Level Cell) : chaque cellule peut stocker un seul bit. C’est la mémoire la plus chère qui se destine en général aux applications professionnelles. C’est également la mémoire la plus performante et la plus durable avec plusieurs dizaines de milliers de cycles d’écriture.
  • MLC (Multi Level Cell) : chaque cellule peut stocker plusieurs bits (en général 2). Les performances sont inférieures à la mémoire SLC et la durée de vie ne dépasse pas les 10 000 cycles.
  • TLC (Triple Level Cell) : chaque cellule peut stocker 3 bits. Ce type de mémoire est moins performant et moins endurant que les deux précédents avec environ 3000 cycles d’écriture.
  • QLC (Quad Level Cell) : chaque cellule peut stocker 4 bits. Technologie la plus récente, elles proposent des performances en deçà de la mémoire TLC, mais son faible coût permet de profiter d’une plus capacité de stockage.

Pour pallier les problèmes de performance des mémoires moins onéreuses, les constructeurs utilisent souvent une mémoire cache plus performante. Ainsi, sur de petites opérations, les SSD équipés d’une mémoire cache SLC (par exemple) profiteront de performances très correctes. Nous abordons ce point un peu plus loin sur cette page.

Je n’ai pas assez d’emplacements M.2 sur ma carte mère, que faire ?

En dehors de quelques cartes mères ultra haut de gamme, la grande majorité des PC ne dispose que deux emplacements NVMe. Il est toutefois possible d’en ajouter plus via des cartes d’expansion PCI Express. Un modèle basique pouvant accueillir un PCI Express 3.0 ne coûte qu’une vingtaine d’euros. Pour une centaine d’euros, on trouve des modèles capables à 4 emplacements câblés en PCI Express 4.0. De quoi faire le plein de stockage ultra rapide sans se ruiner.

SATA ou NVMe, quelles différences ?

Il existe deux « types » principaux de SSD M.2 : ceux compatibles SATA (protocole AHCI) et ceux compatibles PCI Express (protocole NVMe). Ces deux normes ne sont pas forcément dépendantes de la connectique, mais définissent le bus utilisé par le système pour accéder au stockage. Pour expliquer les choses simplement, il faut comprendre que la norme SATA (Serial ATA) a été à l’origine créée pour les disques durs et autres lecteurs optiques dont les débits n’étaient pas les mêmes que ceux de nos disques SSD.

Ainsi, la norme SATA plafonne dans sa version 3 à 600 Mo/s. Vous pourriez utiliser le SSD le plus costaud du marché, il ne pourrait pas dépasser ce débit si vous l’utilisez en SATA. La norme NVMe (Non-Volatile Memory Express) a été spécifiquement conçue pour les disques à mémoire flash et utilise le bus PCI Express, bien plus performant.

La plupart des SSD M.2 vendus sur le marché sont maintenant estampillés NVMe et, de la même façon, l’immense majorité des cartes mères récentes sont compatibles avec ces disques. Grâce à cela, vous pourrez obtenir des débits de plusieurs Go/s.

Quels sont les débits maximums que je peux atteindre ?

Nous parlons beaucoup des débits des SSD M.2 dans ces lignes. C’est certainement l’une des caractéristiques les plus importantes lorsque l’on choisit son nouveau disque, mais il convient d’être prudent quant aux données indiquées par les constructeurs.

En effet, bien souvent, ces débits s’obtiennent dans des conditions optimales et plusieurs facteurs peuvent venir plomber les performances. Nous avons vu que le type de mémoire utilisé est important et qu’il définit en partie les performances du disque. Les disques à mémoire QLC commencent à arriver en masse sur le marché et cette mémoire n’offre pas des performances exemplaires. C’est pour cela que les constructeurs ajoutent un cache dont la taille peut varier selon les modèles.

Ce cache, composé d’une mémoire plus performante, permettra d’améliorer les débits en lecture et en écriture tant qu’il n’est pas rempli. Cette méthode se montrera très efficace pour des accès ponctuels et légers, mais ne suffira malheureusement pas lors du transfert de très gros fichiers qui impliqueront une chute importante des performances. Rien de rédhibitoire cependant si vous utilisez votre disque de façon « normale ».

Autre point à prendre en compte : le refroidissement. Ce point rejoint le précédent puisque ce comportement sera plus enclin à se présenter dans le cas d’une utilisation très intensive de votre disque. Tout comme un processeur, un SSD M.2 doit maintenir une température correcte pour fonctionner dans de bonnes conditions. De ce fait, si votre disque n’est pas bien refroidi, ses performances peuvent s’effondrer sur des transferts très importants pour que l’ensemble puisse rester à température correcte. Vous remarquerez d’ailleurs que sur certaines cartes-mères, des dissipateurs thermiques sont présents sur les emplacements M.2.

Lors de l’installation de votre SSD M.2 et pendant la copie de tous vos jeux et fichiers sur ce dernier, ne vous inquiétez donc pas de ne pas obtenir les débits indiqués sur la boite. C’est « normal » et totalement dépendant des caractéristiques techniques de votre SSD.

Est-ce que je dois acheter un SSD compatible PCI-Express 4.0 ?

De nouveaux SSD M.2 compatibles avec le PCIe 4.0 sont arrivés sur le marché. D’abord réservée aux processeurs AMD Ryzen 3000 et aux chipsets B550 et X570, la norme est désormais disponible chez Intel. Pour cela, il faudra un processeur de 11e génération minimum, couplé à un chipset B560 ou Z590. L’utilisation du PCIe 4.0 permet à ces disques d’atteindre des performances jamais atteintes jusqu’à présent avec des débits pouvant atteindre les 5 Go/s en écriture.

Si ces chiffres sont impressionnants sur le papier, en pratique, ils n’ont actuellement pas beaucoup d’intérêt et ne sont atteignables que dans des conditions optimales. Un SSD M.2 PCIe 4.0 offrira par contre de meilleures performances qu’un disque PCIe 3.0 s’il est installé sur une carte-mère PCIe 3.0. L’achat n’est donc pas forcément inutile si vous comptez le garder pendant plusieurs années, le temps que de vrais usages se développent.

Pour un usage standard, que ce soit en bureautique ou en jeu, les SSD PCI-Express 4.0 n’ont donc pas vraiment d’intérêt aujourd’hui. Certains usages applicatifs spécifiques pourraient néanmoins en tirer parti dans le futur. De la même façon, n’espérez pas transférer des fichiers à 5 Go/s entre deux SSD PCIe 4.0 ni avec n’importe quel autre périphérique puisqu’aucune connectique à part le Thunderbolt 3 ne peut, théoriquement, suivre ces débits élevés.

Que valent les SSD PCI-Express 5.0 ?

À peine le PCI-Express 4.0 démocratisé que son successeur est déjà là, introduit avec les processeurs Intel de 12e génération. La bande passante de l’interface est doublée et les premiers disques compatibles semblent montrer une augmentation des débits dans le même ordre de grandeur.

Ainsi Samsung avait profité du CES 2022 pour faire la démonstration d’un SSD capable d’atteindre les 13 Go/s. Si ces chiffres sont impressionnants, les SSD PCI-Express 5.0 semblent toutefois pour le moment cantonnés au marché professionnel. Et quand bien même seraient-ils disponibles pour le quidam, ils sont pour le moment tout bonnement inutile pour l’utilisateur moyen. Aucune application grand public n’est en effet en mesure de tirer parti de ces débits.

Puis-je installer un SSD M.2 dans ma PlayStation 5 ?

Si l’emplacement M.2 était présent dès la sortie de la PlayStation 5, il aura fallu plus d’un an à Sony pour qu’il soit enfin utilisable. Une mise à jour système attendue avec impatience par les joueurs, en particulier ceux possédant une version Digital de la console.

Pour ajouter plus de stockage, il faudra donc commencer par choisir un des SSD compatibles avec la PS5, puis suivre notre guide de mise à jour. Pas d’inquiétude, l’opération ne nécessite qu’un tournevis et ne prend pas plus de 5 minutes !

SSD et jeu vidéo, quels avantages ?

Comparativement à un disque dur classique, un SSD ne vous apportera pas un réel gain de performance. N’espérez donc pas augmenter significativement le nombre d’images par secondes dans vos jeux préférés. Le processeur et la carte graphique sont ici beaucoup plus importants et auront un vrai impact sur les performances.

En revanche, grâce à ses temps d’accès réduits et aux meilleurs débits qu’il propose, le SSD réduira très significativement les temps de chargement. Ainsi, tous les jeux profiteront d’un démarrage et de chargements des environnements ou des maps plus rapides. Certains titres très gourmands (les mondes ouverts principalement) profiteront également d’une expérience plus « fluide ». L’utilisation de SSD ultra rapide sur la PS5 et les Xbox Series a ouvert la porte à une meilleure exploitation des SSD dans les jeux, avec par exemple des temps de chargement quasi absents.


Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.


Utilisez-vous Google News (Actualités en France) ? Vous pouvez suivre vos médias favoris. Suivez Frandroid sur Google News (et Numerama).