Classement DAS : quels sont les smartphones qui émettent le moins de rayonnement

Sur les ondes

 

Dans ce dossier, nous vous proposons de répondre aux questions les plus répandues concernant la problématique des ondes électromagnétiques, avec un classement des smartphones (et les valeurs DAS) régulièrement mis à jour.

Le Débit d’Absorption Spécifique ou DAS est un indicateur permettant d’évaluer la quantité d’ondes émises par nos smartphones et objets connectés. Si les scientifiques s’accordent en majorité à dire que ces dernières ne sont pas nocives pour la santé, certains doutes demeurent. Si vous cherchez à réduire votre exposition aux ondes électromagnétiques, nous avons listé les smartphones du moment en fonction de leur DAS afin que vous puissiez orientez votre en fonction de ce critère. Vous trouverez des informations complémentaires sur le DAS après nos classement.

Classement des meilleurs smartphones en fonction de leur DAS

Si vous lisez régulièrement Frandroid, vous savez sans doute que nous tenons régulièrement à jour notre sélection des meilleurs smartphones. Les voici classés par ordre de DAS croissant, ce qui vous permettra de choisir celui qui émet le moins d’ondes, mais avant ça, voici les trois meilleurs élèves, tous en provenance de Samsung. Tous les chiffres sont issus des données communiquées par les constructeurs.

ModèleDAS (tête) en W/kg
Samsung Galaxy Note 10+0,187
Galaxy S200,279
Galaxy Z Flip0,369
Samsung Galaxy A510,369
Samsung Galaxy S10+0,516
Xiaomi Redmi Note 8T0,591
Huawei P30 Pro0,64
Galaxy S20 Ultra0,66
Xiaomi Mi 100,690
Realme 60,709
iPhone 110,95
iPhone 11 Pro0,95
Apple iPhone 11 Pro Max0,99
Xiaomi Redmi Note 8 Pro0,997
OnePlus 7T1,04
Xiaomi Mi 9T Pro1,302
Google Pixel 3a1,33

Classement des smartphones du moment en fonction de leur DAS

Dans le tableau ci-dessous, vous retrouverez les téléphones du moment populaires sur Frandroid. La liste est agrémentée de quelques produits importants, que nous jugions pertinents. Là encore, ils sont classés par ordre de DAS croissant. Tous les chiffres sont issus des données communiquées par les constructeurs.

ModèleDAS (W/kg)
Samsung Galaxy Note 100,209
Galaxy S200,279
Samsung Galaxy A510,369
Samsung Galaxy A100,379
Samsung Galaxy S100,477
Huawei P40 Pro0,48
Samsung Galaxy A400,49
Xiaomi Mi 100,512
Samsung Galaxy S10+0,516
Samsung Galaxy S10e0,582
Huawei P30 Pro0,64
Galaxy S20 Ultra0,66
Xiaomi Mi 100,690
Xiaomi Mi 10 Pro0,69
Huawei P30 Lite0,7
Realme 60,709
Sony Xperia 10 Plus0,9
Apple iPhone 11 Pro0,95
Apple iPhone 110,95
Apple iPhone 11 Pro Max0,99
Xiaomi Redmi Note 8 Pro0,997
OnePlus 7T
1,04
OnePus 71,166
OnePlus 7 Pro1,199
Google Pixel 3a1,33
Xiaomi Mi 9T1,341
Xiaomi Mi 91,389
Xiaomi Mi 9 Lite1,42

Pour comprendre le DAS

Qu’est-ce que le DAS ?

Les champs électromagnétiques sont partout : la lumière visible, les rayons X, mais aussi les ondes émises par nos smartphones, les antennes relais ou encore les lignes électriques. Ils se propagent sous la forme d’onde, définie par sa fréquence. Plus elle est haute, plus elle est énergétique. Comme toutes les ondes, elles se déplacent à la vitesse de la lumière.

Pour les smartphones, les autorités sanitaires ont établi des normes portant sur le DAS (débit d’absorption spécifique), exprimé en watt par kilo. Cet indice indique la quantité d’énergie électromagnétique absorbée par le corps lors de l’utilisation d’un appareil sans fil, il permet de mieux comprendre les spécificités du corps humain, surtout au niveau de la tête (quand on place le téléphone près de l’oreille).

Là où ça se complique, c’est que cet indice est calculé d’une façon différente dans les régions du monde entier. Si l’on compare les données, il faut donc se fier aux chiffres indiqué dans zone géographique donnée. Dans le cas de la France, c’est la norme de l’Union européenne qui fait foi. Le chiffre indiqué correspond aux émissions maximales émises par le terminal, elles sont en pratique très souvent sensiblement inférieures.

Au sein de l’Union européenne, la limite de DAS est de 2 watts par kilogramme (W/kg) (la moyenne se rapporte à 10 grammes de tissu), aux États-Unis la FCC exige que les téléphones commercialisés affichent un niveau de DAS inférieur à 1,6 watt par kilogramme (W/kg) (pour 1 gramme de tissu).

Évidemment, le calcul du DAS reste une opération complexe, l’absorption est différente en fonction des morphologies et des parties du corps que l’on cible.

Est-ce dangereux pour la santé ?

Il faut différencier deux types de rayonnements : ceux ionisants et ceux non ionisants. Les premiers se trouvent dans les très hautes fréquences, il s’agit des rayons X (utilisés principalement en médecine), mais aussi les rayons gamma (lors d’une explosion nucléaire, ces ondes sont émises par un produit radioactif). Ces rayonnements sont dits ionisants, car ils sont suffisamment énergétiques pour arracher des électrons aux atomes, ce qui a des effets cancérogènes avérés. Cela peut même entraîner la mort à court terme lors d’une exposition très importante comme lors de catastrophes nucléaires. Pas besoin d’annuler votre prochaine radio toutefois, tout est question de quantité bien évidemment. Aux doses courantes, il n’y a aucun danger.

Les ondes émises par nos téléphones sont bien moins énergétiques, elles sont non ionisantes. Les fréquences utilisées pour la téléphonie mobile se situent en France entre 700 MHz et 2,6 GHz, très très loin des Rayons X dont la fréquence est de l’ordre de 30 pétahertz (soit 30 millions de GHz). Il est donc impossible que l’ADN soit touché. Si le sujet vous intéresse, nous vous recommandons de lire le numéro 13 de Canard PC Hardware, avec son dossier dédié aux ondes. C’est un article de référence sur la question.

Que disent les agences de santé publique, aujourd’hui, sur le risque sanitaire ? Qu’en l’état actuel des connaissances, il n’existe aucune preuve définitive de la nocivité du téléphone portable. Toutefois si des milliers d’études validées ne font apparaître aucun effet cancérigène, quelques-unes mettent en avant un risque potentiel pour certaines tumeurs du cerveau, invitant à plus d’études.

Pour résumer : le consensus scientifique tend à démontrer l’absence d’effet cancérigène, mais certains doutes subsistent dans des cas particuliers.

Quelles précautions prendre pour limiter l’exposition aux ondes ?

Puisque certains doute subsistent, par principe, l’OMS recommande « de prendre des mesures pratiques afin de réduire l’exposition, comme l’utilisation de kits mains libres ou des textos« , plutôt que de passer des heures le mobile rivé à l’oreille. Évitez également de dormir près de votre smartphone, ou encore de le laisser constamment dans la poche de votre jean, près de vos organes génitaux. Pour les femmes enceintes, il est également nécessaire d’être prudent, les fœtus étant plus sensibles. Il faut enfin ajouter que le maillage d’antenne-relais bien plus important de nos jours, permet de diminuer la puissance émise par nos smartphones.

Les derniers articles