Peugeot 408 : la version chinoise se « recharge » en trois minutes

 

Comme Nio, CATL propose également ses stations d'échange de batteries pour "recharger" ces dernières en moins de cinq minutes. Les stations de CATL sont désormais compatibles avec trois modèles de voitures électriques, dont un conçu en partenariat avec Peugeot : la 408 en version chinoise. Mais avec une autonomie plutôt décevante.

Article actualisé le 31 octobre 2022 : Le média chinois IT Home précise l’autonomie de cette Peugeot 408 chinoise ainsi que la durée de l’opération d’échange de batterie. Au total, la Dongfeng Fukang ES600 pourra compter sur une autonomie de 410 km sur le cycle mixte chinois CLTC (soit environ 350 km sur le cycle européen WLTP), ce qui est assez peu. Il lui faudra approximativement trois minutes pour échanger les différents modules formant la batterie.


Article original du 25 octobre 2022 : Pour recharger une voiture électrique, la solution la plus évidente consiste à la brancher à une prise ou à une borne rapide. Mais aujourd’hui, de nouvelles alternatives se développent, comme l’échange de batteries. Si Nio est l’entreprise la plus connue à proposer ce système, d’abord en Chine puis plus récemment en Europe, d’autres lui ont également emboîté le pas. C’est notamment le cas de MG, en partenariat avec le géant chinois CATL spécialisé dans le développement de batteries.

Un véhicule sino-français

Ce dernier a également créé sa propre entreprise en janvier dernier, alors spécialisée dans la création de stations de battery swapping. Baptisée Evogo, celle-ci est exploitée par la filiale de CATL, Contemporary Amperex Energy Service Technology (CAES) et a déjà signé des partenariats avec plusieurs marques.

Comme l’explique le site CNEVPost, le premier modèle à être compatible avec ces infrastructures est le NAT (Next Automatic Taxi) de la marque chinoise Bestune, visant notamment à se développer sur le marché du covoiturage. En avril dernier, CATL a également signé un partenariat avec Aiways pour développer une version de l’U5 compatible avec l’échange de batterie.

Aujourd’hui, c’est un nouvel accord qui vient d’être conclu, cette fois-ci entre CATL et Dongfeng Peugeot-Citroën. Celui-ci permettra à un troisième véhicule de pouvoir profiter de cette technologie. Il s’agit de la Dongfeng Fukang ES600, qui n’est évidemment pas commercialisée en France, mais dont le style devrait toutefois vous rappeler quelque chose.

En effet, cette voiture totalement inconnue dans nos contrées se base sur la Peugeot 408 chinoise, elle même basée sur la Peugeot 308. En réalité, il s’agit d’une déclinaison à coffre de la compacte de 2ème génération, vendue chez nous de 2013 à 2021.

Une batterie spécifique

Cette Dongfeng Fukang ES600 est donc une Peugeot 408 électrique, qui n’a rien à voir avec la nouvelle génération tout juste lancée chez nous. Le modèle chinois embarque alors pour rappel un moteur de 150 chevaux, tandis que sa vitesse est limitée à 140 km/h comme l’explique le site Car News China.

La nouvelle version co-développée par CATL devrait être équipée de batterie spécifiquement conçues pour être compatibles avec les stations d’échange. Il s’agit alors d’un accumulateur baptisé Choco-SEB et conçu par la firme chinoise, en utilisant la technologie CTP (cell-to-pack), qui intègre alors les cellules directement dans un pack, sans utiliser de modules. Un système plus fiable qui augmente également la densité énergétique des batteries.

Les trois modules pour 600 km d’autonomie

Selon CATL, un seul bloc (26,5 kWh) peut alors fournir une autonomie de 200 kilomètres environ. Il sera possible pour les clients d’en installer plusieurs (jusqu’à trois pour atteindre 79,5 kWh), en fonction de leurs besoins, pour atteindre environ 600 km d’autonomie sur le cycle mixte CLTC chinois.

Si le système d’échange de batterie de Nio commence à arriver en Europe, et notamment en Norvège et en Allemagne, celui évoqué dans notre article se limite pour l’heure à la Chine. La première station a en effet été installée en avril dernier à Xiamen, tandis qu’une autre a également vu le jour à Hefei, dans l’est du pays.

 


Envie de retrouver les meilleurs articles de Frandroid sur Google News ? Vous pouvez suivre Frandroid sur Google News en un clic.