Ford : pourquoi son attractif SUV électrique anti-Tesla Model Y a du retard ?

Un grain de sable dans le rouage.

 

Ford est contraint de repousser de six mois l’arrivée de son Explorer EV sur le marché européen en raison de l’adoption de nouveaux standards pour l’électrique sur le Vieux Continent. C’est tout du moins l’explication officielle de la marque.

Alors que Ford est un peu à la peine avec son pourtant très réussi Mustang Mach-E, notamment en raison d’un tarif resté très longtemps trop élevé face à la politique tarifaire très agressive de Tesla, il ne pourra pas compter sur son futur Explorer EV pour lui sauver la mise. Du moins il faudra attendre un peu plus que prévu.

En effet, celui qui est attendu avec un prix attractif de départ se situant sous les 45 000 euros vient de prendre six mois dans la vue, délai qui le repousse d’autant pour son arrivée sur nos routes européennes. C’est ce qu’a expliqué il y a quelques jours la direction de l’usine de Ford à Cologne à ses employés.

Un calendrier chamboulé

Au départ, la production du nouveau et second SUV 100 % électrique de la firme (en excluant le F-150 Lightning qui ne sera pas vendu chez nous), devait débuter dès cet été à l’Electric Vehicle Center de Cologne. Pour une arrivée sur les routes dès le début de l’année 2024.

Mais de nouvelles réglementations mondiales en matière de sécurité de composants des moteurs électriques ont eu raison du calendrier initial afin évidemment de prendre toutes les dispositions pour se conformer aux nouvelles normes de sécurité.

Selon le journal allemand Kölnische Rundshau, cela reporte l’arrivée du SUV d’environ six mois, avec des commandes qui seraient possibles finalement au début de l’année prochaine, pour une arrivée sur les routes à l’été 2024.

Une excuse pour une nouvelle batterie ?

Pour rappel, le Ford Explorer EV, que nous avions pu approcher au moment de sa présentation, est légèrement plus petit qu’un Tesla Model Y. Il se base sur la plateforme MEB de Volkswagen, celle-là même qui supporte l’ID.4 notamment. Mais il semblerait ces nouvelles normes UN Regulation 100.3/ECE-R 100.3, comme nommées par le porte-parole de la marque Ralph Caba au média allemand 24Rhein, obligent Ford à changer de batterie pour son SUV.

Pour autant, cette histoire de normes, ne serait-ce pas là qu’un prétexte pour se passer de la batterie proposée par Volkswagen ? C’est en tout cas ce que certains médias avancent comme nos confrères de Numerama. En effet, il serait étonnant que cette nouvelle norme européenne n’ait pas été anticipée par le partenaire Volkswagen et que de ce fait, Ford en pâtisse.

D’autant que ces changements de législation s’appliquent aussi aux véhicules de Volkswagen, et plus largement au groupe VW tout entier, qui a de son côté un certain nombre de véhicules basés sur la plateforme MEB, du Skoda Enyaq iV à l’Audi Q4 e-tron, et bien d’autres encore. On n’imagine mal aucun de ces véhicules sortir des lignes de production pendant des mois.

Dans l’attente des infos officielles

Ceci dit, pour le moment, aucune info n’avait été donnée sur la batterie. Toutes les infos que Ford avait bien voulu donner lors de la présentation, c’est que son véhicule serait disponible en trois versions, mêlant propulsion et quatre roues motrices. Les puissances non plus n’avaient pas été révélées. À peine la firme de Dearborn avait-elle bien voulu communiquer sur une autonomie théorique d’environ 500 km en cycle WLTP, pour une vitesse de charge de 25 minutes pour passer de 10 à 80 % en courant continu.

Il faudra donc se montrer encore un peu patient pour en savoir plus sur ce SUV électrique.


Téléchargez notre application Android et iOS ! Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles