Le patron d’Orange, Stéphane Richard, interviewé par Les Echos, n’a pas uniquement parlé de son réseau cuivré. Il rebondit également sur les dernières rumeurs concernant une consolidation du marché et un retour à trois opérateurs.

Stéphane Richard est revenu sur la dégradation de son réseau cuivré lors d’une interview accordée au site Les Echos. Cependant, ce n’est pas le seul sujet d’importance dans les télécoms actuellement : la consolidation du marché à trois opérateurs fait une nouvelle fois parler d’elle.

Évidemment, le PDG d’Orange a lui aussi sa petite idée sur la question. Et comme toujours, c’est la guerre des prix qui obsède l’homme d’affaires.

Les ravages causés par la guerre des prix

Tout part d’une question innocente : est-ce que les acteurs pensent aujourd’hui à une consolidation du marché des télécoms ? Stéphane Richard reste toutefois prudent : « Oui, c’est une hypothèse dans les esprits même si, à ma connaissance, il n’existe pas de schéma établi ni de négociations engagées à ce stade ». Tout reste rumeur donc, comme d’habitude.

Ceci étant, le PDG va plus loin : « Si cette question de la consolidation se pose aujourd’hui, c’est surtout en raison des ravages causés, particulièrement en 2018, par la guerre des prix dans les télécoms ».

Ce n’est pas la première fois que Stéphane Richard indique son mécontentement face à cette tendance, mais il va plus loin : « On a atteint des pratiques de marché sans équivalence en Europe, avec désormais deux opérateurs télécom qui pratiquent des promotions à vie ! Je trouve cet emballement particulièrement préoccupant ».

Le problème ? Le marché à quatre opérateurs bien sûr : « Il est lié à une dynamique de marché à quatre opérateurs télécoms : chacun est engagé dans une course au recrutement du plus grand nombre de clients par trimestre ».

Au détriment de l’investissement réseau

Stéphane Richard ne change pas d’angle et indique une nouvelle fois que tout cela se fait au détriment de l’investissement sur les réseaux, notamment la 5G : « Il faut bien voir que cette dynamique va provoquer une baisse, à terme, des revenus des opérateurs télécoms, à l’heure où ils doivent consentir à de lourds investissements dans la fibre optique, la 5G… Tous ne pourront pas suivre ».

Un cercle vicieux, donc ? « Pour ma part, je considère qu’on a atteint les limites du système. Cela va inévitablement nous amener à nous poser la question de la consolidation du marché. Il pourrait y avoir une nouvelle fenêtre pour d’éventuelles discussions au premier semestre 2019 ».

Orange ne sera toutefois pas l’acteur lançant un tel mouvement, puisque cela pourrait poser « un problème aux autorités de régulation ». Le mariage entre Orange et Bouygues, qui a fait l’actualité de l’année 2016, ne reviendra pas sur les devants de la scène : « je ne suis pas prêt à le refaire aujourd’hui ».

À lire sur FrAndroid : Pour Orange, le retour à trois opérateurs serait possible début 2019