L’action d’iliad est retournée à son niveau de 2011,  au lancement de Free Mobile. La valeur du groupe a donc perdu 7,2 milliards d’euros.

Xavier Niel

Depuis 2017, le groupe Iliad (Free, Free Mobile, Online, etc.) voit le prix de son action baisser inéluctablement. À l’heure où ses lignes sont écrites, l’action coûte 90,54 euros, soit sa valeur en 2011 avant le lancement de Free Mobile.

Les différents essais de Xavier Niel pour redresser la barre, comme le lancement en Italie ou la récente présentation des Freebox One et Freebox Delta se sont révélés inefficaces.

Un retard sur la fibre

D’après le Figaro, Free paye surtout son retard sur le déploiement de la fibre comparée à Orange. L’opérateur avait fait beaucoup de promesse au moment de commencer le déploiement, notamment celui d’avoir un réseau indépendant pour ne pas se retrouver avec une nouvelle problématique de dégroupage, comme sur les réseaux cuivrés avec Orange.

Finalement, Free n’a que récemment dépassé la barre du million d’abonnés en fibre, sans préciser la répartition entre son propre réseau, et celui qu’il peut louer sur certaines zones.

À ce retard, s’ajoute la perspective des investissements lourds auquel l’opérateur va devoir faire face pour lancer son réseau mobile en 5G en France et en Italie dans les années à venir. Une perspective qui peut effrayer les actionnaires.

La Freebox Delta déçoit

Après plusieurs années d’attentes, Free a enfin lancé sa fameuse Freebox V7, la Freebox Delta, accompagnée de la Freebox One. Cette nouvelle offre est pensée pour faire monter l’opérateur en gamme, et donc en tarif, et donc augmenter ses marges.

Malheureusement, l’accueil de la presse et du public semble avoir été décevant. D’abord, on peut lire sur le site de l’opérateur que l’offre réservée aux 100 000 premiers abonnés à la Freebox One est encore en cours.

Free s’est également dépêché de faire des modifications en lançant la Freebox Delta S, et en retirant les frais d’accès à son forfait.

Ces changements de pratiques rapides peuvent montrer les faiblesses de la stratégie du groupe, et donc effrayer les actionnaires. Free va devoir trouver un nouvel élément pour faire remonter l’action du groupe. Peut-être un forfait mobile révolutionnaire.

À lire sur FrAndroid : Freebox Delta : Free prouve qu’il n’est plus le trublion des télécoms avec son « couscous boulettes »