Les résultats financiers de 2018 de l’opérateur Free sont disponibles. L’occasion de constater l’hémorragie d’abonnés sur l’année, que la présentation de la Freebox Delta ne semble pas pouvoir arrêter.

Le « trublion des télécoms » tel qu’on le nomme est en passe de devenir… un opérateur comme les autres. Après avoir frappé un grand coup pour son arrivée sur le marché mobile, un mouvement cohérent au vu de son passif dans le fixe, il semble que l’opérateur d’Iliad soit obligé de se mettre dans les clous.

C’est en tout cas ce que laissent entendre ses résultats financiers pour l’année 2018. Sa simple image de « chevalier blanc » ne semble plus suffire.

Des abonnés en fuite et des résultats en demi-teinte

Comme l’explicite Le Figaro, Free a perdu pas moins de 347 000 abonnés sur l’année 2018. Il s’agit-là de 93 000 abonnés sur le fixe, et pas moins de 254 000 abonnés sur le mobile, confirmant que c’est sur ce dernier point que l’opérateur rencontre le plus de difficulté. La controverse entourant l’annonce et la sortie de la Freebox Delta n’est cependant pas éloignée.

Pour autant, le chiffre d’affaires du groupe est en hausse de 0,6% à 4,9 milliards d’euros. Tout n’est pas rose cependant, puisque son chiffre d’affaires exclusivement français ne s’élève « qu’à » 4,768 milliards d’euros, soit une perte de 1,9% : c’est l’Italie qui aura porté la croissance globale. Le résultat net de l’entreprise est ainsi de 330 millions d’euros, soit une perte de 18,5%.

Nouvelle stratégie pour 2019

Que faire dans cette situation ? Le « trublion » ne semble plus avoir d’autre choix que de rentrer dans les rangs, en cherchant à améliorer ses marges et diversifier son portfolio. On l’a vu dans la création d’un troisième forfait pour Free Mobile, mais également la multiplicité d’offres sur le fixe.

La Freebox Delta est aussi un effort en ce sens. Plus qu’une nouvelle box, c’est une montée en gamme pour l’opérateur qui compte désormais — au même titre que ses concurrents — sur les services associés à ses box pour se démarquer. L’amélioration de la qualité du réseau Free est également importante, et l’opérateur promet de « continuer à investir massivement à la fois dans la fibre et aussi dans la 4G ».

Free réfléchit également à revendre ses pylônes afin de dégager une marge nécessaire pour ses futurs investissements.