Test du Razer Huntsman V2 Analog : le clavier qui se voulait manette

N'est pas manette qui veut

 

Introduction

Dans la jungle des (trop) nombreux claviers pour joueurs, Razer essaye de se démarquer avec ce tout nouveau Huntsman V2 Analog doté d’interrupteurs optiques et analogiques. Vraie révolution ou pétard mouillé, réponse dans notre test complet.

Razer Huntsman V2 Analog - Test complet

Le clavier gamer Razer Huntsman V2 Analog, disponible pour 269,99 euros, reprend le même design que le Huntsman Elite sorti il y a maintenant 2 ans en lui apportant quelques évolutions ergonomiques appréciables. La vraie nouveauté se cache sous les touches maintenant équipées d’interrupteurs optiques et analogiques.

Ces nouveaux interrupteurs apportent avec eux leur lot de nouveautés au niveau du fonctionnement même du clavier qui pourra se comporter comme un joystick de manette ou une gâchette. On vous explique tout dans ce test complet après quelques semaines d’utilisation.

Déjà vu, mais convaincant

Pas de réelle surprise au déballage du clavier qui reprend tout simplement le même design que le Huntsman Elite sorti il y a plus de deux ans. À l’intérieur de la boite, on retrouve logiquement le clavier, accompagné de son épais repose-poignet, quelques documentations et un adaptateur USB C vers USB type A.

Cette V2 reprend le design de la version « Elite »

Cette V2 reprend le design de la version « Elite » // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Le Huntsman V2 Analog de Razer est construit autour d’un châssis en plastique dur sur lequel est installée une plaque en métal. Comme souvent dans cette configuration, les interrupteurs reposent directement sur cette plaque. Tout comme le BlackWidow V3 que nous testions dernièrement, ce nouveau modèle offre un design relativement simple et passe partout. La seule excentricité se retrouve sur les tranches du clavier qui sont parcourues par une bande lumineuse personnalisable comme on pouvait trouver sur le Corsair K100 par exemple.

Le clavier dispose d’un discret cerclage RGB

Le clavier dispose d’un discret cerclage RGB // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Razer utilise ici des touches en PBT à double injection, permettant à ces dernières d’être plus durables et résistantes. On retrouve logiquement le toucher assez granuleux de cette matière qui évite notamment d’attraper trop facilement les traces de graisse. Les touches profitent logiquement d’un éclairage RGB unitaire et personnalisable qui manque franchement de puissance. L’illumination est tout juste suffisante pour bien éclairer les caractères dans une pièce lumineuse.

L’éclairage intégré aux touches n’est pas des plus puissants

L’éclairage intégré aux touches n’est pas des plus puissants // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Les caractères sont par contre très lisibles, mais on regrette là encore le choix fait par Razer de ne pas « découper » les caractères secondaires des touches, ce qui les rend invisibles dans le noir puisqu’ils ne profitent pas de l’éclairage intégré aux interrupteurs. Dommage.

Au-delà des 104 touches habituelles (dont certaines disposent de fonctions secondaires), le Huntsman V2 Analog dispose de quelques touches dédiées aux contrôles multimédias. On retrouve donc 3 boutons avancer, reculer et play/pause ainsi qu’une molette de réglage du volume. Cette dernière est cliquable et permet ainsi de couper le son rapidement.

Les contrôles multimédias tombent parfaitement sous la main

Les contrôles multimédias tombent parfaitement sous la main // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Le Huntsman V2 Analog est un clavier imposant et particulièrement épais. Razer a donc eu la bonne idée de lui adjoindre un repose-poignet très rembourré et particulièrement confortable. À la différence de son prédécesseur, la zone rembourrée occupe ici toute la surface du repose-poignet.

Il profite également du même éclairage RGB que le reste du clavier et reste bien en place grâce à sa fixation aimantée. On profite également de deux pieds escamotables avec deux hauteurs différentes pour adapter l’angle du clavier en fonction des préférences de chacun. Notons également que le clavier reste bien en place sur notre tapis grâce à son poids de plus de 1,5 kilogramme et ses patins antidérapants.

Les pieds escamotables disposent de deux positions différentes

Les pieds escamotables disposent de deux positions différentes // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Du côté de la connectique, on assiste ici à une petite nouveauté puisque le clavier se connecte en USB type C à notre machine. Un petit adaptateur USB C vers USB A est évidemment fourni pour les machines ne disposant pas de cette connectivité.

Le câble USB tressé de presque deux mètres est étonnamment séparé en deux du début à la fin et dispose d’une seconde connectique USB A dédiée au port supplémentaire USB 3.0 présent sur la tranche gauche du Huntsman. Le choix de séparer complètement le câble en deux et un choix étonnant, mais assumé par Razer, même si de notre côté, nous n’en voyons pas vraiment l’intérêt.

Le clavier dispose d’un port USB 3.0 supplémentaire

Le clavier dispose d’un port USB 3.0 supplémentaire // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Imposant par son poids et son épaisseur, le Razer Huntsman V2 Analog reste néanmoins assez discret et dispose de finitions exemplaires. Avec son repose-poignet et les différents petits ajouts bien pratiques comme les contrôles multimédias, il intègre tout ce que l’on est en droit d’attendre d’un clavier mécanique haut de gamme.

Le pilote Synaspe toujours au rendez-vous

Chaque marque a son logiciel et pour Razer il s’agit évidemment de Synapse. L’applicatif permet de gérer tous les aspects des périphériques de la marque dans une interface plutôt claire et finalement très complète. En ce qui concerne le Huntsman V2 Analog, l’interface est décomposée en deux onglets distincts.

Le premier permet de personnaliser l’attribution des différentes touches du clavier pour leur associer différentes fonctions. On peut évidemment choisir des fonctions du clavier, des raccourcis multimédias ou encore des fonctions liées au système d’exploitation. Nous reviendrons en détail sur les fonctionnalités supplémentaires liées aux interrupteurs un peu plus loin dans ce test.

Razer Synapse avec le Huntsman V2 Analog

 

Dans le second onglet, on pourra choisir différents effets d’éclairage pour le clavier avec quelques préconfigurations simples. Pour aller plus loin dans la personnalisation, il faudra alors passer par l’outil Chroma Studio qui permettra notamment de synchroniser les différents effets entre tous vos périphériques compatibles.

Razer Synapse avec le Huntsman V2 Analog

 

Comme toujours, tous les réglages peuvent être associés à des profils que l’on viendra associer à nos jeux et applications. Le Huntsman V2 Analog dispose également d’une mémoire interne permettant d’y stocker plusieurs profils pour ne pas être dépendant de Synapse. De la même façon, quelques raccourcis sont disponibles sur le clavier pour gérer l’intensité de l’éclairage, mais également enregistrer des macros à la volée.

Un point sur les interrupteurs analogiques

Cela ne vous aura pas échappé puisqu’en plus d’être la V2 d’un modèle existant, ce nouveau clavier se targue de la mention « Analog ». Rien de réellement nouveau cela dit puisque Razer n’est pas la première marque à proposer des interrupteurs de ce type. Ici, les interrupteurs sont donc optomécaniques et disposent en plus d’un fonctionnement analogique.

À la différence d’un interrupteur classique, la détection de la frappe est ici assurée par l’interruption d’un signal lumineux permettant une meilleure précision et ouvrant la voie à une utilisation analogique. De ce fait, lorsque la touche est enfoncée, le clavier est capable de savoir précisément à quelle hauteur se situe la touche. Ainsi, dans le pilote Synapse, lorsque l’on appuie sur une des touches, une petite jauge s’affiche pour indiquer à quel point elle est enfoncée.

Animation interrupteurs analogiques Razer

Ce fonctionnement permet dans un premier temps de personnaliser la sensibilité des touches. C’est d’ailleurs l’approche qu’avait choisie SteelSeries sur son Apex Pro. Dans le cas du Huntsman V2 Analog, le point d’activation peut être positionné entre 1,5 mm et 3,6 mm. Très logiquement, plus la valeur sera basse, plus la touche sera réactive puisqu’il y aura moins de distance à parcourir pour que la frappe soit enregistrée.

Razer va un peu plus loin en proposant deux autres fonctionnalités pour ces touches avec dans un premier temps la possibilité d’utiliser le clavier à la façon d’un vrai joystick. Par exemple, dans un jeu comme Cyberpunk 2077, si vous utilisez les touches ZQSD pour les déplacements en les configurant de façon analogique, votre personnage se déplacera comme avec un joystick. Si vous appuyez légèrement sur la touche Z, votre personnage marchera et si vous y mettez toute votre force, il courra ou marchera plus vite avec la même progressivité qu’un joystick de manette classique.

Les interrupteurs analogiques en détail

Enfin, grâce à ce fonctionnement analogique, chaque touche du clavier peut recevoir deux fonctions différentes. La première se déclenchant à partir de 1,5 mm et la seconde lorsque le palier de notre choix est franchi. On peut donc imaginer que dans un jeu de tir, au premier palier, une grenade est dégoupillée puis qu’il suffit d’enfoncer la touche plus loin pour lancer cette dernière. Si la touche est lâchée, la grenade ne sera pas lancée (oui, ce n’est pas forcément techniquement possible).

Voilà pour le discours marketing, il nous reste maintenant à voir ce que tout cela vaut dans la « vraie vie » et si toutes ces fonctionnalités ont vraiment un intérêt dans une utilisation « normale » du clavier que ce soit en jeu ou en bureautique. À noter également que toutes les touches et leur sensibilité peuvent être personnalisées de façon indépendante.

D’excellentes performances, le bruit en plus

Dans sa configuration par défaut, le Huntsman V2 Analog se présente donc comme un clavier mécanique linéaire plutôt classique. La marque ne communique pas les caractéristiques exactes des de ses interrupteurs, mais ils semblent se situer à mi-chemin entre des Cherry MX Red et Black. Ils profitent de surcroit d’une meilleure stabilisation grâce à leur conception spécifique.

Le Huntsman V2 Analog est équipé d’interrupteurs linéaires

Le Huntsman V2 Analog est équipé d’interrupteurs linéaires // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Le point d’activation est donc positionné à 1,5 mm par défaut et rend ces interrupteurs particulièrement réactifs. On apprécie cependant la résistance suffisante permettant d’éviter les frappes involontaires. Malheureusement, ces interrupteurs, malgré le fait qu’ils sont linéaires, font partie des plus bruyants que nous ayons testés jusqu’à présent. Dommage.

Toujours dans cette configuration par défaut, le clavier se montre très agréable à l’utilisation, que ce soit en jeu ou en rédaction. Les frappes s’enchaînent à la perfection et la rédaction de ce test a été un réel plaisir. La bonne stabilité des touches apporte également un confort non négligeable qu’il est malheureusement difficile d’expliquer à l’écrit.

Ce nouveau modèle est un excellent compagnon de jeu

Ce nouveau modèle est un excellent compagnon de jeu // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Nous avons ensuite essayé de mettre en pratique les différentes possibilités offertes par l’aspect analogique des interrupteurs. La personnalisation de la sensibilité des touches est selon nous l’option la plus intéressante puisqu’elle permet, selon les jeux et les situations, d’améliorer sensiblement l’expérience. Ainsi, sur un jeu de tir à la première personne comme Call Of Duty, nous avons attribué une sensibilité élevée aux touches ZQSD et une plus faible pour les touches d’actions secondaires. De la même façon, ayant l’habitude de beaucoup enfoncer les touches en rédaction, baisser la sensibilité de l’ensemble du clavier évite encore plus les erreurs de frappe. À noter qu’il est également possible de personnaliser la hauteur du point de relâche de la touche.

Réglage des interrupteurs analogique du Razer Huntsman V2 Analog

En ce qui concerne l’émulation d’un joystick ou d’une gâchette, l’idée est bonne et bien intégrée à Synapse, mais le problème principal vient des jeux. Si on reprend l’exemple de Call Of Duty, ce dernier ne permet pas d’utiliser une manette et un combo clavier/souris en même. De ce fait, si nous attribuons les mouvements du joystick aux touches ZQSD, il faudra obligatoirement attribuer chacune des touches de la manette aux différentes touches du clavier tout en ne pouvant, au final, pas utiliser la souris. Un fonctionnement qui empêche totalement de profiter de ce fonctionnement dans le jeu.

Call Of Duty avec le Razer Huntsman V2 Analog

CoD Black Ops Cold War ne permet d’utiliser manette et souris en même temps

Pour essayer de vraiment en profiter, nous avons effectué la même configuration (ZQSD) sur Far Cry 5 qui lui, accepte d’utiliser le combo clavier/souris et une manette de façon simultanée. Il faut bien avouer qu’une fois configurée, l’émulation fonctionne parfaitement et on retrouve la même progressivité dans les déplacements qu’avec un joystick. Malgré cela, nous émettons quelques réserves sur l’intérêt de cette fonction, tant la course des touches d’un clavier est courte. Nous avons ici eu l’impression de devoir nous concentrer sur les touches pour vraiment pouvoir apprécier la progressivité dans les déplacements.

Réglage des interrupteurs analogique du Razer Huntsman V2 Analog

Enfin, nous avons continué nos tests avec Rocket League qui semble lui aussi accepter l’utilisation simultanée des deux méthodes de contrôle. Ici, le résultat est encore plus convaincant, même si on aura tendance à préférer simplement d’utiliser une manette plutôt qu’un clavier et une souris. C’est justement le principal problème de cette solution qui souhaite apporter l’expérience d’une manette là où justement, une manette est souvent plus adaptée qu’un clavier… Sans oublier les problèmes de compatibilité avec certains jeux qui rendent cette technologie un peu bancale pour le moment.

Réglage des interrupteurs analogique du Razer Huntsman V2 Analog

Pour finir, nous ne nous attarderons pas sur la possibilité de configurer deux actions distinctes sur chaque touche pour la simple et bonne raison qu’à l’heure actuelle, tous les jeux sont conçus pour fonctionner avec des claviers ne disposant pas de telles possibilités. Ainsi, tous les contrôles disponibles sont justement pensés pour ne pas avoir recours à ce genre d’artifice et les utilisateurs lambda n’y trouveront que peu d’intérêt. Actuellement, la seule réelle utilité selon nous est à trouver du côté des créatifs qui pourront décupler leur productivité sur des logiciels de montage ou de retouche comme ceux de la suite Adobe.

Au final, en ce qui concerne les performances brutes, le Huntsman V2 Analog se présente comme un excellent clavier. Ses performances globales sont exemplaires et il conviendra aux utilisateurs à la recherche d’un clavier réactif et efficace. Seule la personnalisation de la sensibilité des touches a réellement de l’intérêt à l’heure actuelle pour le grand public selon nous. Espérons simplement que le clavier est simplement en avance sur son temps et que ses interrupteurs analogiques prendront plus de sens et d’intérêt dans les mois à venir. Pour l’heure, ces fonctionnalités se destineront à des usages spécifiques et pourquoi pas aux joueurs compétitifs qui y verront peut-être de l’intérêt.

Prix et disponibilité du Razer Huntsman V2 Analog

Le clavier Razer Huntsman V2 Analog est disponible au prix conseillé de 269,99 euros. La variante française est exclusive au site de Razer jusqu’au 15 février, puis sera disponible chez les autres commerçants, comme Amazon par exemple.

Note finale du test
8 /10
Objectivement, le Razer Huntsman V2 Analog est un excellent clavier. Il profite d’un design et d’une construction soignés tout en offrant des fonctionnalités complètes associées à une ergonomie excellente sur tous les points.

En ce qui concerne les performances brutes, il est là aussi excellent et se positionne comme un très bon compagnon de jeu pour les joueurs qui recherchent un clavier réactif avec interrupteurs linéaires. Comme toujours, le très complet pilote Synapse permettra de le personnaliser à souhait.

Nous restons en revanche un peu dubitatifs sur les possibilités offertes par ses interrupteurs « analogiques ». Si la personnalisation de la sensibilité des touches nous semble intéressante, on ne peut, à l’heure actuelle, pas en dire autant des autres fonctionnalités rendues possibles par l’utilisation de cette technologie. Seule une poigné d'utilisateur y trouvera son compte et nombre de jeux ne sont tout bonnement pas pensés pour être utilisés ainsi.

L’ajout de ces nouveautés fait également grimper fortement la facture et le Huntsman V2 Analog est proposé au tarif prohibitif de 270 euros ce qui en fait tout simplement le clavier grand public le plus cher du marché.
Points positifs
  • Design et construction
  • Fonctionnalités complètes
  • Performances brutes
  • Touches en PBT
  • Port USB 3.0 et USB C
  • Pilote très complet
Points négatifs
  • Tarif prohibitif
  • Éclairage qui manque de puissance
  • Interrupteurs analogiques qui peinent à prouver leur utilité

Les derniers articles