T-Mobile vient de réaliser des premiers tests de débit en 5G qui ont permis d’atteindre près de 12 Gbits, soit un débit 12 fois supérieur à l’état de l’art de la 4G actuellement.

5g-speedometer-logo

Alors que la 4G poursuit tranquillement son déploiement en France, T-Mobile, un des principaux opérateurs aux États-Unis, vient de réaliser des premiers tests du prochain protocole 5G en laboratoire. Les tests ont été une réussite : la vitesse en téléchargement a atteint 12 Gbps. Plus tôt dans l’année, Qualcomm avait atteint 1 Gbps, sur des fréquences basses contre 7,5 Gbps pour Samsung sur des fréquences hautes.

 

3 secondes pour télécharger un DVD

Le test de débit réalisé par T-Mobile en collaboration avec Ericsson a été atteint sur des bandes de fréquences supérieures à 28 GHz, qui permettent d’atteindre un très haut débit, mais sur une faible portée. Pour tester la qualité de la connexion, 4 streams en 4K ont été lancés simultanément et le résultat était au rendez-vous puisque la latence n’atteignait que 2ms. Pour y voir un peu plus clair, avec un débit de 12 Gpbs, télécharger un film en qualité DVD (5 Go) ne prendrait plus que 3 secondes. Pour un film en 4K non compressé (100 Go), il faudrait légèrement plus d’une minute. Enfin pour télécharger un jeu PC comme World of Warcraft (30 Go), il faudrait compter seulement 20 secondes.

 

La 5G, pas avant 2020

Cette vitesse peut faire rêver plus d’un technophile, mais elle ne rencontre actuellement pas d’usage réel avec nos besoins actuels. Cependant, d’ici quelques années avec l’évolution des technologies et notamment une plus grande présence de la 4K sur le marché et un accroissement du marché des objets connectés, il deviendra intéressant d’atteindre des débits aussi élevés. Notons toutefois que des débits plus élevés permettent également de diminuer la saturation des antennes dans les zones denses. Il faudra toutefois attendre 2020 pour commencer à voir les premiers réseaux 5G être commercialement déployés à travers le monde.

À lire sur FrAndroid : 5G : À quoi ressemble l’avenir des réseaux mobiles ?