Le média The Information vient de communiquer sur la stratégie d’intelligence économique de Facebook. Le géant américain se prépare à toutes les éventualités, même en cas de guerre avec Google.

facebook-vs-google-social-fight.jpg.800x600_q96

Comme Apple avec iOS, Google maîtrise une grosse partie de son écosystème. Même si le code d’Android est open-source à travers AOSP, tous les services Google ne le sont pas. Les notifications passent par les serveurs de Google, tout comme le service de paiement depuis le mobile – lié à Android Pay. En somme, les éditeurs et développeurs dépendent beaucoup de Google, de la distribution à la fidélisation.

Comme les États, Facebook envisage les pires situations. C’est ce que l’on appelle de l’intelligence économique. Parmi les risques potentiels, Facebook a envisagé le scénario où Google coupe le Play Store et les Google Services, et donc des services clés tels que les notifications push, les mises à jour d’applications, et les paiements in-app. Imaginons, par exemple, que Google demande aux éditeurs partenaires de participer aux charges liées aux serveurs de gestion des notifications. Imaginez le coût pour Facebook et son milliard d’utilisateurs. Pire encore, si Google bloquait les mises à jour automatiques des applications.

 

Les tests de Facebook

Facebook réalise donc des tests. Dans certains pays, le réseau social a invité les utilisateurs à effectuer manuellement les mises à jour de l’application, en suivant un lien et en téléchargeant un .APK. D’après Facebook, le test n’a pas été aussi désastreux qu’attendu. The Information souligne également que Facebook pourrait utiliser l’App Store de l’Oculus VR pré-installé sur certains téléphones Samsung pour installer et mettre à jour son application principale.

Plus sur le même sujet : Pour vérifier à quel point vous y êtes accro, Facebook aurait...

La réflexion est également valable pour les pays où Android n’est pas accompagné par les services Google, comme en Chine ou en Russie. Dans ces pays, Facebook est en train de mener des stratégies différentes.

Enfin, il est intéressant de souligner les différents tests de Facebook, ils proposent des alternatives aux applications essentielles. Par exemple, Facebook Messenger peut gérer les SMS. L’expérience la plus impressionnante reste Facebook Home, une launcher alternative aux couleurs du réseau social. Enfin, HTC avait également conçu un pseudo Facebook Phone. Un échec.

Plus sur le même sujet : Facebook Home, un mal nécessaire ?

 

La dépendance à Google est un risque bien trop grand

Les hypothèses sont nombreuses pour Facebook : un App Store maison, des serveurs Facebook intégrés en partenariat avec les constructeurs, des mises à jour manuelles… Ce qui est évident, c’est que la dépendance de Google fait également trembler les plus grands.