Voilà 8 mois que l’offre Orange Bank est disponible en France et 6 mois que j’utilise ce service bancaire. Ce test 8 mois après a donc vocation à vous détailler les services de cette banque en ligne et à apporter un retour utilisateur complet. Vous allez tout savoir sur Orange Bank : rendez-vous à la fin de ce papier pour savoir si la « première banque en ligne française 100 % mobile » vaut le coup.

Orange Bank, c’est quoi ?

Le type de banque

Avant toute chose, je préfère faire un petit point sur les différences entre les banques en ligne et les néo-banques.

La principale divergence réside dans la nature des infrastructures : là où les banques en lignes s’appuient sur un réseau et une infrastructure déjà existante, les néo-banques ne partent de rien et doivent obtenir une licence bancaire. Ainsi, les banques en lignes peuvent facilement proposer des services disponibles auprès des banques traditionnelles auxquelles elles sont rattachées alors que les néo-banques misent tout sur l’application et sur les nouvelles technologies. Ces dernières sont d’ailleurs souvent des startups.

Il est important de comprendre que la démarcation entre ces deux types de banques est de plus en plus floue, et même si Orange Bank est à la base une banque en ligne, elle se situe au final entre les deux, de quoi assurer une transition entre les banques traditionnelles et les néo-banques en douceur…

Et justement ! Pour lancer sa banque en ligne, Orange a racheté 65 % du capital de Groupama Banque en octobre 2016. C’est de cette manière que l’opérateur télécom a obtenu sa licence bancaire pour exercer en France. Ainsi, l’opérateur s’appuie sur les agences physiques et les nombreux clients de Groupama pour faire grossir la liste des inscrits. Mais il possède également une autre force de frappe : parmi les 850 boutiques Orange, 140 peuvent recevoir les clients ou futurs clients Orange Bank. Des conseillers ont été formés pour répondre aux questions et pour guider les consommateurs. Il sera ainsi possible d’ouvrir un compte Orange Bank directement en magasin — mais on ne pourra ni déposer des chèques ni réaliser des opérations bancaires.

Crédit image : REUTERS -Charles Platiau

Belle idée de l’opérateur : proposer un service dans l’air du temps tout en conservant un support physique avec des agences.

Un début difficile

L’offre bancaire d’Orange a été plusieurs fois repoussée et a pris énormément de retard par rapport au calendrier initial : attendu pour le 6 juillet 2017, Orange Bank est finalement sorti le 2 novembre dernier, la faute à des problèmes techniques sur l’application mobile. La perte opérationnelle nette avait ainsi grimpé à 94 millions d’euros en 2017, alors que Stéphane Richard prédisait 100 millions euros de pertes.

Ce n’est qu’une fois lancé qu’Orange Bank a rencontré un franc succès : plus de 30 000 personnes se sont inscrites en à peine une semaine, mais Orange Bank vise les deux millions de clients d’ici 2025 soit 2,5 % du marché bancaire français. Le cap des 100 000 comptes ouverts a d’ailleurs été dépassé en quatre mois.

L’ouverture du compte

Pour attirer un maximum de clients, Orange Bank propose une offre de bienvenue assez alléchante : 80 euros offerts pour l’ouverture d’un compte et 80 euros supplémentaires pour l’achat d’un Samsung Galaxy S9 / S9+ ou S8 / S8+. Avant cette promotion, Orange offrait 40 euros en plus des 80 euros de bienvenue aux clients Orange.

Aucun revenu minimum n’est exigé pour ouvrir un compte courant. L’inscription est rapide et ne prendra pas plus de 30 minutes. Vous pouvez l’effectuer en agence, depuis l’application mobile — disponible sur Android comme sur iOS — ou depuis le site Orange Bank. Il vous faudra fournir des documents administratifs : deux justificatifs d’identité et un justificatif de domicile, sauf si vous êtes client Orange.

Lors de l’ouverture du compte, vous pourrez souscrire gratuitement à l’une de ces trois assurances : protection de l’identité, des achats et de la vie courante. Vous aurez le choix entre une carte classique et une carte à débit différé, mais des conditions sont requises et nous reviendrons dessus un peu plus tard dans cet article.

Après avoir signé le contrat en ligne, il faudra attendre entre un et trois jours avant de recevoir un mail de confirmation qui vous indiquera que vos documents ont été validés. Vous devrez alors effectuer un premier virement — minimum 50 euros — vers votre nouveau compte Orange Bank. Dès lors, vous pourrez commander votre carte depuis l’application Orange Bank en choisissant le code de cette dernière. C’est une très bonne option, mais vous ne pourrez pas changer le code plus tard, ce que propose par exemple N26.

Les services et la carte

Les services proposés par Orange Bank

Le catalogue de services proposé par Orange Bank n’est pas aussi fourni que ceux des banques traditionnelles, mais l’est bien plus que certaines banques en ligne et que la plupart des néo-banques.

Actuellement, en plus de la carte bancaire gratuite, voici les services mis à disposition par Orange Bank :

  • Chéquier
  • Découvert autorisé
  • Assurances
  • Chèque de banque
  • Livret d’épargne non réglementé
  • Prêt bancaire (crédit à la consommation)

Parlons rapidement du seul livret proposé par Orange Bank. Il s’ouvre instantanément en quelques clics depuis l’application, il est sans frais, ne dispose pas de plafond et propose un taux de rémunération de 1 %. Notez que le montant minimum du premier versement pour ouvrir un livret Orange Bank est de 10 euros. Ce n’est pas un livret A, mais un livret d’épargne non réglementé : vous êtes imposable sur les gains de ce livret, mais il propose un meilleur taux que les livrets A.

Quant au prêt personnel, Orange Bank le propose à un TAEG fixe qui varie entre 1,5 et 9,9 %, le tout sans frais de dossier — personnellement je n’ai jamais dépassé les 3 % lors de mes simulations. Notez que vous pouvez annuler le prêt sans frais pendant 6 mois et que vous avez aussi la possibilité de le modifier si vous avez trop emprunté. Un très bon simulateur de prêt est d’ailleurs proposé sur le site. Le TAEG, même s’il varie en fonction des mensualités, du montant du prêt ou de la durée, est souvent avantageux.

L’offre paraît assez complète, mais quelques options manqueront à certains. Par exemple, il n’est pas possible d’ouvrir un compte joint : vous ne pourrez pas utiliser deux cartes bancaires pour utiliser le même compte avec votre conjoint(e). Après tout, cela ne me choque pas pour une banque en ligne. Le but, c’est d’avoir son compte en banque gérable avec son application mobile depuis son téléphone.

Aussi, le service ne propose ni carte bancaire haut de gamme ni livret à développement durable (ni livret A, mais ça on l’a déjà dit).

Le crédit à la consommation est disponible depuis quelques semaines alors que le crédit immobilier est pour l’instant inexistant. Toutefois, le service presse m’affirme que la nouvelle banque en ligne travaille actuellement dessus.

Les deux types de débits

J’en parlais rapidement dans la partie « Ouverture du compte » : deux types de débits sont proposés lors de l’inscription. Vous avez le choix entre une carte à débit immédiat ou à débit différé. La carte à débit différé est proposée uniquement aux abonnés Orange ou Sosh après étude par le système, mais les autres pourront faire la demande 6 mois après l’ouverture du compte en fournissant un justificatif de revenu – la banque étudiera la demande avant d’accorder ou non la carte.

J’ai choisi la carte à débit différé, ce qui signifie que mes paiements effectués jusqu’au 25 du mois sont débités le dernier jour ouvré du mois. Les autres paiements réalisés à partir du 26 sont alors débités à la fin du mois suivant. Les retraits d’espèces ne sont pas pris en compte dans ce système et ne sont donc pas différés.

Le choix d’une carte à débit différé a un impact sur la mise à jour du solde : même si vos achats sont directement affichés dans la section “Encours carte”, le solde n’est pas mis à jour.

Si vous choisissez la carte traditionnelle, votre solde sera automatiquement mis à jour, mais vous ne recevrez pas la notification instantanée “Votre paiement de X euros chez X a été effectué avec succès à…”, pourtant bien caractéristique des néo-banques et banques en ligne. Dommage, cela nous éviterait de nous rendre plus souvent dans l’application.

La carte

Orange Bank propose une carte bancaire Visa Classic qui permet le paiement sans contact grâce à une puce NFC : indispensable pour une banque en ligne.

Son look ne plaira pas à tous : Orange a repris le design des fameuses mobicartes. Ainsi, les informations sont affichées en mode portrait, ce qui ne va pas aider lors de l’enregistrement de la carte dans certaines applications. En effet, la solution souvent proposée consiste à positionner la caméra du téléphone en face de la carte, pour éviter de taper les numéros un à un. Avec la carte Orange Bank, cela ne sera pas possible.

Si je trouve que le design donne un aspect “pas terminé”, c’est surtout car les numéros ne sont pas en relief, que le nom du possesseur de la carte n’est pas en majuscule et que la police utilisée n’est pas la même qu’habituellement.

Orange a tout de même essayé de jouer la carte de l’originalité. D’ailleurs, voici un petit comparatif des cartes Orange Bank, N26 et Revolut.

 

Les frais

L’un des avantages d’une néo-banque et d’une banque en ligne réside dans l’absence des frais bancaires. Ainsi, Orange Bank suit la règle, mais cache quelques petites surprises par-ci par-là.

L’ouverture d’un compte est gratuite, la carte également et les frais de tenue de compte sont inexistants. Attention tout de même, vous devez effectuer au moins trois transactions par mois, à moins de vouloir être facturé de 5 euros sur le compte. Ces frais peuvent paraître élevés, mais je les trouve justifiés : vous profitez d’une belle offre gratuite et vous avez sûrement ouvert le compte pour amasser les 80 euros de bienvenue, si ce n’est plus.

Aussi, si vous demandez à un conseiller de réaliser une action sur votre compte alors que vous auriez pu le faire seul depuis l’application, 5 euros seront déduits de votre solde. Un renouvellement de la carte bancaire avant échéance vous coûtera 10€ alors que vous paierez un virement urgent 15 euros.

Quant aux paiements et retraits en zone euro : les frais s’élèvent à 2 % du montant de l’opération, autant dire que Orange Bank n’est pas la meilleure banque pour les voyageurs : privilégiez (encore une fois) N26 ou Revolut. Enfin, le chéquier est gratuit et les frais d’un découvert autorisé sont de 8 % alors que ceux d’un découvert non autorisé seront deux fois plus élevés.

L’application, une déception

Je suis déçu par l’application proposée par Orange Bank. Les services sont là, certes, mais Orange n’a pas assez travaillé un point important. Eh oui, s’il y a bien un aspect à ne pas rater pour une banque en ligne, c’est bien l’application : il s’agit du centre névralgique de l’offre.

Mon but ne va pas être de critiquer pour critiquer, mais de vous raconter mon expérience quotidienne.

Une interface lente et mal pensée

Pour faire court avant d’entrer dans les détails, l’application propose la majorité des fonctionnalités que l’on croise habituellement auprès des néo-banques et les banques en ligne… mais la navigation dans cette dernière reste très désagréable. Notez que j’ai utilisé l’application sur un Samsung Galaxy S8+.

Tout commence dès l’ouverture de l’application (une fois mes codes renseignés et l’authentification par empreinte digitale activée lors de la première utilisation). Après avoir cliqué sur le logo Orange Bank, l’application s’ouvre et me propose deux choix : “J’ouvre un compte bancaire” et “Je me connecte”. Pourquoi ce choix ? Il semble pourtant clair que j’ouvre plus souvent mon application de banque pour consulter mon compte que pour en ouvrir un nouveau. “Ce n’est qu’un clic” me diront certains, mais effectuer cette action à chaque ouverture de l’application est un des éléments qui me repousse justement à utiliser cette dernière.

Bref, je clique sur “Je me connecte”, j’attends trois secondes que le petit menu charge (quand je vous dis que c’est long) et je peux enfin rentrer mon code ou utiliser mon empreinte digitale pour déverrouiller l’accès à mon compte. Je dois par la suite attendre une nouvelle fois trois secondes pour que mon solde s’affiche enfin. Notez que les possesseurs d’iPhone X pourront utiliser Face ID pour déverrouiller le compte, un bon point.

J’ai trouvé utile de comparer le temps d’ouverture des applications d’Orange Bank, de N26 et de Revolut. Ce test est effectué selon la démarche suivante : j’ouvre l’application et je pose dès que possible mon doigt sur le capteur d’empreintes, puis j’attends que l’application soit complètement ouverte et que mon solde actualisé s’affiche. Le chronomètre est lancé dès l’ouverture de l’application.

  • Revolut : 4,33 secondes
  • N26 : 4,53 secondes
  • Orange Bank : 12,06 secondes

Sans commentaire.

Nous voilà sur la page d’accueil, et mes remarques ne vont pas s’arrêter…

 

En haut, notre solde est affiché et il faut cliquer dessus pour afficher les informations que l’on vient le plus souvent chercher. C’est dommage, c’est encore un clic de plus inutile. Eh oui, là où Revolut et N26 nous amènent directement sur les détails des dernières transactions, Orange Bank nous laisse sur un menu affichant seulement le solde du compte et des sortes de cartes qui servent à nous communiquer les avantages du service : livret, prêt personnel, paiement mobile… C’est bien, mais ce genre d’informations n’a pas sa place dans le premier menu.

Justement, parlons des menus. Le premier, vous l’aurez compris, affiche des informations quant à l’offre du service et nous permet d’accéder aux détails de votre compte bancaire. Nous y reviendrons par la suite.

Le deuxième menu sert aux virements : depuis ce dernier, vous pouvez envoyer de l’argent ou en demander (fonctionnalité pas encore disponible). Pour un envoi d’argent, vous avez le choix entre rechercher un bénéficiaire depuis votre répertoire téléphonique pour effectuer un virement par SMS ou choisir un bénéficiaire enregistré. Le système de paiement par SMS est assez bien fait dans la mesure ou vous pouvez en envoyer un à n’importe quel contact, même s’il n’est pas client Orange Bank. Une fois le message reçu, la personne ouvrira le lien et sera invitée à entrer son RIB. Dès lors, vous serez débité, votre solde sera mis à jour, et le contact recevra l’argent sur son compte dans un délai de 3 jours : cela reste un virement SEPA.

À ce sujet, Orange Bank sépare nos bénéficiaires en deux catégories : nos contacts externes (RIB ou numéro de mobile) et nos propres comptes (Orange Bank et autres). Ainsi, vous pouvez plus facilement faire des virements entre vos différents comptes bancaires.

Le troisième menu est intitulé “Paiement” et affiche deux rubriques : “Ma carte” et “Paiement mobile”. Le premier est l’un des plus importants menus qu’une application de banque en ligne doit posséder. C’est en effet dans ce menu que l’on va pouvoir gérer les paramètres de notre carte.

Depuis ce menu, il est possible de :

  • Bloquer temporairement la carte pour la réactiver facilement si vous l’avez retrouvée
  • Faire opposition si vous êtes sûr d’avoir perdu la carte ou si elle est volée
  • Modifier les plafonds de retrait et de paiement (temporairement ou définitivement)
  • Se faire renvoyer son code secret (pas encore disponible)
  • Changer le type de débit (pas encore disponible)
  • Désactiver le paiement sur Internet
  • Désactiver le paiement et le retrait à l’étranger
  • Désactiver le paiement sans contact

Justement, la deuxième rubrique concerne le paiement sans contact… sur mobile. Eh oui, Orange n’a pas attendu l’arrivée de Google Pay en France pour proposer paiement via mobile dans son offre ! Ainsi, il est possible d’activer ou non ce dernier. Mais alors ? Est-ce que ça marche ? Non. Mes deux seuls et uniques essais ont échoué, mais, pour être honnête, le message “Paiement refusé” affiché par les bornes de paiement ne m’a pas étonné — je n’avais pas beaucoup d’espoir.

Notez que vous pouvez utiliser votre carte Orange Bank avec Apple Pay : un très bon point, surtout que ce service fonctionne. J’espère que le service sera compatible avec Google Pay, si ce dernier veut bien arriver un jour dans notre contrée.

Crédit image : Orange Bank

Enfin, le dernier menu comprend les autres paramètres (activer l’empreinte digitale, modifier le code d’accès…), mais aussi les relevés bancaires (disponibles au téléchargement en un clic) et autres informations utiles.

Opérations et catégories

Revenons finalement au principal et plus important menu pour une application de banque en ligne. Ce dernier, qui aurait donc dû être accessible sans clics supplémentaires après ouverture de l’application, est séparé en deux parties : opérations et catégories.

La première affiche un historique des paiements ou virements effectués depuis ou vers le compte. La navigation dans cette espèce de timeline relativement typique d’une application bancaire n’est pas agréable : elle est tout sauf fluide.

Orange Bank m’avait injustement retiré 5 euros pour frais de non-activité. Après demande, mes 5 euros sont revenus.

Si, comme moi, vous possédez une carte Orange Bank à débit différé, la section “Encours carte” sera affichée haut de la liste des opérations. Cette dernière contient donc les paiements qui n’ont pas encore été débités, et qui changeront donc de section lors du dernier jour ouvré du mois pour atterrir dans l’historique “Mes dernières opérations”.

Chaque ligne correspond à une action effectuée avec la carte ou le compte : paiement en magasin, en ligne, retrait d’espèces, virement, frais de non-activité de compte, chèque, etc. Le montant de la transaction est évidemment affiché sur la ligne, mais si vous désirez avoir plus d’informations sur une transaction, vous pouvez toujours cliquer sur la ligne en question.

Notez aussi que Orange Bank catégorise chaque transaction et affiche un logo sur la ligne de chacune d’entre elles. Si la catégorie est mal détectée par le système — ce qui m’arrive tout le temps avec N26 et Revolut —, vous avez la possibilité de la modifier parmi une liste de catégories proposées. Il faut effectuer deux voire trois clics avant de modifier ladite catégorie.  L’interface aurait encore une fois pu être mieux pensée.

Justement, parlons des catégories : c’est la deuxième section du menu “Opérations et catégories” (incroyable non ?). Grâce au classement des transactions par catégories, l’application nous propose un graphique en secteurs (camembert pour les intimes) pour chaque mois : on peut ainsi savoir si on dépense plus dans les transports que dans les restaurants ou les sorties. Il est aussi possible de consulter le graphique des rentrées d’argent.

Cette section aurait pu et aurait dû être plus complète : le but de l’application d’une banque en ligne étant de fournir un maximum d’informations au client. Il manque par exemple les moyennes mensuelles.

Vous devez sûrement vous demander pourquoi je trouve cette application mauvaise. En fait, toutes les fonctionnalités sont présentes, même si pas forcément disponibles, mais si je mets de côté l’aspect esthétique (passable, mais pas au goût du jour avec ses formes rectangulaires), l’application à deux gros problèmes.

Premièrement, il faut sans cesse se rendre dans des sous-menus pour avoir l’information que l’on est souvent venu chercher en premier lieu. Ainsi, je pense que certains menus nécessitent une meilleure disposition et que l’application pourrait être un peu mieux pensée et agencée. Secondement, et c’est bien là le gros défaut, l’application est extrêmement lente. La latence est poussée à son paroxysme. Chaque clic ou retour en arrière fait apparaître les trois petits boutons de l’enfer : ils indiquent le chargement de l’application, et vous allez les rencontrer très souvent.. Trop souvent.

Je le répète, ces détails peuvent paraître anodins, mais il ne faut surtout pas négliger l’application et l’expérience utilisateur dans une banque en ligne ou une néo-banque. Bref, sur ce point, Orange Bank n’est pas du tout au niveau de N26 et de Revolut.

La version web

Orange Bank propose de gérer son compte depuis un ordinateur, et le client web est très réussi : aucune latence, navigation agréable. Bref, rien à voir avec l’application mobile. La version web propose d’ailleurs les mêmes fonctionnalités que cette dernière.

Lol 🤑

Soulignons la rapidité de connexion sur le site web : renseignez votre identifiant, cliquez sur “Continuer”, ouvrez la notification qui est apparue sur votre smartphone puis posez votre doigt sur le capteur d’empreintes. Ça y est, vous êtes connecté.

Service client

Vous avez sûrement remarqué un petit rond orange en bas à droite de l’écran sur plusieurs menus. Il s’agit de Djingo, votre assistant virtuel Orange Bank ! Il est disponible 24 heures sur 24 sous la forme d’un chatbot. D’ailleurs, ce conseiller virtuel s’appuie sur Watson, la solution d’IBM.

Djingo est capable de répondre aux questions basiques, mais il est assez vite dépassé. Dans ce cas-là, un conseiller en chair et en os prend le relais et vous aide, toujours via le chat de l’application ou par mail.

Notez également qu’un véritable service client est joignable depuis un numéro non surtaxé, du lundi au samedi de 8 heures à 20 heures. Ce service m’a l’air assez fonctionnel, puisque je l’ai appelé deux fois sans problème : j’ai attendu une minute maximum et les conseillers me semblaient bien formés et courtois.

Soulignons la bonne initiative d’Orange, qui propose un service au goût du jour avec son conseiller virtuel — réussi ou non —, tout en laissant évidemment la possibilité de contacter une personne réelle, ce que beaucoup de clients préfèrent, à juste titre.

Conclusion

Orange a su créer une offre complète qui donne enfin un coup de pied dans la fourmilière des banques traditionnelles françaises. Ces dernières voient des acteurs comme N26 et Orange Bank monter en puissance et commencent à proposer des services similaires avant qu’il ne soit trop tard.

Orange Bank a beaucoup d’avantages : rapidité de la création d’un compte, carte gratuite avec NFC, pas de frais, livret d’épargne, prêt, carnet de chèques… Autrement dit une belle partie des offres mises à disposition par les banques traditionnelles, mais dans une offre bien plus dans l’air du temps. En fait, Orange a réussi un beau pari et c’est, en soi, une bonne banque en ligne.

Au final, ma seule déception est l’application, qui malgré ses fonctionnalités intéressantes et dignes d’une banque en ligne, reste beaucoup trop lente et peu ergonomique. C’est vraiment dommage. Si on omet ce gros détail, l’offre proposée par l’opérateur est très intéressante, à condition d’utiliser un peu la carte. D’ailleurs, si beaucoup de jeunes personnes utilisent leur compte de néo-banque ou de banque en ligne comme compte principal, d’autres préfèrent garder un compte chez une banque traditionnelle et se servir d’une banque en ligne comme compte secondaire. Pour l’instant, Orange Bank risque bien d’être utilisé en tant que tel, mais l’acteur voit gros et veut se faire une place parmi les gros acteurs français.

Au final, si ne pas avoir de découvert, de prêt ni de livret bancaire ne vous dérange pas, je vous conseillerai plutôt des néo-banques comme N26 ou Revolut, qui propose une expérience utilisateur bien plus poussée — surtout grâce à leurs très bonnes applications. Si ce genre de service vous est encore indispensable, et que vous en avez marre des banques traditionnelles, alors Orange Bank est une très bonne alternative.

À lire sur FrAndroid : Nous avons testé N26 (Number26) et Revolut, les deux concurrents d’Orange Bank