La taille d’une application est un élément clé dans la conquête de nouveaux utilisateurs. Google pense avoir la solution : les Android App Bundle combinés à la dynamic delivery. On vous explique tout.

Lorsque vous téléchargez et installez une application Android, vous utilisez un fichier de type APK (pour Android PacKage), c’est-à-dire un paquet qui contient tout le code compilé et les diverses ressources nécessaires à l’exécution.

La taille des applications : le crédo de Google

Au fil des années, Google n’a cessé de marteler aux développeurs que la taille des applications est à surveiller, notamment dans les pays émergents où les forfaits data sont minces et les vitesses bien éloignées de la 4G à laquelle nous nous sommes habitués. Par ailleurs, la taille d’une application ne se limite pas à son téléchargement, il faut ensuite la stocker sur le terminal.

Pour cela, Google incite les développeurs à réduire autant que possible la taille des APK en les découpant en plusieurs versions (ex : une version pour les processeurs ARM, une autre pour ceux sur Intel…), mais aussi en éliminant le code et les ressources inutiles.

Le Google Play a, en parallèle, son propre algorithme qui réduit au maximum la taille du fichier à transférer et utilise des téléchargements dits différentiels. Ainsi si vous possédez la version 1.0, vous ne téléchargerez que les différences avec la 1.1.

Vous pouvez également opter pour les Instant Apps qui permettent d’utiliser une partie d’une application, sans pour autant qu’elle ne soit installée.

Plus une application est grosse, plus le taux de conversion baisse

Qu’est-ce que l’Android App Bundle ?

À l’occasion de la Google I/O, le père d’Android a annoncé un nouveau format nommé Android App Bundle. Il ne s’agit à aucun moment d’un nouveau fichier venant remplacer les APK, mais plutôt d’une autre manière d’envoyer les données de son application au Google Play.

Concrètement les développeurs vont désormais envoyer par l’intermédiaire des Android App Bundle le code source et les ressources uniquement. La génération, ainsi que la signature de l’APK seront assurées par le Google Play.

Une fois ces données en main, le Google Play va appliquer ce qu’il appelle la dynamic delivery. Les développeurs n’auront plus à découper l’application en plusieurs versions (type de processeur, densité d’écran et langue), puisque le Google Play s’en chargera automatiquement. Une charge en moins pour les développeurs, mais qui sera toutefois limitée à cette boutique d’applications (dans un premier temps tout au moins).

Les développeurs vont également pouvoir opter pour un découpage de leur application en modules. L’idée est de pouvoir dynamiquement permettre à un utilisateur de télécharger à la demande une fonctionnalité de l’application. Au revoir les applications énormes auxquelles l’utilisateur n’a qu’en partie accès.

Les résultats sont significatifs !

Comment cela va-t-il fonctionner ?

Sur votre téléphone, vous allez désormais télécharger non pas une mais plusieurs APK (sur les versions supérieures ou égales à Android Lollipop) :

  • L’APK de base qui contient tout ce dont votre application à besoin pour fonctionner
  • L’APK de configuration : les éléments spécifiques à votre terminal
  • Et éventuellement différentes APK pour les fonctionnalités dynamiques

Si toutefois votre terminal ne possède toujours pas Android 5.0, rien ne change, puisqu’un seul fichier sera reçu par l’utilisateur.

Ce changement est donc une bonne nouvelle pour votre forfait mobile et dans une moindre mesure pour le stockage occupé par les applications sur votre téléphone.

À lire sur FrAndroid : Pourquoi les applications Android sont-elles plus légères que sur iOS ?