D’après l’étude Digital 2019, chaque personne dans le monde passe en moyenne 6 heures et 42 minutes par jour sur Internet.

Photo de rawpixel sur Unsplash

Ce n’est un secret pour personne : les joies d’Internet se sont invitées dans notre quotidien depuis bien des années. Cependant, il est toujours intéressant de savoir combien de temps nous passons à surfer sur le web.

C’est là qu’intervient le rapport Digital 2019 de Hootsuite et We Are Social livrant plusieurs informations sur les habitudes des internautes. L’une des informations les plus intéressantes et mises en exergue par The Next Web : nous passons en moyenne 6 heures et 42 minutes par jour sur Internet.

Il s’agit là d’une moyenne internationale basée sur des observations ayant eu cours pendant le 2e et 3e trimestre de 2018 sur une population âgée de 16 à 64 ans. Pour le dire autrement, The Next Web calcule que cela représente plus de 100 jours d’utilisation d’Internet par an et par personne.

Soulignons que la moitié des interactions se font d’ailleurs sur mobiles. Les Philippines sont le pays le plus accro à Internet avec une moyenne journalière de 10 heures et deux minutes. Quant à la France, elle est en dessous de la moyenne nationale avec « seulement » 4 heures et 38 minutes.

Moyenne en baisse

Il est précisé que la moyenne mondiale a baissé de 7 minutes par rapport à l’année d’avant. Les auteurs du rapport précisent toutefois qu’il n’y a pas vraiment d’explication à chercher sur cette décroissance. On pourra toutefois simplement signaler qu’en 2018, Google a lancé son application permettant de mieux gérer le temps que l’on passe sur nos smartphones. Et Apple en a fait de même.

Avec l'application Bien-être numérique, Google veut s'assurer que vous ne passez pas trop de temps sur votre smartphone. Dans cette optique,...

3 raisons de télécharger cette application

  • Permet d'être moins accroc à son smartphone
  • Un suivi efficace du temps passé sur le smartphone
  • Une interface simple à prendre en main

À lire sur FrAndroid : Addiction au smartphone : un problème plus complexe qu’un compteur de temps