Disney : une restructuration massive pour une offre de streaming plus large

 

Le groupe Disney entend devenir le leader du marché du streaming. La société chamboule ses activités et place Disney+ au coeur de sa stratégie.

La société Disney annonce une restructuration interne afin de proposer davantage de contenus en streaming auprès des consommateurs. L’objectif est donc d’accélérer l’expansion du service Disney+, notamment pour faire face à la crise sanitaire.

Il n’y a pas si longtemps, Disney programmait chaque année la sortie au cinéma de son nouveau dessin animé pendant les fêtes de fin d’année. Toutefois, l’ampleur du marché de la vidéo en streaming, les diverses acquisitions de la société et les conditions sanitaires actuelles obligent le groupe à revoir son modèle économique.

Afin de mieux se positionner face à Netflix et Amazon Prime Video, Disney a sorti son offre Disney+. Facturé 6,99 euros par mois en France, le service de souscription regroupe les films de Disney, Pixar, Marvel, Star Wars ainsi que les documentaires de National Geographic. Mais ce n’était qu’un début.

Une restructuration massive

CNBC rapporte que le PDG de Disney, Bob Chapek, a annoncé vouloir accélérer la transition de la société afin de proposer du contenu en streaming plus directement. À cet effet, la société restructure ses divisions « Medias » et « Entertainments » afin de centraliser leurs opérations. L’objectif est de réunir les activités de distribution de contenus, de monétisation publicitaire et bien sûr, de Disney+.

En plus de ses chaînes de télévision, le groupe Disney est notamment propriétaire de ABC, ESPN, Touchstone Pictures, Marvel, Lucasfilm, Pixar, Hollywood Records et 21st Century Fox. La société détient également 50 % de A&E, de History Channel et de Lifetime. Disney a aussi progressivement augmenté son capital au sein de Hulu et en détient aujourd’hui 67 %. Au total, Disney disposerait d’une base de 100 millions d’abonnés payants dont la moitié aurait une souscription à Disney+.

Le PDG avoue que cette restructuration s’accompagnera d’une vague de licenciements. Cette dernière restera toutefois moins importante que celle affectant les parcs Disneyland le mois dernier : 28 000 salariés avaient été remerciés.

Disney fait une pause au cinéma

« Je ne dirais pas qu’il s’agit d’une conséquence du Covid », explique Bob Chapek à CNBC. Et d’ajouter : « Je dirais plutôt que le Covid a accéléré le rythme de cette transition, mais cette dernière allait arriver de toute façon ».

Toutefois, force est de constater que les salles de cinéma n’accueillent plus beaucoup de monde et souffrent largement de la crise sanitaire. Pour Disney, cela se traduit par une baisse des revenus. Alors que les plateformes de streaming profitent largement de cette crise, l’intéressé ajoute que Disney focalisera dorénavant ses efforts sur ce marché. La multinationale souhaite d’ailleurs investir dans plus de contenus.

À l’avenir, les programmes initialement destinés au cinéma seront donc directement disponibles au sein de Disney+. Cette année, c’est par exemple le cas du film Mulan. Disney l’a retiré des sorties à venir au cinéma pour le proposer à 30 dollars directement au sein de son service de streaming.

Les derniers articles