Émeutes : pourquoi TikTok et Snapchat sont dans le collimateur du gouvernement

 

Le président Emmanuel Macron et le gouvernement français pointent du doigt une responsabilité des plateformes telles que TikTok et Snapchat dans le déclenchement des émeutes survenues un peu partout dans le pays après le décès de Nahel à Nanterre.

Logo TikTok
Source : Frandroid

Des émeutes se sont déclenchées dans plusieurs villes de France après la mort de Nahel, 17 ans, tué par balle à Nanterre par un policier après avoir refusé d’obtempérer alors qu’il conduisait une voiture sans permis. Face à l’ampleur et l’intensité de ces mouvements, le président Emmanuel Macron s’est exprimé pour annoncer diverses mesures, mais également pour commenter le rôle de certains réseaux sociaux comme TikTok et Snapchat.

« Un rôle considérable » dans les émeutes

Depuis le centre interministériel de crise du ministère de l’Intérieur, et en présence de plusieurs membres du gouvernement, Emmanuel Macron a affirmé que « les plateformes et les réseaux sociaux jouent un rôle considérable dans les mouvements des derniers jours. Nous avons vu sur plusieurs d’entre elles — Snapchat, TikTok et plusieurs autres –, à la fois l’organisation de mouvements violents se faire, mais aussi une forme de mimétisme de la violence ».

Nous prendrons dans les prochaines heures, et nous avons commencé à l’organiser, plusieurs dispositions. D’abord, en lien avec ces plateformes, d’organiser le retrait des contenus les plus sensibles. Et donc les services de l’État s’organiseront en lien avec ces plateformes pour pouvoir obtenir une réponse effective. Et j’attends de ces plateformes l’esprit de responsabilité. Des demandes seront aussi faites partout où c’est utile, et à chaque fois que c’est utile, pour avoir l’identité de celles et ceux qui utilisent ces réseaux sociaux pour appeler au désordre ou pour exacerber la violence.

Des propos soutenus par le ministre de la Justice, Éric Dupont-Moretti. Au micro de BFM, le garde des Sceaux accuse « les opérateurs type Snapchat » d’être « les vecteurs entre les jeunes permettant d’échanger le lieu de rendez-vous, le lieu, en réalité, des exactions à venir ». Et de souligner le fait que, sur réquisition judiciaire, il est possible de « trouver leur adresse IP et, bien sûr, leur identité ».

BFM rappelle cependant que Snapchat et TikTok sont basés à l’étranger et peuvent, à cet égard, décider de ne pas satisfaire toutes les demandes des autorités françaises. Enfin, précisons que le président Emmanuel Macron a aussi pointé du doigt « une forme de sortie du réel » chez les plus jeunes. « On a le sentiment que certains d’entre eux vivent dans la rue les jeux vidéo qui les ont intoxiqués ». Des propos maladroits et fallacieux qui ont vite été critiqués.


Utilisez-vous Google News (Actualités en France) ? Vous pouvez suivre vos médias favoris. Suivez Frandroid sur Google News (et Numerama).