Renault voit grand pour l’électrique : une entité spécifique serait en préparation

 

Renault prévoit de séparer ses activités thermiques et électriques dans les prochaines années. Une entité spécifique pourrait alors voir le jour.

Renault

Il va y avoir du changement chez Renault ! On le sait, les jours des voitures thermiques sont désormais comptés, alors que l’Union Européenne souhaite tout bonnement interdire leur vente à l’horizon 2035. Une décision qui a alors conduit les constructeurs à agir et à développer de nouvelles voitures électriques à proposer à leurs clients dans les prochaines années.

Et ça presse, car en plus de cette interdiction, l’Europe a mis en place dès l’an dernier la réglementation CAFE, sanctionnant très sévèrement les marques dont la gamme rejette trop de CO2. Autant dire que la seule solution semble être le zéro-émission, alors que l’hybride pourrait également être condamné dans un futur proche.

Deux pôles distincts

D’où l’idée pour certains constructeurs de créer de nouvelles divisions dédiées à l’électrique. On pense notamment à Hyundai avec Ioniq, mais la firme coréenne n’est pas la seule à suivre cette voie, puisque Renault y penserait également. Au cours de la présentation des résultats financiers de 2021 (relayés par Caradisiac), le patron de la marque Luca de Meo l’a en effet laissé entendre très subtilement.

Le remplaçant de Carlos Ghosn étudierait « l’opportunité de rassembler ses activités et technologies 100 % électriques au sein d’une entité spécifique », qui ferait notamment appel à des équipes dédiées. L’idée serait alors de faire de même avec les activités autour des moteurs thermiques, afin de développer ces technologies auquel De Meo croit encore beaucoup.

Une séparation physique

Pour le directeur du Groupe Renault « la motorisation électrique et la motorisation thermique sont deux sports différents. Dans le premier, il y a des percées technologiques à faire, et le marché est en forte croissance. Dans le second, il n’y a pas d’investissements massifs à faire, et l’activité est génératrice de marges ». D’où l’importance selon lui de bien séparer les deux activités.

Une distinction qui sera également géographique, puisque la marque au losange étudie la possibilité de séparer les équipes. Celles travaillant sur l’électrique devraient en effet être basées au sein du futur pôle Electricity qui rassemblera les usines de Maubeuge, Ruitz et Douai.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles