Enjeu majeur pour les géants de la Tech, l’approvisionnement en matières premières se fait souvent au détriment de la planète. Après avoir engagé, début 2018, des négociations directement auprès des mineurs pour sécuriser ses approvisionnements en Cobalt, Apple s’attaque cet été à l’épineuse question de l’or nécessaire en petite quantité à la fabrication de certains de ses composants.

Crédit : Apple

Fidèle à son credo écolo, la firme de Cupertino marche dans les pas du joaillier de luxe Tiffany & Co et s’engage donc dans la voie du minage et de l’extraction d’or responsable. Le principe est simple : Apple ne travaillera plus qu’avec des mineurs qui non seulement remettent les sites en état, mais améliorent l’environnement une fois les opérations achevées, note 9to5Mac. Cette initiative pourrait à terme contribuer à inverser les dégâts causés par le minage, notamment aux rivières, aux cours d’eau… mais surtout aux espèces qui y vivent. Saumons en tête.

Pour mener ce projet d’envergure à bien, Apple travaille main dans la main avec RESOLVE, une organisation à but non lucratif.

Apple : vers un approvisionnement plus responsable

« Il y a des centaines de petites et grandes exploitations minières de placers [exploitation des sédiments alluviaux, NDLR] en Alaska qui produisent activement de l’or aux États-Unis. Ces sites d’exploitation sont situés le long des rivières et des ruisseaux. Ils permettent aux mineurs de récupérer les pépites ou l’or fin laissés sur place suite à la ruée vers l’or du Klondike, à la fin des années 1890 », explique Apple dans un communiqué.

« Entre-temps, depuis 1991, douze parcours empruntés par les saumons du Pacifique ont été inscrits à la liste des lieux protégés par la Loi sur les espèces menacées d’extinction (Endangered Species Act – ESA). Il s’agit de routes que les saumons empruntent chaque année pour se rendre à leurs frayères. Elles sont souvent adjacentes à ces sites d’exploitation de placers », poursuit le groupe.

Crédit : Apple

« RESOLVE, une organisation à but non lucratif qui s’attaque à certains des défis les plus critiques pour la planète grâce à des partenariats innovants et inattendus, veut y remédier. Sa proposition est la suivante : combiner l’exploitation minière et la restauration de l’environnement afin d’améliorer les cours d’eau et de les ouvrir de nouveau pour le retour du saumon, de l’ombre et d’autres espèces de poissons ».

« Apple et Tiffany & Co s’approvisionneront en or auprès des mineurs qui se sont engagés à restaurer et à améliorer les terres sur lesquelles ils travaillent (…) ».

Comme le rappelle 9to5Mac, Apple publie chaque année un rapport portant sur la responsabilité environnementale de ses fournisseurs. Cette année, la firme de Tim Cook faisait état d’une baisse importante du nombre d’infraction en matière de sécurité ou de santé.

Ces dernières années, le groupe s’est aussi séparé de plusieurs fournisseurs qui trempaient dans l’exploitation des ressources de conflits (ces minéraux minés et revendus par des groupes armés, notamment en Afrique, pour poursuivre leurs activités militaires ou de guérilla). Cette décision avait notamment contraint Apple à négocier en direct avec des mineurs jugés fiables pour préserver son approvisionnement en cobalt. Évoqué en début d’article, il s’agit d’un métal essentiel à la fabrication de batteries.