Même après HarmonyOS, Huawei poursuit sa recherche d’alternatives à Android. En guise d’essai, le géant pourrait vendre 360 000 tablettes sous le système russe Aurora OS au gouvernement russe.

Crédit : xiquinhosilva

Pris en mauvaise posture à l’international, Huawei a certes déjà développé HarmonyOS, un système d’exploitation pour objet connectés qui lui servirait de porte de sortie si l’utilisation d’Android devenait trop précaire.

Mais le constructeur chinois semble garder d’autres tours dans son sac. Avant l’annonce d’HarmonyOS, les rumeurs tournaient autour d’Aurora OS, un système russe qui aurait attiré l’attention de Huawei. Le géant voudrait aujourd’hui éprouver Aurora OS par la pratique grâce à un possible contrat pour l’administration russe.

« C’est un projet pilote »

« C’est un projet pilote, souffle une source anonyme à l’agence Reuters. Nous le voyons comme la première étape du lancement de l’OS russe sur des appareils Huawei ». La firme souhaiterait vendre des tablettes sous Aurora OS au ministère russe des communications pour le prochain recensement des 147 millions de Russes, dès cet octobre. Mais on comprend qu’il s’agirait d’un moyen pour Huawei de tester en grandeur nature l’implémentation d’Aurora OS sur de véritables appareils.

Aurora OS était à l’origine un système d’exploitation finlandais nommé Sailfish OS, basé sur Linux et dédié aux appareils mobiles. Il a ensuite été adoubé par Moscou et le propriétaire actuel d’Aurora OS n’est autre que Rostelecom, l’opérateur télécom public russe. Ce dernier se trouve être la seule entité habilitée à l’achat de tablettes pour le recensement.

Au total, le contrat prévoierait l’achat de 360 000 tablettes Huawei sous Aurora OS d’ici à août 2020. Rien n’est pour l’instant définitif, vu que les négociations sont pour le moment en cours.

Huawei VS États-Unis : 12 ans d’une saga géopolitique orageuse