Tim Cook a envoyé un e-mail à ses équipes pour expliquer sa décision d’avoir censuré une application sur l’App Store hongkongais.

Apple s’est engouffré dans le conflit qui oppose la Chine et Hong-Kong quand il a décidé de retirer l’application de cartographie HKmap.live de l’App Store. HKmap.live est un service qui permettait de crowd-sourcer la position de la police. Pour les manifestants, c’était un moyen de contourner les forces de l’ordre et d’éviter les conflits. Pour le gouvernement chinois en revanche, l’application avait un tout autre but : repérer les policiers pour organiser des attaques contre eux.

Hong Kong : Apple obéit à la Chine et bannit deux applications de son App Store

La décision d’Apple a été prise au lendemain de la publication d’une édition du journal du Parti communiste chinois (People’s Daily) où un article décrivait Apple comme étant du côté des « émeutiers » de la région : « Laisser les applications toxiques est une trahison du peuple chinois » pouvait-on lire dans le média chinois. Après de fortes polémiques, Tim Cook s’est révolu à envoyer un e-mail aux employés d’Apple pour justifier sa décision, déplorant que de telles décisions « ne sont jamais faciles à prendre » et qu’Apple a reçu « des informations crédibles » selon lesquelles l’application est utilisée pour cibler la police dans des attaques d’émeutiers. Malheureusement, l’e-mail de Tim Cook n’apporte aucune clarté ni aucune preuve supplémentaire.

L’équipe,

Vous avez probablement vu que nous avons pris la décision de supprimer une application de l’App Store intitulée HKmap.live. Ces décisions ne sont jamais faciles et il est encore plus difficile de discuter de ces sujets dans des débats publics. C’est par respect pour le travail que vous faites chaque jour que je souhaite partager la façon dont nous avons pris cette décision.

Ce n’est un secret pour personne que la technologie peut être utilisée pour le meilleur ou pour le pire. Cette affaire n’est pas différente. L’application en question autorisait la création de rapports et la cartographie des points de contrôle de la police, de points chauds de protestation et d’autres informations. En soi, cette information est bénigne. Cependant, au cours des derniers jours, nous avons reçu des informations crédibles du Bureau de la cybercriminalité et de la criminalité technologique de Hong Kong, ainsi que d’utilisateurs, à Hong Kong, selon lesquelles l’application était utilisée de manière malveillante pour cibler des agents à des fins de violence (…).

Nous avons conçu l’App Store pour qu’il soit un lieu sûr et fiable pour tous les utilisateurs. C’est une responsabilité que nous prenons très au sérieux et que nous visons à préserver. Les débats nationaux et internationaux nous survivront tous et, s’ils sont importants, ils ne régissent pas les faits. Dans ce cas, nous les avons examinées et nous pensons que cette décision protège nos utilisateurs.

Tim

Apple est le dernier exemple d’une entreprise américaine à s’impliquer dans le conflit entre la Chine et Hong Kong, alors que la NBA et l’éditeur de jeux Blizzard se sont également retrouvés mêlés.