Les iPhone sont-ils plus puissants que les PC ultrabooks ? La délicate comparaison

Comparer des pommes et des poires ?

 

Peut-on comparer les performances des smartphones et des ordinateurs portables ? Voilà un exercice délicat.

Wild Life sur un iPhone 11 Pro et un Dell XPS 13

Wild Life sur un iPhone 11 Pro et un Dell XPS 13 // Source : Frandroid

Récemment, UL Benchmarks et son célèbre 3DMark ont ajouté le nouveau benchmark Wild Life aux tests graphiques proposés. Vous pouvez lancer ce benchmark sur votre smartphone (Android et iOS) ou votre PC (Windows 10) : vous trouverez les liens de téléchargement par ici. Car oui, ce benchmark est un des premiers benchmarks multiplateforme d’UL Benchmarks.

3DMark (Wild Life) - Benchmark

3DMark (Wild Life) - Benchmark

Wild Life mesure les performances de votre puce graphique GPU grâce au rendu d’une scène de jeu 3D en temps réel. Plus la scène est « rapide », plus votre score de référence est élevé. 3DMark Wild Life permet ainsi d’évaluer les techniques de rendu avancées et les effets de post-traitement possibles sur de nombreux appareils, y compris les smartphones. Wild Life utilise l’API Vulkan sur les appareils Android et les PC Windows. Sur les appareils iOS, il utilise l’API Metal.

Qui est le plus puissant ?

Si on peut faire tourner le même benchmark sur smartphone et PC, peut-on comparer les scores obtenus ? L’exercice est simple à reproduire. Nous avons fait tourner Wild Life sur un iPhone 11 Pro (7159 points) et un iPhone 12 Pro (6835 points), mais aussi un Dell XPS 13 2-en-1 7310 (6599 points) équipé d’un CPU Intel Core i7-1065G7 avec le iGPU Iri Plus. Les résultats sont similaires avec un ultrabook équipé d’un processeur AMD et son iGPU Radeon. Il serait tentant de titrer que l’iPhone est plus puissant que des récents ultrabooks, mais ça serait trop simple.

Des plateformes différentes

Déjà, Intel a récemment réagi. Nous avons testé le Dell XPS 13 9310 équipé du récent Intel Core (Tiger Lake) avec l’architecture graphique Xe. Sur Wild Life, il obtient 12 049 points (50 ips en moyenne), ce qui le place nettement au-dessus des derniers iPhone. Si on s’amuse à faire tourner Wild Life sur un PC fixe équipé d’une Nvidia GeForce 2080 Ti… le score est de 70 661 points (400 ips en moyenne).

Alors pourquoi ne peut-on pas simplement comparer les smartphones et les PC ? Car ce sont des plateformes différentes et qu’il suffit de faire tourner Fortnite sur un iPhone 12 Pro et sur un ultrabook équipé de Windows 10 pour s’apercevoir que l’on joue dans des conditions totalement différentes. Ces benchmarks permettent surtout de comparer deux smartphones entre eux, comme un Pixel 5 (1 138 points) et un Galaxy S20 FE 5G  (3 982 points) par exemple. Ces résultats prouvent qu’Apple est en avance sur ses concurrents Android avec les puces Apple A13 ou A14.

Rappelons que le score généré par ces benchmarks ne reflètent pas fidèlement l’expérience d’un utilisateur. En termes simples, les chiffres générés ne sont pas directement corrélés à l’expérience de l’utilisateur avec les appareils et les fabricants d’appareils, il est facile de se tromper avec ces points de repère. Cela arrive souvent même chez les experts de nouvelles technologies. Ce n’est pas intentionnel d’induire en erreur les lectrices et lecteurs : c’est certainement un manque de compréhension de ces outils. Ces benchmarks sont bien souvent des performances théoriques, sans égard sur l’autonomie, le systèmes d’exploitation, les apps et les jeux mais aussi les cas d’utilisation réels.

Vous vous demandez peut-être « pourquoi devrais-je m’en soucier » ? Tout d’abord, si vous regardez l’historique des prix des processeurs ou des SoC, vous trouverez une corrélation directe entre les performances perçues et les prix. C’est le cas chez Apple, ils dominent depuis des années le marché du smartphones mais aussi celui des prix de vente.

iPhone 11 Pro à gauche, iPhone 12 Pro à droite sur le benchmark 3DMark Wilf Life

iPhone 11 Pro à gauche, iPhone 12 Pro à droite sur le benchmark 3DMark Wilf Life // Source : Frandroid

Notre avis est que les benchmarks sont censés donner de la crédibilité à votre expérience et expliquer toutes sortes de différences de performances entre les appareils, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Ici, on constate que la démo 3D de Wild Life apparaît fluide au-dessus de 30 ips (FPS). Si l’iPhone 12 Pro fait moins bien que l’iPhone 11 Pro (voir visuel ci-dessus), l’iPhone 12 Pro est le plus stable d’entre les deux. C’est finalement ce qu’il faut retenir de ce benchmark.

Les derniers articles