Test de la souris Asus ROG Strix Impact II : simplement efficace

Que demander de plus ?

 

Introduction

Accessible, simple et performante, voici la promesse d'Asus ROG concernant sa souris Strix Impact II. Après plusieurs jours d'utilisation, il est temps de vous proposer un avis détaillé sur ce modèle, qui cache quelques surprises.

Asus ROG Strix Impact II

Proposée à moins de 50 euros au moment de sa sortie, la Strix Impact II se positionne sur un marché très concurrentiel en face de certains modèles très convaincants comme la SteelSeries Rival 3 que nous testions il y a quelques semaines. La question sera évidemment de savoir si la souris d’Asus pourra tirer son épingle du jeu.

À noter que la Strix Impact II envoyée par Asus ROG pour notre test propose un jeu de couleur spécifique « Electro Punk ». Le constructeur a d’ailleurs décliné plusieurs modèles de se gamme dans l’esprit steampunk. Si le rose pétant n’est pas votre couleur préférée, vous pouvez évidemment vous procurer cette souris dans des coloris plus classiques.

Asus ROG Electro Punk

La gamme ROG « Electro Punk » // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Un design tout en transparence

Simple, basique. Le titre d’Orelsan résume à merveille le design de la Strix Impact II. Entièrement conçue en plastique dur, la souris d’Asus propose une expérience tout ce qu’il y a de plus classique au niveau de la prise en main et de l’ergonomie générale. On profite cependant d’une relative légèreté puisque la souris n’affiche que 79 grammes sur la balance.

Asus ROG Strix Impact II

Asus ROG Strix Impact II // Edouard Patout pour Frandroid

Symétrique (mais pas ambidextre), la Strix Impact II reste ainsi très versatile dans sa prise en main et conviendra aussi bien aux adeptes du palm grip (main entièrement sur la souris) qu’à ceux qui préfèrent une prise en main finger tip (du bout des doigts).

À un tel tarif, des concessions ont donc logiquement été faites sur la qualité des matériaux puisque la souris est, on le rappelle, entièrement construite en plastique dur. Malgré la présence d’un léger relief sur les tranches latérales, on regrette l’absence d’un vrai grip en caoutchouc que l’on peut retrouver sur des modèles plus onéreux. Malgré cela, la Strix Impact s’autorise une légère originalité puisque le plastique qui compose la coque est légèrement translucide, laissant ainsi apparaître les entrailles du mulot et le logo RGB qui s’affiche en transparence sur l’arrière de la coque.

Asus ROG Strix Impact II

Le plastique de la coque est légèrement translucide (et difficile à rendre en photo) // Edouard Patout pour Frandroid

Les clics principaux sont ici séparés de la coque principale et abritent des interrupteurs Omron garantis pour 50 millions de clics. Nous y reviendrons un peu loin dans ce test, mais ces interrupteurs peuvent être remplacés très simplement par d’autres références, toujours chez Omron.

Sur la tranche gauche, la souris propose deux boutons supplémentaires — entièrement roses sur cette version — qui offrent une réactivité convaincante et tombent parfaitement sous le pouce. La Strix Impact II étant faussement ambidextre, on ne retrouve pas de boutons sur la tranche droite, dommage.

La molette assez proéminente propose un cerclage RGB très lumineux et des crans bien marqués qui rendent son utilisation très agréable. De la même façon, celle-ci se révèle très stable avec un clic bien marqué et réactif permettant de l’utiliser convenablement en jeu par exemple.

Étonnamment, le bouton permettant de basculer entre les profils de sensibilité trouve sa place sous la souris. On retrouve en général ce bouton juste derrière la molette pour pouvoir changer rapidement la sensibilité. Il semblerait que ce choix ait été fait afin d’éviter des changements de DPI accidentels, pourquoi pas.

Asus ROG Strix Impact II

Le bouton DPI se retrouve sous la souris // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Un rapide coup d’œil à proximité de ce bouton DPI nous permet d’apercevoir le capteur optique PixArt PAW3327 qui offre une sensibilité raisonnable jusqu’à 6200 DPI. On retrouve ici 3 patins principaux ainsi que deux autres autour du capteur afin d’assurer une bonne glisse à l’ensemble. On remarque également les 4 emplacements permettant d’accéder aux vis et ainsi démonter la souris pour changer les interrupteurs (on y reviendra plus loin). Enfin, en ce qui concerne la connexion à notre machine, il faudra compter sur un câble USB non tressé et assez fin d’environ 1,80 mètre.

Asus ROG Strix Impact II

Prise en main de la souris // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Globalement, cette Strix Impact II propose une construction soignée bien que simpliste. Son éclairage RGB discret associé à sa coque légèrement translucide lui apporte tout de même un petit surcroît d’originalité bienvenu. Le confort n’est pas forcément son point fort du fait de sa forme « universelle », mais elle aura au moins le mérite de convenir au plus grand nombre.

Toutes les fonctionnalités sont dans la boîte

Pour gérer toutes les fonctionnalités et configurations de la Strix Impact II, Asus nous propose son nouveau logiciel Armoury Crate. Au sein de l’interface, on dispose tout d’abord d’un premier menu qui permet de réattribuer les différents boutons avec une liste de fonctions assez conséquente. On pourra également y attribuer des macros enregistrables directement depuis ce même logiciel.

Asus ROG Strix Impact II - Armoury Crate

Un second onglet est quant à lui destiné aux différents réglages liés aux performances du capteur. L’outil nous laisse la possibilité de définir jusqu’à 4 niveaux de sensibilité différents et de modifier la fréquence de polling (le nombre de communications effectuées avec l’ordinateur chaque seconde) ou encore la sensibilité des boutons. Sur ce point, on se retrouve avec quelque chose de très classique comparativement au reste du marché.

Asus ROG Strix Impact II - Armoury Crate

Enfin, le dernier onglet sera dédié à la gestion de l’éclairage RGB intégré dans la souris. Si l’outil propose plusieurs effets d’éclairage, il n’est par contre pas possible de personnaliser les zones de façon indépendante. À noter qu’Armoury Crate intègre, la fonctionnalité AURA Sync permettant à vos appareils RGB compatibles de synchroniser leurs éclairages. Pratique quand on possède uniquement des appareils Asus.

Asus ROG Strix Impact II - Armoury Crate

Là où le fonctionnement d’Armoury Crate diffère un peu de ses concurrents, c’est sur la gestion des profils. Chacun des périphériques peut accueillir plusieurs profils, mais la gestion de la bascule en fonction des jeux ou applications est gérée via une sorte de profil global qui contient les différents profils de vos périphériques. Un fonctionnement qui se révèle finalement plus pratique et plus efficace que ce que l’on retrouve habituellement.

À noter enfin qu’Armoury Crate est capable de détecter vos jeux pour rapidement leur attribuer un profil au sein d’une interface dédiée. Un petit « bonus » bienvenu qui améliore un peu l’expérience utilisateur.

Des performances convaincantes

Du côté des performances, il faut ici faire confiance au capteur optique de 6200 DPI (PixArt PAW3327 si l’on en croit la fiche technique). Ce capteur propose des performances plus raisonnables que la plupart de ses concurrents avec une définition moindre, une vitesse de tracking plus faible, mais également des accélérations limitées à 30 G. En pratique, difficile de dire du mal de ce capteur qui répond très bien à nos exigences.

Asus ROG Strix Impact II

Notre modèle en version « Electro Punk » // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Comme d’habitude, la souris a été mise à l’épreuve sur plusieurs parties de Call Of Duty : Modern Warfare et nous n’avons pas été handicapés par ses performances. L’ensemble se révèle précis et efficace à 800 DPI et permet d’enchaîner efficacement les éliminations tout en n’oubliant pas de réanimer nos coéquipiers tombés au combat. Seule sa distance de décrochage un peu élevée pourra peut-être perturber les joueurs les plus exigeants (et utilisant une sensibilité basse).

Asus ROG Strix Impact II

La souris accompagnée du Strix Go 2.4 et du tapis Sheath // Source : Edouard Patout pour Frandroid

En ce qui concerne les interrupteurs Omron présents sur les clics principaux, ils demandent un léger temps d’adaptation de par leur sensibilité assez élevée. Pendant les premiers jours d’utilisation, il n’était pas rare d’activer le clic droit par erreur. Ce qui nous amène à une des caractéristiques non négligeables de la Strix Impact II : la possibilité de remplacer les interrupteurs des clics principaux.

En effet, la souris peut être démontée facilement en enlevant les 4 petites vis présentes sous le châssis. Cela a pour effet de désolidariser la coque de la base pour ainsi accéder aux entrailles du mulot. Les interrupteurs pourront alors être remplacés très simplement par n’importe quel modèle compatible avec la connectique Omron présente ici. Si cette possibilité n’intéresse peut-être pas beaucoup de monde, on ne peut qu’apprécier la démarche d’Asus sur ce point, surtout pour une souris aussi accessible.

Asus ROG Strix Impact II

La souris peut être démontée facilement // Source : Edouard Patout pour Frandroid

Au final, avec son poids de seulement 79 grammes, la Strix Impact II est une souris très agile et particulièrement adaptée aux joueurs de FPS. Elle reste confortable et efficace sur les titres exigeants et aucune fatigue musculaire ne se fait sentir, même après plusieurs heures de jeu.

Prix et disponibilités de la ROG Strix Impact II

La souris Asus ROG Strix Impact II est disponible au prix conseillé de 49,99 euros.

Note finale du test
8 /10
Avec son design simple et convaincant, associé à un plastique légèrement translucide du plus bel effet, la Strix Impact II a tout pour plaire visuellement parlant.

Si elle ne profite pas du meilleur capteur du marché, ses performances sont tout à fait honorables et il est difficile de la prendre en défaut, même sur des titres exigeants.

Proposée pour environ 50 euros au moment de notre test, elle reste cependant un peu moins intéressante que certaines concurrentes comme la Rival 3 de SteelSeries notamment.
Points positifs
  • Design simple et réussi
  • Plastique translucide très joli
  • Performances honorables
  • Interrupteurs interchangeables
  • Légèreté
Points négatifs
  • Distance de décrochage un peu élevée
  • Bouton DPI mal placé

Les derniers articles