La « quintessence d’Android », comme je le disais en introduction de mon test du Pixel 3, a désormais 6 mois. Voilà une moitié d’année que je partage mon quotidien avec ce smartphone. Il est temps de vous dire tout ce que j’ai sur le cœur.

Ce partage d’expérience sera utile à la fois aux potentiels acheteurs du Pixel, dont le prix a baissé ces derniers mois, mais aussi — et je l’espère — un moyen de comparer ce que proposera le futur Pixel 3a et le prochain Pixel 4.

Pourquoi critique-t-on ?

Je profite de ce papier pour m’exprimer sur un sujet qui touche FrAndroid. La critique ne signifie pas que nous détestons quelque chose — en fait, c’est le contraire. Cette conviction que la critique est toujours intrinsèquement globale, que ne pas aimer une partie de quelque chose signifie que l’on déteste tout. Cette conviction nous énerve et nous devons en parler. Manuel, Rédacteur en chef de FrAndroid, a récemment exposé son agacement vis-à-vis d’une partie de la communauté après sa prise en main sur le Galaxy Fold. Je le comprends.

Vous savez quoi ? L’espoir d’un journaliste Tech est que son travail inspire les lecteurs à avoir des conversations. Nous cherchons à analyser et à évaluer ce qui semble évident et supposé, pour aider les gens à repenser les choses. J’aime la communauté FrAndroid, à tel point que je souhaite qu’elle se développe de manière positive et saine. J’espère qu’elle deviendra plus bienveillante, diversifiée et inclusive.

Ce que j’aime chez le Pixel 3

La photographie

Jugées uniquement sur l’optique, ses caméras sont relativement bonnes. Cependant, Google est devenu le champion de la photographie informatisée à base d’IA et d’apprentissage automatique. 6 mois après, c’est toujours bluffant. J’ai beau avoir vu passer des Samsung Galaxy S10, des Huawei P30, des iPhone XS… rien ne m’a convaincu de lâcher mon Pixel 3. Rien. J’ai d’ailleurs été jusqu’à partir en vacances en laissant mon hybride Sony Alpha 7 II et son caillou 30 mm f/1.4. C’est dire la confiance que j’accorde au Pixel 3 dans ce domaine. Ce n’est pas le photophone parfait, il peut être frustrant, mais il assure très souvent.

Une photo sur deux que je prends est réalisée avec le mode Portrait. Ce mode propose une belle plage dynamique et le flou d’arrière-plan par défaut (appelé « bokeh » en termes photographiques) est lisse et crémeux (une bonne chose) sans avoir l’air faux. C’est avec lui que je retrouve ce que j’aime obtenir avec des objectifs fixes sur mon hybride.

Mais justement, il est peut-être temps d’arrêter de demander « comment est mon bokeh ? ». Car cette habitude du « joli bokeh » nous fait oublier que pour isoler un sujet, la meilleure solution est de se déplacer ou de jouer avec les ombres et la lumière. Et justement, le mode Portrait offre également un bon moyen de s’amuser en photographie tout en profitant du confort des dimensions d’un smartphone de la taille d’un Pixel 3.

Bouquet de nénuphars

Il ne faut donc pas résumer l’IA du Pixel 3 à son bokeh. Cet IA apporte de nombreuses optimisations automatiques pour améliorer l’exposition, la balance des couleurs, le contraste… de nombreux paramètres dont la plupart des gens ne se soucient pas. C’est justement ce que j’apprécie avec le Pixel 3, « ne vous embêtez pas à comprendre comment fonctionne le capteur et l’optique de votre smartphone, concentrez-vous sur la composition de votre photographie ». Parce que justement, l’idée du bokeh, par exemple, n’est pas simplement de défigurer le fond de votre photo pour en faire de la bouillie, mais de vous libérer des techniques de photographie qui incombent normalement aux experts.

Un éléphant au Elephant Nature Park

Night Sight est un autre bon exemple : la fonctionnalité proposée par Google pour améliorer les photos de Pixel 3 capturées dans des conditions de très faible luminosité est impressionnante. Mais elle est très peu nécessaire, elle est à activer dans de rares occasions — c’est surtout une belle démonstration technologique. C’est la série de photos ci-dessous, j’ai essayé de reproduire ce que mes yeux captaient, et ce que le mode nuit a capturé. C’est impressionnant, voire flippant, je vous l’accorde.

Enfin, l’objectif ultra grand-angle à l’avant est une très bonne chose : cette caméra m’a réconcilié avec les selfies. Ce n’est pas un simple égoportrait, mais cela permet de vous prendre en photos à plusieurs tout en contextualisant le cliché avec « ce qu’il y a autour de vous ».

L’expérience Android à la cause Pixel

Dans mon test du Pixel 3 ou dans celui de Manuel pour le Pixel 3 XL, nous n’avions pas été séduits par l’expérience logicielle du Pixel 3. Car Android 9.0 Pie version Google ne signifie pas nécessairement une expérience Android pure. Loin de là. Il a son propre système de navigation, son propre launcher d’apps… sa propre identité.

6 mois après, je ne suis pas totalement conquis, mais j’ai appris à apprécier ce que propose le Pixel 3. Je pense même que c’est une bonne solution pour ceux qui ont la volonté de lâcher l’iPhone. Google offre une expérience cohérente et entière. Une gestion des notifications excellente, des raccourcis basés sur l’IA très pratiques, une simplicité d’usage… Android 9 Pie est une excellente mise à jour, et je ne voudrais pas revenir en arrière. J’aime beaucoup l’idée sur la façon dont un système d’exploitation peut être plus intelligent, Google a fait beaucoup d’efforts pour rendre Android plus facile à utiliser, et ça se sent.

Mention spéciale pour la fonction éclairage nocturne : idéal pour me passer l’envie de flâner sur mon smartphone après 23 heures.

Ce que je n’aime pas chez le Pixel 3

Des problèmes de performances

Au départ, le Pixel 3 était un smartphone stable et performant, bien qu’il n’était pas techniquement le plus rapide, il affichait les performances d’un smartphone haut de gamme.

Malheureusement, j’ai été très vite ennuyé par de gros ralentissements beaucoup trop réguliers. Et je n’étais pas seul, c’est un fait avéré et partagé par de nombreux utilisateurs. 4 à 5 secondes pour ouvrir l’appareil photo, un système multitâche capricieux, des force-close dès que la mémoire vive (4 Go) était saturée… une expérience frustrante.

4 à 5 secondes pour ouvrir l’appareil photo, un système multitâche capricieux, des force-close dès que la mémoire vive (4 Go) était saturée… une expérience frustrante.

Évidemment, les mises à jour ont corrigé une bonne partie des ralentissements observés, mais j’ai encore (quotidiennement) des frustrations. C’est le cas particulièrement de l’appareil photo, surtout quand le mode économie d’énergie est activé, où on perçoit clairement les limites de la photographie informatisée. C’est lent, sans parler du traitement des photographies qui peut vraiment impacter les performances de l’appareil pendant quelques secondes.

Je ne sais pas si ces ralentissements sont dus à un problème d’optimisation du système ou simplement à des problèmes inhérents au hardware : CPU trop léger, pas assez de mémoire vive… le Pixel 3 reste néanmoins globalement performant, je vous rassure.

L’autonomie n’est pas du tout son fort

L’autonomie n’est pas bonne sur le Pixel 3. Alors bon, ça on le savait dès le début. Mais vivre avec un smartphone qui ne peut pas tenir une journée entière, je peux vous assurer que c’est frustrant. C’est évident que j’ai une utilisation très poussée du smartphone, mais les autres smartphones tiennent.

Un collègue qui a également craqué pour le Pixel 3 est beaucoup plus lénifiant sur cet aspect : son expérience est relativement bonne concernant l’autonomie. Après tout, tout dépend de vos usages. Sachez juste que le Pixel 3 est loin d’être le meilleur dans cette catégorie et c’est vraiment frustrant de voir son smartphone s’éteindre en début de soirée. Vraiment frustrant.

On craque ou pas ?

Très peu de gens achètent un smartphone parce que c’est de l’innovation. Ils achètent un smartphone parce qu’ils veulent un bon smarpthone — quelque chose avec un bel écran, un excellent appareil photo, d’excellentes performances, une bonne autonomie. Vous savez, ces « trucs » de smartphone.

Vous ne serez pas déçu.

Vous l’aurez compris, le Pixel 3 n’est pas parfait en tout. C’est dommage, je vous l’accorde. Ce n’est pas le smartphone le plus autonome. Ce n’est pas le plus rapide. Mais vous ne serez pas déçu, ce Pixel 3 est un smartphone de plaisir.