Épinglé par nos confrères du site Anandtech à propos d’une triche dans les benchmarks, le responsable logiciel de Huawei et Honor affirme que le constructeur est en droit de le faire, puisque tous les concurrents opèrent de la même manière.

Dans un long article publié ce mardi, le site Anandtech, spécialisé dans les composants, a repéré que le dernier smartphone orienté gaming de Honor, le Honor Play, utilisait des options de triche dans les benchmarks. En effet, lorsque le smartphone repère qu’un benchmark est lancé, en l’occurrence GFXBench, il réduit considérablement la gestion des températures de l’appareil. Puisque le smartphone ne cherche plus à limiter la chauffe, il peut se permettre d’envoyer bien davantage de puissance, même si celle-ci est bien supérieure à celle utilisée en jeu, lors d’un usage classique du smartphone.

Selon les mesures de Anandtech, lorsque la détection de benchmark est activée, le Honor Play permet de monter jusqu’à 127 FPS sur GFXBench, alors que la fluidité est limitée à 66 FPS lorsque le smartphone ne repère pas qu’il utilise un benchmark.

Anandtech a profité de l’IFA pour interroger le Dr. Wang Chenglu, responsable du logiciel chez Huawei et Honor à propos de ce sujet. Selon le constructeur, un seul benchmark ne permet pas réellement de tester l’ensemble de la qualité du smartphone, puisqu’ils ne sont pas représentatifs de la qualité globale de l’appareil dans des conditions réelles. Par ailleurs, selon Wang Chenglu, Huawei et Honor travaillent depuis quelque temps avec différents partenaires afin de développer un benchmark qui soit commun à l’ensemble de l’industrie afin de refléter au mieux l’usage des utilisateurs. Plus surprenant, à propos de la triche dans les benchmarks actuels, il renvoie la responsabilité vers ses concurrents, surtout chinois : « Dans l’écosystème Android, d’autres fabricants trompent aussi avec leurs nombres ».

Comme le résume très bien Anandtech, le problème est qu’à la fin, tous les constructeurs se retrouvent à tricher sur les benchmarks et que ceux-ci perdent à leur tour en crédibilité. « Pour une entreprise de la taille de Huawei, l’image de marque est une grosse composante de l’entreprise, et essayer de tromper les clients pour avoir un meilleur score leur retombera dessus », affirme ainsi le site spécialisé.

À lire sur FrAndroid : AnTuTu, PCMark, Geekbench et consorts : quelles sont les différences entre les benchmarks ?