Google a fait beaucoup de bruits avec l’annonce de Stadia, son premier service de cloud gaming. Microsoft a lui aussi son service dans les cartons, et compte bien ne pas se laisser oublier.

C’est désormais officiel, en 2019, Google s’attaque au marché du jeu vidéo actuellement essentiellement détenu par Microsoft, Sony et Nintendo, si l’on parle du marché des consoles. La firme a pour cela révélé son service de cloud gaming Stadia lors de la Game Developer Conference, dont la commercialisation est prévue en Europe avant la fin de l’année. Tout n’est pas encore clair concernant le service, mais Stadia devra compter sur un concurrent de poids, Microsoft xCloud.

Microsoft aura du lourd à l’E3

Les équipes de Microsoft ont bien entendu suivi de près l’annonce de Stadia, et Phil Spencer, le patron de Xbox, le premier. Dans un email interne envoyé aux équipes, et révélé par Thurrott.com, il déclare être impressionné par le lancement de Stadia. Il retient en particulier l’utilisation de YouTube, Google Assistant et la présentation de la manette Wi-Fi Stadia Controller.

Bien qu’impressionné, Phil Spencer ne semble pas pour autant effrayé :

Nous concernant, nous avons fait du très bon travail pour arriver au point où nous sommes prêts à nous battre pour un marché à deux milliards de joueurs sur la planète. Google a fait fort aujourd’hui, nous aurons du lourd à l’E3 dans quelques mois.

L’E3 est le salon le plus important de l’année pour l’industrie du jeu vidéo. C’est à cette occasion que Microsoft devrait dévoiler sa (ou ses) Xbox de nouvelle génération. Avec cette déclaration, on s’attend également à ce que la firme parle de son service xCloud, avec notamment un éventuel partenariat avec Nintendo et sa Switch.

Reste à savoir si Microsoft sera en mesure de se lancer aussi vite que Google. Aux dernières nouvelles, la firme voulait lancer les premiers tests publics de xCloud en 2019. On est loin de la promesse d’un lancement aussi généralisé que Google Stadia.

À lire sur FrAndroid : Stadia : connexion, téléviseurs, jeux, Google répond à certaines questions laissées en suspens