Panos Panay, le responsable des produits Surface chez Microsoft, continue son tour d'Europe et répond aux questions des journalistes. Il est revenu sur l'appareil photo du Surface Duo.

La présentation du Surface Duo par Microsoft a généré un grand nombre de questions, notamment : pourquoi avoir choisit Android ? Pourquoi deux écrans et pas un écran pliable ? Et enfin le Surface Duo aura-t-il un appareil photo digne de ce nom ?

Le prototype qui a été présenté début octobre n’intègre en effet qu’une caméra frontale au-dessus de l’un des écrans, que l’on imagine pouvoir devenir une caméra dorsale grâce à la charnière. On est loin des deux à quatre appareils photo que peuvent proposer les fabricants, et surtout vu la finesse de l’appareil, on imagine mal en l’état le module photo du Surface Duo proposer la même chose que ses concurrents.

La caméra du Surface Duo à droite

Un appareil photo « de renommée mondiale »

Panos Panay, en charge de tous les appareils commercialisés par Microsoft et notamment les Surface, a répondu aux questions des journalistes de WindowsArea sur le sujet lors de son passage en Allemagne. Il a d’abord indiqué que Microsoft était conscient que c’était un sujet crucial pour beaucoup de monde.

Aujourd’hui il est vrai que la qualité de l’appareil photo est devenue l’un des critères cruciaux pour différencier un bon et un mauvais smartphone.

Le papa des Surface a expliqué que tous les détails concernant le Surface Duo n’avaient pas été dévoilés. Il a ajouté « bien sûr que nous travaillons sur un appareil photo de renommée mondiale ». Difficile de savoir si la firme pourra modifier suffisamment son design pour réellement proposer quelque chose au niveau des propositions d’Apple, Google ou encore Samsung sur ce sujet.

Il a fallu plusieurs années dans le domaine à ces derniers pour proposer des appareils photo convaincants, et la compétition est de plus en plus acharnée. Microsoft peut s’appuyer de son côté sur le savoir-faire acquis avec Kinect, ce qu’il reste du rachat de Nokia Mobile, et les photos stockées sur OneDrive qui pourront permettre d’entraîner l’algorithme comme Google l’avait fait en son temps avec Google Photos. Reste à voir si cela sera suffisant.