Test du NCM Milano T3s : un équipement de folie pour un prix mini

Vélos électriques • 2022

Le vélo électrique NCM Milano T3s est passé entre nos mains pendant une dizaine de jours pour un test en conditions réelles sur plus de 70 kilomètres. Après la bonne surprise du NCM C5, est-ce que Milano T3s commercialisé 1299 euros, mais souvent disponible à un tarif bien plus bas, est aussi convaincant  ? La réponse dans notre test complet.

Source : Anthony Wonner - Frandroid
Source : Anthony Wonner - Frandroid
Où acheter Le
NCM Milano T3s au meilleur prix ?

Ce test a été réalisé le 16 Février 2023 et le marché a peut-être évolué depuis. Consultez notre comparatif pour découvrir des produits plus récents potentiellement plus pertinents pour vous.

 

NCM Bikes est un constructeur de vélos électriques basé en Allemagne, qui utilise le réseau Léon Cycle pour vendre ses cycles. Son catalogue est aujourd’hui composé de plusieurs gammes, du trek au VTTAE en passant par du pliant et des cruiser. Au-delà de la France, la marque officie aussi aux États-Unis, Canada, Chine ou encore Nouvelle-Zélande.

Après avoir testé le NCM Paris Max et le NCM C5, au tour du NCM Milano T3s de passer entre nos mains. Ce vélo électrique est proposé à 1299 euros et profite, à l’heure où nous écrivons cet article, de 10 % de remise, soit un prix final de 1169 euros. À ce prix, le Milano T3s offre un équipement très complet et une capacité de batterie importante. Nous l’avons testé sur plus de 70 kilomètres. Voici notre verdict.

Fiche technique

Modèle NCM Milano T3s
Vitesse max 25 km/h
Puissance du moteur 250 watts
Nombre d'assistances 6
Autonomie annoncée 100 km
Batterie amovible Oui
Bluetooth Non
GPS Non
Écran Oui
Poids 26 kg
Longueur 173 cm
Couleur Noir, Blanc
Phares Oui
Feu arrière Oui
Prix 1 169 €
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un modèle prêté par la marque.

Design

Malheureusement, le grain de folie apporté par le NCM C5 avec son design cassant les codes de l’entrée de gamme n’est pas de la partie sur ce Milano T3s. Conventionnel, standard, classique sont les trois qualificatifs qu’il convient d’utiliser pour décrire ce vélo qui ressemble à n’importe quel vélo de type hollandais.

La seule vraie fausse note, outre son design qui relève plus d’une affaire de goût, est la barre de maintien fixée entre le guidon et la selle. Cette barre renforce la structure du vélo, certes, mais enlève tout l’intérêt d’un cadre bas qui facilite en temps normal l’enjambement du vélo. Et ce n’est pas tout : elle gêne également la pose et le retrait de la batterie.

Le vélo qui nous a été prêté était de couleur blanche. Il existe aussi en noir. Le choix de la couleur appartient à chacun évidemment, mais toujours est-il que la version noire bénéficie d’une meilleure homogénéité : la batterie étant noire quelle que soit la couleur choisie.

À 1299 euros, nous n’attendions pas des finitions soignées et nous n’avons pas été déçus. Les soudures sont grossières et la câblerie ne joue pas dans la discrétion. Le détail qui ne nous a pas échappé et qui aurait dû, même à ce prix, bénéficier de plus de soin, est le câble reliant la console fixée sur le guidon à la batterie. Un simple bout de plastique pour attacher l’ensemble des câbles aurait permis d’éviter cette faute de goût.

Un cadre unique mais deux tailles de pneus au choix : 26 ou 28 pouces. Le modèle 26 pouces a l’avantage d’être moins haut et donc moins encombrant que le modèle 28 pouces. Toujours est-il que le vélo n’est pas pratique à transporter et surtout pèse son pesant d’or : 26 kilos sur la balance, ce n’est clairement pas léger. Cet excédent pondéral s’explique principalement par l’équipement plus que complet embarqué de série sur ce vélo.

Aussi confortable qu’un SUV

Quel plaisir de rouler sur les pavés avec ce vélo. Nous exagérons légèrement les choses, c’est vrai, mais le confort est de mise sur ce Milano T3s. Une fourche suspendue Suntour Nex, des pneus larges Arisun, des poignées en simili cuir confortables et une selle Royal elle aussi suspendue.

Cette configuration est idéale pour des trajets urbains jonchés de trous et de déformations en tous genres. Aucune fatigue n’est ressentie même après de longs trajets. Et justement, l’autonomie n’est pas en reste grâce à sa batterie de 576 Wh, nous y reviendrons dans la suite de ce test.

Un vélo prêt à rouler

En plus du confort, ce Milano T3s se targue d’un équipement très fourni pour ce segment de prix. Des garde-boue en aluminium recouvrant les pneus pour éviter les projections d’eau et de boue, des feux avant et arrière éclairant suffisamment pour être vu et même voir la nuit, une béquille stable et un porte-bagage compatible avec la plupart des accessoires vendus sur le marché. Que demander de plus ?

Nous avons malgré tout un reproche à lui faire : son feu arrière fonctionne à piles, il n’est donc pas connecté à la batterie. Sur ce segment de prix, il faut faire des concessions et c’est malheureusement au détriment de l’aspect pratique. Il faudra bien veiller à allumer manuellement le feu et surtout, à ne pas oublier de l’éteindre sous peine de devoir changer souvent les piles. C’est dommage d’autant que le feu avant, lui, est connecté à batterie et s’allume directement depuis la console située sur le guidon.

Une précision importante concernant notre vélo de test : la potence du guidon se décalait légèrement lors d’un freinage appuyé. La marque nous assure qu’il s’agit d’un mauvais serrage au niveau du guidon, ce que nous pensons également. Si le vélo est acheté en ligne, il faudra s’assurer de la bonne tenue des différentes composantes du vélo lors du montage avant de l’enfourcher.

Technologies embarquées

Pas d’alarme antivol, ni de connectivité avec le smartphone et encore moins de géolocalisation. Le Milano T3s est un vélo électrique « classique ». Ses seules technologies embarquées, si nous pouvons réellement parler de technologies embarquées, sont son moteur, sa batterie et sa console fixée sur le guidon.

La console est tout ce qu’il y a de plus standard sur cette gamme de prix. C’est l’entrée de gamme, il faut donc se contenter d’un écran noir et blanc, rétroéclairé, avec les informations essentielles dont la majorité des cyclistes se contenteront largement. À savoir la vitesse, la distance parcourue, le niveau d’assistance et le niveau de batterie.

En maintenant le bouton « + », le phare avant s’allume. Pas de révolution donc mais à ce prix, nous n’en attendions pas plus et c’est amplement suffisant.

Conduite

Ce vélo est un modèle de confort. Avec ses pneus larges, sa fourche suspendue, ses poignées en simili cuir et sa selle Royal suspendue également, le Milano T3s fait clairement partie des vélos les plus confortables testés jusqu’à présent par nos soins, sur une gamme de prix abordable. Rien ne l’ébranle, il est en mesure de tout encaisser sans broncher et surtout, sans perturber le confort de son conducteur.

Source : Anthony Wonner – Frandroid

Une transmission sans compromis

À ce confort exemplaire s’ajoute une transmission surprenante d’efficacité. Nous ne nous attendions pas à de telles sensations sur un dérailleur Shimano Altus à 7 vitesses, une transmission entrée de gamme. C’est simple, son intégration dans le cadre de ce Milano T3s est impeccable, ce qui rend son utilisation simple et efficace. Les vitesses s’enchaînent, offrant à son conducteur une conduite fluide et sans à-coups. C’est une véritable réussite et c’est inattendu sur un vélo à ce tarif.

Même en étant parfaitement intégrée au vélo, une transmission avec un dérailleur externe n’échappe pas à quelques contreparties. Il n’est pas possible de changer de vitesse à l’arrêt, il faut donc impérativement anticiper ses freinages sous peine de rendre très compliqué le redémarrage par la suite.

Et autre point à avoir en tête : ce système a tendance à se dérégler plus rapidement qu’une transmission dans le moyeu. Notre vélo de test en est la parfaite illustration : la septième vitesse s’est déréglée légèrement et nécessite donc un ajustement. Son passage n’est plus aussi fluide qu’au départ.

Pas de pédalage, pas d’assistance

Contrairement à la transmission, le moteur de ce Milano T3s ne fait pas mieux que ses concurrents sur ce segment de prix. C’est un moteur situé sur la roue arrière avec un capteur de rotation. Un capteur de rotation, c’est l’entrée de gamme des capteurs.

Contrairement à un capteur de couple qui déclenche l’assistance en fonction de la pression exercée sur les pédales, le capteur de rotation déclenche l’assistance après une rotation du pédalier. Et sur ce vélo, c’est bien une rotation complète qu’il faudra réaliser avant de bénéficier d’une aide au pédalage.

Que ce soit au démarrage ou lors d’une reprise, nous avons constaté un délai important avant que l’assistance ne se déclenche. Attention donc à bien anticiper les freinages pour être en mesure de rétrograder, et ainsi faciliter le redémarrage. Le moteur Das-Kit X15 qui équipe ce Milano T3s est donc loin d’être mémorable, il se place comme un moteur entrée de gamme ni plus, ni moins.

Heureusement, la conduite demeure agréable et le confort reste de mise. Une fois lancée, l’assistance n’est pas un modèle de progressivité, mais elle aide suffisamment pour rendre la conduite de ce vélo plaisante. Et avec un couple de 55 Nm, les montées ne sont pas un obstacle pour ce vélo, d’autant que le moteur détecte bien le dénivelé et augmente automatiquement la puissance de l’assistance lors d’une montée.

Un freinage efficace pour ce prix

Le Milano T3s embarque des freins à disque mécaniques de la marque Tektro efficaces et puissants. N’étant pas hydraulique, le freinage est moins progressif, mais à 1299 euros, bénéficier de freins à disque et non à patins, c’est déjà exceptionnel. C’est la garantie d’un freinage en toute sécurité et offrant une fiabilité dans le temps meilleure que des freins sans marques qui équipent habituellement les vélos sur ce segment de prix.

Source : Anthony Wonner – Frandroid

Autonomie

Une batterie avec une capacité de 576 Wh, c’est normalement la garantie d’une autonomie relativement confortable. Mais avec son poids de 26 kilogrammes et son moteur sans réelle progressivité, l’autonomie réelle est moins importante que celle annoncée. NCM revendique 100 kilomètres avec une seule charge.

Le problème, c’est que seul le niveau d’assistance 6, qui est le niveau d’assistance maximal proposé par ce vélo, permet d’atteindre les 25 kilomètres par heure. Au cours de ce test, c’est donc le niveau d’assistance que nous avons utilisé exclusivement, les autres limitant la vitesse en dessous des 25 kilomètres par heure.

L’autonomie constatée par nos soins tourne autour de 50 à 60 kilomètres et il restait encore de la batterie. C’est une véritable performance compte tenu de la puissance de l’assistance délivrée par le niveau d’assistance 6.

Source : Anthony Wonner – Frandroid

En effet, bénéficier de ce niveau d’assistance pendant plus de 50 kilomètres sans s’inquiéter de la recharge de la batterie et sur ce segment de prix, c’est plutôt rare. Attention au niveau de batterie affiché sur la console, il manque de précision. La batterie est restée pleine pendant un moment, puis son niveau est descendu rapidement par la suite. Ce n’est pas surprenant sur un vélo à ce prix, mais avec ses 26 kilogrammes sur la balance, il vaut mieux éviter la panne sèche.

Prix et disponibilité

Le NCM Milano T3s est disponible sur le site Léon Cycles au prix de base de 1299 euros, avec des pneus de 26 ou 28 pouces. Des remises régulières font régulièrement baisser son prix à moins de 1200 euros.

Des aides à l’achat peuvent amortir votre investissement de plusieurs centaines d’euros selon votre région, département et ville. En Île-de-France par exemple, le NCM Milano T3s pourrait s’arracher au prix de 800 euros (50 % du prix d’achat, dans la limite de 500 euros), soit une bonne affaire.

Où acheter Le
NCM Milano T3s au meilleur prix ?
Note finale du test
8 /10
À 1299 euros, difficile de ne pas être impressionné par le niveau d’équipement proposé par ce Milano T3s. C’est un excellent rapport qualité-prix et en dehors de l’achat d’un système de verrouillage type chaîne ou U, le vélo est prêt à rouler. Il procure un excellent confort en tout temps et sa transmission est un modèle d’intégration et de fluidité compte tenu de son segment de prix.

L’autonomie n’est pas en reste, même si elle aurait pu être bien meilleure avec une assistance plus progressive et donc moins énergivore - la faute au capteur de rotation. Évidemment, tout n’est pas parfait et à ce prix, on lui pardonnera ses finitions (très) grossières, son assistance qui manque de réactivité ou encore son design très sobre et sans aucune originalité qui ne permet pas de le différencier de ses concurrents. Attention aussi au poids de 26 kg.

À 1299 euros voire moins lorsqu’une remise est appliquée, c’est un très bon choix pour ceux et celles qui recherchent un vélo endurant, confortable et avec un équipement plus que complet. La seule réelle inconnue demeure la fiabilité de ce vélo dans le temps. Nous ne pouvons malheureusement pas évaluer cette partie, notre test ayant une durée limitée.

Points positifs du NCM Milano T3s

  • Un niveau et une qualité d'équipement exceptionnels

  • Un confort à toute épreuve

  • Une transmission fluide et sans à coups

  • Une autonomie très confortable

Points négatifs du NCM Milano T3s

  • Des finitions (trop) grossières

  • Capteur de rotation, assistance peu réactive

  • Autonomie restante mal calculée sur l'écran

  • Poids de 26 kg

Les derniers articles