Test de la Niu KQi Air X : une trottinette électrique à la légèreté inouïe

Des kilos en moins, prix et autonomie au pro-gramme ?

Affichant moins de 12 kg, la Niu KQi Air X composée de fibre en carbone offre-t-elle le standing que l’on attend d’une trottinette électrique à 1 800 euros ? Voici notre test de cet engin hors normes.

Source : M. Lauraux pour Frandroid
Source : M. Lauraux pour Frandroid
Où acheter La
Niu KQi Air X au meilleur prix ?

Il n’y a pas d’offres pour le moment, découvrez

En bref
Niu KQi Air X

7 /10
Points positifs du Niu KQi Air X
  • Poids (presque) record
  • Agilité de conduite
  • Belles performances
  • Clignotants
  • Connectivité plaisante
  • Phare avant puissant
Points négatifs du Niu KQi Air X
  • Confort moyen
  • Autonomie trop faible pour le prix
  • Ergonomie des boutons
  • Pas de suivi GPS
  • Freinage perfectible
  • Prix trop élevé
 

L’ennemi, c’est le poids, ou light is right, tel était le motto de Colin Chapman, fondateur de la marque automobile Lotus. Peut-être devrait-on appliquer cette même recette aux trottinettes électriques, dont le poids enfle d’année en année ?

Certes, les performances et le confort augmentent en parallèle, mais on oublie presque leur transport à la main devenant parfois impossible eu égard à leur poids trop élevé. Jugez par vous-même sur ces modèles abordables : 19 kg pour la dernière Ninebot E2 Pro ou 18 kg chez la Navee V25i Pro. C’est pourquoi Niu a pris le marché à contre-courant en dévoilant la KQi Air.

Cette trottinette électrique mise à fond sur la fibre de carbone. La marque chinoise l’a déclinée en deux modèles : la KQi Air X tout en carbone, et la KQi Air tout court, dont la potence et la base sont en magnésium, histoire de baisser le prix d’accès à 1 399 euros. Car à 1 799 euros, la Niu KQi Air X est très chère, même si les précommandes réduisent la dépense de 400 euros.

Il nous fallait tester ce modèle situé aux antipodes des autres modèles du marché, et ainsi goûter à ses sensations de conduite. Nous avons ainsi roulé plus d’une centaine de kilomètres à son guidon. Voici notre test.

Fiche technique

Modèle Niu KQi Air X
Autonomie annoncée 50 km
Temps de recharge annoncé 300 min
Vitesse max 25 km/h
Puissance du moteur 350 watts
Poids maximal supporté 120 kg
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un modèle prêté par la marque.

Légèreté, visibilité et boutons à perfectionner

Allant à la chasse aux kilos, voire aux grammes, la Niu KQi Air X se distingue par son usage excessif – dans le bon sens du terme – du carbone. Aucune peinture n’est appliquée ; le carbone est apparent et visible depuis le guidon jusqu’au garde-boue arrière. La forme de cette trottinette électrique ne verse pas non plus dans le design extrême.

On apprécie cependant la structure à quatre piliers entre le deck et la colonne de direction, qui se distingue des gros tubes métalliques utilisés par les concurrents. Elle intègre également le phare avant emblématique de la marque, qui est puissant et idéal pour une utilisation nocturne. De plus, la Niu KQi Air X est équipée d’un feu diurne en anneau, contribuant à réduire le poids.

Ces efforts conduisent à un résultat spectaculaire : le poids est réduit à 11,7 kg mesurés ! Ainsi, elle devient la deuxième trottinette électrique la plus légère du marché après l’Urban Native T9 en titane. Comme cette dernière, elle redéfinit ce qu’est un modèle léger. On n’hésite jamais à la porter dans les escaliers, et ce poids léger élargit le spectre d’utilisation.

Comme la T9, on prend plaisir à la prendre avec soi pour faire ses courses en magasin, même si cette Niu n’a pas le système de pliage unique d’Urban Native. Sur ce point, la KQi Air est classique, avec une potence pliable via une manette facile à ouvrir, et avec un socle de réception qui bloque le guidon.

Des clignotants qui klaxonnent et vice-versa

Les clignotants débarquent chez Niu, enfin ! Les prochaines KQi 300 en bénéficieront également à un prix plus accessible au printemps ; nous avons donc la primeur sur cette KQi Air X. Les lumières sont placées aux extrémités du guidon et entourent complètement le cintre, rendant la trottinette visible à l’avant comme à l’arrière.

Elles sont également positionnées de manière à ne pas être cachées par les mains, grâce à un montage au-dessus des poignées. Cependant, la trottinette électrique ne dispose d’aucun dispositif de rappel à l’arrière dans le feu-stop, ce qui constitue une lacune importante pour la visibilité.

Source : M. Lauraux pour Frandroid

La disposition des commandes doit aussi être revue, car les quatre boutons situés sous le pouce droit sont trop proches les uns des autres : clignotants, avertisseur sonore, et bouton de mode. Car une fois sur deux, en voulant actionner le klaxon, on active par erreur le clignotant droit, ou vice versa. Parfois, en tentant d’activer le clignotant, on presse accidentellement le bouton de mode, passant de S à D, ou sur le klaxon.

Niu KQi Air X essai bouton
Source : M. Lauraux pour Frandroid

Ces erreurs sont en partie dues à l’accélérateur sous forme de poignée tournante, qui modifie la position du pouce pendant la conduite. À noter, il faut appuyer de nouveau sur le bouton pour désactiver le clignotant, qui émet un bip pour rappeler à l’utilisateur de le faire.

L’appli complète comble un écran simpliste

Dommage que l’écran, commun à toutes les Niu, n’ait pas bénéficié d’un traitement de faveur pour ce modèle haut de gamme. Bien qu’il reste efficace, comparable à ce que proposent les trottinettes Xiaomi, l’affichage semble un peu en retrait par rapport aux autres prestations de ce modèle.

La vitesse est clairement lisible quelles que soient les conditions météorologiques et de luminosité, et la jauge de batterie, représentée par cinq barres, reste visible bien que peu précise. C’est à peu près tout, en plus des icônes traditionnelles : mode engagé (E, D ou S), éclairage activé et Bluetooth.

Niu KQi Air X essai écran
Source : M. Lauraux pour Frandroid

En conduite, ces informations suffisent, l’application mobile offrant un support pour des détails supplémentaires. Outre le compteur traditionnel, agréable avec sa jauge en arc de cercle, et l’enregistrement des trajets, la Niu KQi Air X est équipée d’une alarme.

Pour déverrouiller sa trottinette, plusieurs options sont possibles : via l’application avec Bluetooth ou l’une des deux cartes NFC. À noter qu’aucun système de sécurité hyper avance n’est de la partie, comme la présence d’un suivi GPS. C’est un peu dommage à ce prix-là.

La connectivité permet également d’ajuster d’autres paramètres, comme l’accessoire bandeau lumineux qui peut afficher la puissance moteur ou un arc-en-ciel. Plus utile, il est possible de modifier la vitesse de déclenchement du moteur (de 3 à 6 km/h) et les trois niveaux de freins régénératifs, qui influent significativement sur la conduite.

Déséquilibre niveau freinage

Armée d’un frein à disque à l’avant, à commande mécanique, et d’un système électronique à l’arrière, la Niu KQi Air X possède plusieurs visages. En l’absence de frein régénératif, la trottinette freine beaucoup moins efficacement qu’avec les niveaux Moyen et Fort activés. Avec ces derniers, l’arrêt est rapide et sûr sur tous les types de sols, même mouillés, grâce à des pneus de 9,5 pouces offrant une bonne adhérence, bien que le freinage d’urgence puisse être brusque.

La raison de ce comportement semble être un déséquilibre entre la force de freinage avant et arrière, aggravé par la légèreté de la Niu. Nous avons parfois été projetés vers l’avant – sans tomber ni faire un soleil - ; il faut donc être vigilant dans ces situations.

Niu KQi Air X essai frein
Source : M. Lauraux pour Frandroid

Nous avons testé un premier exemplaire d’essai, puis un second suite à une crevaison. Ce dernier, ayant déjà un peu de kilométrage, avait un frein avant déréglé, avec le disque qui frottait sur l’étrier. Ce problème ne semble pas être un cas isolé, bien qu’il n’altère pas l’efficacité du freinage. Nous possédons également une KQi3 Pro qui a rencontré le même phénomène après quelques dizaines de kilomètres.

Un confort moyen

La construction en fibre de carbone a des répercussions sur le confort. Cette version « X » inclut un deck constitué d’une seule pièce, sans aucune suspension pour améliorer l’amortissement. Bien que le carbone offre une certaine flexibilité, les vibrations sont importantes sur les pavés des Champs-Élysées, où il est nécessaire de plier les genoux pour éviter que le corps entier ne tremble. Cette sensation est également notable dans les mains, car la fibre de carbone est aussi utilisée pour la colonne de direction et le cintre.

Niu KQi Air X essai trottinette carbone
Source : M. Lauraux pour Frandroid

Excellentes sensations et performances

Dommage pour le confort, car les sensations de conduite sont excellentes. La légèreté de cette Niu KQi Air procure une belle agilité sans guidonnage ni perte de contrôle, même en virage serré. Étant à propulsion, la trottinette électrique a tendance à glisser légèrement de l’arrière, offrant des sensations de glisse maîtrisées qui sont plaisantes. De plus, le moteur, avec sa puissance linéaire et élevée, ne surprend pas.

Avec un pic de 750 W, le moteur offre de belles accélérations, et la conduite est rendue plus fluide grâce à la poignée tournante. Nous avons réalisé ce test en mode S, le mode D étant limité à 20 km/h et le mode E à 15 km/h, deux vitesses personnalisables via l’application.

Avec l’accélérateur façon scooter, le contrôle de la vitesse est plus aisé. Cependant, faites attention si vous marchez à côté de la trottinette tout en laissant votre main sur les poignées, car elle peut démarrer très rapidement ! En montée, la KQi Air X se comporte aussi bien que des modèles milieu de gamme tels que le Ninebot F2 Pro ou le Xiaomi 4 Pro, maintenant les 25 km/h sur l’avenue Niel vers l’Arc de Triomphe, où nous aimons tester les modèles puissants.

Une autonomie correcte, mais trop faible pour le prix

Lorsque l’on conduit une trottinette électrique de 1 799 euros, on s’attend à une bonne autonomie. Sur ce point, l’Urban Native T9 était très décevante, mais l’objectif est, comme ici, de limiter le poids. Néanmoins, la Niu KQi Air X embarque plus d’énergie que la version française en titane, avec une capacité de 451 Wh sous le deck. Théoriquement, cet engin chinois pourrait atteindre une autonomie de 50 km.

Niu KQi Air X essai arrière
Source : M. Lauraux pour Frandroid

En pratique, comme pour la plupart des trottinettes électriques du marché, l’autonomie est largement inférieure. Après trois charges complètes, nous avons constaté une autonomie moyenne de 30 kilomètres. Ces parcours ont été effectués par des températures entre 10 et 20 °C et sur des terrains principalement plats.

Un bon point est que la décharge de la batterie est linéaire, sans surprises même à bas niveau de charge, et sans réduction de performance handicapante. Cependant, l’écran de la KQi Air X affiche seulement 5 barres, offrant un suivi approximatif. Heureusement, l’application permet de suivre le pourcentage de batterie de manière précise.

La recharge de la trottinette en carbone Niu se fait via un chargeur de 109 W. Il faut environ 4 heures pour atteindre 80 % de charge et 5 heures pour un plein complet de 9,4 Ah. Pour protéger la batterie sur le long terme, la marque propose de plafonner la charge à 80, 90 ou 100 %, ce qui est une bonne initiative ! La prise, située à l’avant du deck, est protégée par un cache en plastique solide, ce qui inspire confiance.

Une Niu KQi Air X qui a du mal à justifier son prix

Comme c’est souvent le cas avec les marques chinoises, Niu propose une promotion au lancement. Ainsi, la Niu KQi Air X est normalement vendue à 1 799 euros, mais à 1 399 euros lors des précommandes. Cette période s’étend jusqu’aux premières livraisons, prévues pour le mois de mai 2024.

Ce prix est élevé, mais la version sans « X » — avec un peu moins de carbone — coûte 400 euros de moins. La Niu KQi Air standard est donc proposée à 1 399 euros, ou à 999 euros en précommande. La livraison est gratuite et se fait directement à domicile, dans un carton. L’assemblage est simple : il suffit de fixer la potence avec quelques vis.

Niu KQi Air X essai avant
Source : M. Lauraux pour Frandroid

Cependant, à ce tarif, l’achat mérite réflexion car le service après-vente se fait uniquement en ligne via le site officiel, en l’absence de boutiques ou de revendeurs partenaires. Il est important de noter que les magasins de scooters électriques Niu ne prennent pas en charge les trottinettes électriques. La garantie est de deux ans, conformément au minimum légal, hors pièces d’usure.

 

Notre avis sur Le Niu KQi Air X

Design
9
Bien que la Niu KQi Air X n’adopte pas un design extravagant, elle respire le carbone de partout et maintient un poids sous les 12 kg. À ce prix, on aurait presque souhaité qu’elle soit plus extravertie ! Néanmoins, ne gâchons pas notre plaisir : la trottinette est très agréable à transporter, grâce à un mécanisme de pliage très conventionnel. La firme complète son offre avec un phare avant puissant, une barre lumineuse quelque peu gadget, et des clignotants utiles, bien que les commandes soient un poil trop complexes.
Technologies embarquées
7
La KQi Air X s’intègre dans le même écosystème que les autres trottinettes électriques de la marque. Hélas, un bijou en carbone comme celui-ci aurait mérité un affichage plus moderne. L’écran reste néanmoins lisible en toutes circonstances, ce qui est le minimum attendu, tandis que l’application offre un compteur plus complet. La connectivité inclut un allumage par carte NFC ou par smartphone via Bluetooth, le suivi des trajets, et quelques réglages du frein régénératif ou de l’éclairage. Aucun suivi GPS n’est de la partie.
Conduite
7
Le poids plume de cette KQi Air X a des conséquences sur les sensations au guidon. Elles sont positives dans l’agilité de conduite, amenant des sensations de glisse par moment, et mettent en valeur les belles performances du moteur. Elles sont négatives lorsque l’on parle confort. Car la structure carbone, si elle amortit faiblement les vibrations, reste très rigide et n’aime pas les pavés, ni les grosses imperfections de pistes cyclables. Également, dommage que les freins mécaniques, pourtant très mordants, soient aussi fragiles comme sur les autres modèles Niu.
Autonomie
6
Sur le papier, comme c’est souvent le cas avec d’autres marques, Niu est très optimiste en annonçant une autonomie théorique de 50 km. Nos mesures sur les mêmes trajets que ceux de la concurrence donnent environ 30 km par charge, qui est par ailleurs lente. C’est acceptable pour une trottinette électrique, mais vraiment insuffisant au regard du prix. On peut toutefois compenser avec une recharge que l’on peut limiter à 80 % pour préserver la batterie.
Note finale du test
7 /10
Prenez la très bonne KQi3 Pro, avec laquelle nous avions l’habitude de rouler régulièrement, enlevez-lui 8 kg, et vous obtenez la KQi Air X. Pour l’alléger autant, la fibre de carbone est prédominante, rendant cette trottinette électrique ultra légère et facile à transporter.

Les sensations de conduite sont également différentes, offrant une meilleure agilité et un léger survirage, ce qui plaira aux amateurs de glisse. En revanche, le confort médiocre sur les pavés ou les chaussées dégradées, ainsi que le freinage déséquilibré à l’avant, pourraient décevoir.

C’est dommage, car la puissance est bien présente, vive au démarrage grâce à la légèreté de l’appareil, tandis que l’autonomie d’environ 30 km est trop faible à ce prix. On aurait apprécié un design plus excentrique, même si la fibre de carbone nue est visuellement impactante, et un écran à la hauteur du tarif élevé. Car à 1 799 euros, le prix est difficile à justifier, même si la connectivité incluant une alarme et des clignotants, mais aucun suivi GPS.

Pour ceux qui recherchent plus d’audace, l’Urban Native T9, encore plus légère mais plus chère, pourrait convenir. Pour la moitié du tarif et davantage de confort et d’autonomie, la Ninebot Max G2 est plus appropriée, bien qu’elle soit plus lourde.

Points positifs du Niu KQi Air X

  • Poids (presque) record

  • Agilité de conduite

  • Belles performances

  • Clignotants

  • Connectivité plaisante

  • Phare avant puissant

Points négatifs du Niu KQi Air X

  • Confort moyen

  • Autonomie trop faible pour le prix

  • Ergonomie des boutons

  • Pas de suivi GPS

  • Freinage perfectible

  • Prix trop élevé