Processeurs : Samsung aurait un plan massif pour convaincre Qualcomm

À la recherche du client perdu...

 

Si la bataille technologique avec TSMC se joue désormais sur la gravure en 3 nm, Samsung serait prêt à investir massivement pour étendre ses capacités de production en 4 nm. L’idée ? Récupérer une partie de sa clientèle perdue, mais aussi réduire ses pertes en misant sur un procédé compatible depuis longtemps avec une production en masse.

Samsung serait prêt à investir presque 4 milliards pour se renforcer sur la production en 4 nm // Source : Laura Ockel – Unsplash

Fort d’un léger avantage technologique sur TSMC grâce à sa nouvelle gravure en 3 nm GAA (disponible à petite échelle, certes, mais lancée quelques mois avant le node 3 nm du géant taïwanais), Samsung cherche à profiter de son avance pour se renforcer sur le 4 nm. D’après les informations relayées par WCCFTech, la firme chercherait actuellement à augmenter sa production de puces 4 nm grâce à un investissement copieux de 3,8 milliards de dollars, selon Economic News Daily. Cette somme aurait pour finalité d’accroître la capacité de production au sein d’usines existantes.

L’objectif pour Samsung serait double : tenter de rappeler à lui des clients perdus ces derniers mois au profit de TSMC (Qualcomm en est l’exemple le plus frappant, mais Supermicro et Huida peuvent aussi être cités) grâce à des rendements plus généreux, mais aussi réduire ses pertes en misant sur un procédé de gravure déjà bien éprouvé… contrairement au 3 nm, qui reste pour l’instant beaucoup plus marginal et donc moins rentable.

Samsung veut convaincre ses anciens clients de revenir au bercail

Dans le détail, on apprend que Samsung aurait pour projet de passer à une production de 20 000 wafers 4 nm par mois. Une hausse qui pourrait toutefois ne pas suffire à ramener des clients comme Qualcomm au bercail. Pour rappel, le Snapdragon 8 Gen 1 de Qualcomm était basé sur la gravure en 4 nm de Samsung, mais des problèmes de rendement et de surchauffe avaient conduit le géant américain à se tourner vers TSMC pour son Snapdragon 8 Gen 1 Plus et pour le futur Snapdragon 8 Gen 2.

On voit donc mal Qualcomm faire machine arrière maintenant, d’autant que la gravure en 4 nm de TSMC a meilleure réputation et que les capacités de production du fondeur taïwanais sont considérables. Comme le souligne WCCFTech, la capacité de production totale de Samsung représente seulement un cinquième de celle de TSMC.

Dans l’immédiat, Samsung peut toujours compter sur le soutien de Google, qui continuerait de lui confier la gravure de ses nouvelles puces Tensor. Il en faudra toutefois plus pour permettre au groupe de peser réellement face à TSMC sur le marché — les commandes de Google étant quoi qu’on en dise bien inférieures à celles de Qualcomm.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.